Articles

La Russie sur le pied de guerre, l'Europe trop naïve

La Russie sur le pied de guerre, l’Europe trop naïve

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Conférence le 2 octobre à Paris : La stratégie du chaos, arme de la super-classe mondiale

Par Yves-Marie Laulan, économiste, président de l’Institut de Géopolitique des Populations ♦ Dans Metamag, Yves-Marie Laulan analyse la récente démonstration de force militaire de la Russie. Un exercice réunissant 300 000 soldats n’est évidemment pas anodin. Et si l’analyste estime – c’est son avis et il nous a semblé intéressant de le partager auprès de nos lecteurs – qu’il s’agit d’un trompe-l’œil, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un excellent rappel que l’Europe, divisée et naïve, serait dans une situation absolument catastrophique en cas de conflit avec une grande puissance.
Cet article, parfois très critique avec la Russie de Vladimir Poutine, n’est que le reflet des opinions de son auteur.
Polémia


Une démonstration de force ou une gesticulation ?

Voilà qu’une fois de plus, la Russie, que personne ne menace, trouve bon de montrer les dents et d’étaler sa force, réelle ou supposée, avec ces immenses manœuvres qui viennent de s’achever en Sibérie orientale. Le choix de ce lieu, à 200 kilomètres de la frontière chinoise, n’est pas un hasard. Outre que l’espace n’y manque pas. Mais que de carburant gaspillé en pure perte !

Jugez-en plutôt. L’exercice Vostok 2018, le plus important depuis la chute de l’empire soviétique voici un demi- siècle, a mobilisé pas moins de 300 000 soldats, 1 000 avions, 36 000 véhicules militaires et 80 navires. Sans compter les ambulanciers, les pompiers, les fanfares, les cantinières et infirmières… En comparaison, les dernières manœuvres de l’OTAN ont mobilisé 18 000 soldats !

La Russie en a profité pour faire étalage de sa panoplie militaire toute neuve et reluisante : missiles Iskander, tanks T80 et T90, avions SU34 et SU35.

La presse, qui ne manque pas d’humour, souvent involontaire, parle d’une participation chinoise. En effet, avec 3 200 soldats chinois, sans doute montés sur des ânes militaires, et 30 avions, la présence chinoise était plus que symbolique. Elle était homéopathique. Il est difficile de parler de manœuvres conjointes dans ces conditions.

Tout cela est fort impressionnant et on peut être assuré que Donald Trump rentre à la Maison Blanche en rasant les murs et que Angela Merkel avale sa choucroute du matin  en tremblant. Quoi qu’il en soit, la Russie, à l’instar des USA, a bien l’intention de se doter de capacités d’intervention à longue distance, comme elle l’a fait en Syrie.

Mais, plus sérieusement, que signifie tout ce tintamarre guerrier et qui Vladimir Poutine veut-il impressionner pas cette « gesticulation » guerrière qui ressemble fort, en principe, à la préparation à un conflit majeur, un conflit de grande ampleur.

Mais plutôt qu’une démonstration de force ne serait-ce pas plutôt un aveu de faiblesse, alors même que la situation interne de la Russie n’a rien de bien réjouissante ?

Le coup de menton militaire face à l’enlisement économique ?

En effet, les données les plus récentes accusent une reprise de l’inflation prévue à plus de 5 % l’an en 2019, l’affaiblissement du rouble avec un décrochage de 8 % par rapport au dollar en juillet, un ralentissement de la croissance ramenée  à des taux « français » avec 1,8 % en 2018 et 1,3 % en 2019, d’où un relèvement des taux d’intérêt. Il n’y a pas de quoi faire la fête.
Mais c’est précisément dans cette morosité de l’économie que se trouve peut-être, en partie tout au moins, la justification de ces exercices démesurés destinés à faire taire l’opposition, Le procédé est archi connu. Les bruits de bottes permettent de faire diversion et de détourner l’attention du public.

En bref, malgré la reprise des cours du pétrole, qui constitue toujours un élément majeur en Russie – 30 % du PIB, 50 % du budget -, l’économie russe reste fragile et vulnérable à la conjoncture. Il faut bien le constater, sur le plan économique, la politique de Vladimir Poutine se solde par un échec retentissant. On en dirait autant de l’évolution de la démographie russe qui ramène inexorablement la population russe vers un seuil de 110 millions d’habitants au milieu de ce siècle. Et cela face à une population chinoise proche de 1,3 milliard d’habitants. Cela vaut bien la peine de claquer des mâchoires pour rappeler opportunément à « l’ami chinois » que le vieux chien russe a encore des crocs solides et qu’il peut encore administrer un bon coup de dents à l’occasion si nécessaire.

Des chiffres mondiaux qui démontrent la naïveté européenne

Ceci étant, il ne faut pas se faire d’illusions : les chiffres sont les chiffres. Que nous disent-ils ? (Chiffres du SIPRI).

