Articles

Etre français

Etre français

Print Friendly

Certains imaginent qu’on peut être « français, en étant bleu avec des petits pois verts ». D’autres insistent pour présenter des djihadistes comme de « jeunes Français ». C’est le résultat d’une conception dévoyée de la nationalité conçue comme une vague appartenance « citoyenne » à une République abstraite et désincarnée, non comme une identité historique et charnelle. Face à la propagande des uns et à l’inculture des autres, Polémia a mis les choses au point, dès 2009, lors du débat sur l’identité nationale, en publiant un texte intitulé « Qu’est-ce qu’être français ? ». Nous le rééditons ici en version abrégée. Ainsi que dans un clip sur YouTube :

Polémia.


Non, amis martiens, tout le monde n’est pas français !

Etre français suppose une alchimie merveilleuse.

Etre français, c’est être de langue française ; « la langue française notre mère » est le merveilleux outil d’exercice de notre intelligence et de découverte des « humanités ». Un Français, c’est un Européen d’expression française.

Etre français, c’est appartenir à une lignée qui vient du fond des âges. Le peuple français demeure l’héritier des Gallo-Romains. Selon le grand démographe Jacques Dupâquier, la composition ethnique du territoire national est restée quasiment inchangée jusqu’au début des années 1970.

Etre français, c’est appartenir à une civilisation : la civilisation européenne et chrétienne.

Etre français, c’est partager la mémoire des poèmes homériques, des légendes celtes, de l’héritage romain, de l’imaginaire médiéval, de l’amour courtois. Que l’on soit chrétien ou non, les valeurs chrétiennes du monde sont un élément de l’identité française.

Etre français, c’est partager une histoire, une mémoire ; être français, c’est partager la fierté de la grande épopée nationale de la Monarchie, de l’Empire et de la République. « La patrie, c’est la terre et les morts ».

Etre français, c’est partager l’amour d’un territoire : de ses terroirs différents, de ses paysages variés, de ses hauts lieux merveilleux.

Etre français, c’est partager des musiques et des sons, de la lyre à la cornemuse, du piano à la guitare, de l’accordéon à l’orchestre symphonique.

Etre français, c’est partager des goûts et des odeurs. Etre français, c’est partager à table des moments de bonheur.

Etre français, c’est partager « Le désir de vivre ensemble ». « Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. » (Renan)

Etre français, c’était hier allier la puissance et les arts ; c’est aujourd’hui réussir la synthèse entre la performance technique et un certain art de vivre, qui laisse une place au beau, au léger et au sensible. C’est cette voie que suivent aujourd’hui les cadres et ingénieurs français partout dans le monde.

Etre français, c’est une identité singulière qui donne du sens dans le grand fracas du monde.

Bien sûr, les hommes et les femmes qui viennent d’autres mondes peuvent devenir français culturellement s’ils veulent et parviennent à s’assimiler. Mais ce n’est évidemment pas à eux de changer l’identité nationale !

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. » (Charles De Gaulle)

Ecoutons aussi Renan :

« Le chant spartiate : “Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes” est dans sa simplicité l’hymne abrégé de toute patrie. »

Version intégrale du texte :
http://www.polemia.com/quest-ce-quetre-francais/

Image : Chateau de Langeais : «Etre français, c’est appartenir à une civilisation : la civilisation européenne et chrétienne».

Polémia
2/02/2015