Le budget de la défense aux USA atteint le chiffre record de 600 milliards de dollars, soit 4,7 % du PIB américain. Derrière vient la Chine, trois fois moins, avec 216 milliards de dollars. La Russie accuse un budget, finalement fort modeste, de 69 milliards de dollars.

Mais ces chiffres sont-ils fiables et traduisent- ils bien la réalité des capacités militaires en présence ? Où la Russie trouve- t-elle les ressources pour financer son imposant appareil militaire et ses impressionnantes manœuvres ? Des bouquets de roubles fleurissent-ils en masse dans la steppe ? Tout cela ne serait- il pas enfin de compte du bluff , de la poudre aux yeux ?

L’Europe se traîne loin derrière avec un pourcentage global de défense de 1,8 % du PIB qui reflète des dépenses de défense quasi honteuses : de 41 milliards de dollars pour la florissante Allemagne, 1,1 % du PIB allemand s’il vous plait ; 57 milliards pour la « pôvre » France et à peu près autant pour la fière Albion.

Telle l’autruche de la légende, l’Europe – depuis 75 ans – se prélasse dans une posture de défense dérisoire qui la rend hautement vulnérable à n’importe quel mauvais coup venu de l’extérieur. L’Europe est clairement sans défense et serait une proie facile pour un agresseur mal intentionné. Le réveil risque d’être brutal, voire traumatisant.

Or le contexte économique mondial reflète encore davantage les rapports de force économiques qui commandent la géopolitique à savoir :
USA : 19 390 milliard de dollars (défense 4,7 % de son PIB) ; Chine 12 014 milliards (2,2 % de son PIB), Russie 1 527 milliards.

L’impression de marginalisation économique de ce dernier pays qui ne « pèse » plus aujourd’hui qu’une relativement modeste puissance régionale se renforce. Cela saute aux yeux. On conçoit la frustration de Vladimir Poutine, contraint de gérer au mieux, avec des ressources manifestement insuffisantes, un gigantesque territoire national, le plus vaste au monde, menacé de tous côtés par une Chine exubérante et entreprenante.

On comprend désormais qui la Russie veut impressionner par ces énormes manœuvres. Elle en est réduite à bluffer. Il n’est pas sûr que cela prenne. Ce n’est pas le Lichtenstein ou la République de San Marin qui la menacent. Mais, bel et bien, « l’ami » chinois prêt à planter se crocs dans le flanc du grand voisin vieillissant.

L’Europe n’a jamais été aussi vulnérable

Ceci étant, la situation d’une Europe en ordre dispersé est également extrêmement préoccupante sur le plan géopolitique. Jamais elle n’a été aussi vulnérable

L’Otan est devenu l’ombre de lui-même, faute de ressources et de motivations. Ce n’est plus un bouclier mais un paravent qui masque mal sa navrante nudité.

Avec le Brexit, la Grande Bretagne refuse plus que jamais de lier son sort avec le « continent » détesté. Mais elle ne tourne plus son regard vers le grand large mais regarde vaguement dans le vide. Elle ne sait clairement où donner de la tête. D’autant que l’Amérique de Donald Trump lui a clairement fait comprendre que les alliances de jadis n’avaient plus cours. On se demande d’ailleurs si le système politique anglais qui a fait merveilles au siècle dernier est encore adapté au XXI° siècle. Il ne fonctionne plus.

L’Allemagne d’Angela Merkel a commis innocemment une faute, un crime contre nature. En bonne fille du système soviétique – un homme en vaut un autre, quelles que soient sa culture ou son histoire – elle a voulu compenser par des centaines de milliers de migrants arabes venus du Moyen Orient ou d’Afrique du Nord les naissances que les Allemandes d’après-guerre ont refusé de lui donner. Elle a ainsi semé les graines d’un conflit interne séculaire et redonné vie à une extrême droite qui ne demandait qu’à se réveiller.

Au beau milieu de ce chaos européen, la France – travaillée par des clivages ethniques profonds qu’elle se borne à dénoncer, ou à ignorer – ne sait plus qui elle est. Elle est à la recherche d’une nouvelle identité pour le XXI° siècle, d’un nouveau projet de société.

Le socialisme type radical-socialisme n’a plus cours. L’extrême droite incarnée par Marine Le Pen est tombée dans le dérisoire. Laurent Wauquiez fera–t-il mieux ? Le fait est que la poire est prête à être cueillie. Une bonne crise économique ne peut manquer de la porter à maturité. Justement elle est au coin de la rue. Encore une chance.

Yves-Marie Laulan
24/09/2018

Source : Metamag

Crédit photo : Kremlin.ru [CC BY 4.0], via Wikimedia Commons


4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !