Articles

« Ils ont dit la vérité. Ils seront exécutés. » (Guy Beart)

« Ils ont dit la vérité. Ils seront exécutés. » (Guy Béart)

Print Friendly

« En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. » G. Orwell.

Polémia a reçu d’un correspondant étranger un texte émanant d’un essayiste britannique qui illustre parfaitement ce qui se passe aujourd’hui au sujet de la Syrie. Une fois encore, avec des desseins non avoués, les grands de ce monde, dans la plus profonde hypocrisie, s’érigent en shérifs planétaires, lancent leurs accusations sans la moindre preuve et se convainquent de « punir » un chef d’Etat souverain sans même attendre le résultat de la commission d’enquête onusienne. Ladite commission a reçu pour mission de découvrir qui de Bachar Al-Assad ou des rebelles sont les auteurs de l’attaque chimique du 21 août. Le cynisme de Hollande et Fabius est incommensurable. Peu leur importe le résultat de l’enquête onusienne, pour eux  il n’y a aucun doute : le coupable c’est Bachar El-Assad. Mais la « vérité  » les intéresse-t-elle ?
Dans son article, Joseph Couture analyse les motivations profondes de Manning, Assange et Snowden, mais ils ne sont plus en état de révéler les véritables mobiles d’Obama, de Cameron, de Hollande, suivis de Merkel et consorts. Ils ont été définitivement muselés.
Nous produisons ci-dessous la traduction du texte de Joseph Couture.
Polémia


Trois héros, une erreur.

Dans quel piège le soldat Bradley Manning, Julian Assange et Edward J. Snowden sont-ils tombés tous les trois ? C’est d’avoir cru que, d’une certaine manière, le simple fait de dévoiler une injustice aurait une sorte de pouvoir correcteur magique et inhérent.

Chacun d’entre eux avait dû croire, de tout son cœur, que si seulement les gens savaient « la vérité », les choses changeraient. Ce n’est pas vrai.

Bradley Manning

Bradley Manning

L’histoire récente a prouvé que, en réalité, c’est le contraire qui est vrai. Ensemble, Bradley Manning et Julian Assange ont révélé les crimes de la machine de guerre américaine en Irak. Sans doute cette action est-elle l’une des raisons principales pour lesquelles les Américains ont mis fin au conflit. Ces dénonciateurs auraient pu partir « la tête haute », mais ils ont été contraints de le faire en plein milieu de la nuit, la queue entre les jambes.

Quelles ont été les conséquences de la révélation au monde de ces crimes? En gros, la guerre est plus ou moins oubliée et passée par pertes et profits, comme une grosse boulette, au lieu d’être vue comme l’atrocité qu’elle a vraiment été.

Aucune personne de quelque envergure n’a été tenue pour responsable de quoi que ce soit et tout un tas d’entrepreneurs militaires se sont enrichis. Le prix qu’ont payé Manning et Assange a été la perte de leur liberté à jamais. Manning ne verra probablement plus jamais la lumière du jour maintenant qu’il a été condamné pour espionnage pour avoir révélé les crimes commis par les vrais criminels. Assange aura de la chance si son pire destin reste de ne jamais plus quitter les limites de l’ambassade de l’Equateur.

Et puis, il y a d’autres exemples où l’on constate un accroissement de la « prise de conscience du public ». Comme quand les Américains ont pris conscience du fait que leur gouvernement enlève régulièrement des gens partout dans le monde et les envoie dans des pays tiers pour y être torturés. La conséquence de tout cela n’a été qu’une question de sémantique. Ils ont présenté leurs péchés sous une autre forme pour qu’ils sonnent mieux. En effet, les « méthodes d’interrogatoire

Julian Assange

Julian Assange

renforcées » et les « extraditions extraordinaires » sonnent vraiment beaucoup mieux que les tortures et les enlèvements. Une fois le vocabulaire nettoyé, les gens ont commencé à en parler ouvertement. On a même vu des membres du Sénat américain appeler publiquement à torturer le survivant et suspect des attentats de Boston. Ce dernier est un garçon qui, en tout cas, est toujours citoyen américain et innocent jusqu’à preuve du contraire. Mais être citoyen du plus grand pays de la Terre ne semble pas beaucoup compter aujourd’hui.

Et voilà que maintenant on discute ouvertement du programme américain des drones visant des individus (y compris des Américains) pour les assassiner sans le moindre procès, sans la moindre surveillance ou sans la moindre responsabilité.

Il fut un temps où il y eut de grandes controverses, au moment où ces histoires ont éclaté. Maintenant, c’est banal, une routine que beaucoup acceptent comme quelque chose de normal. Arrive Edward Snowden, un jeune idéaliste qui pensait que le fait de révéler le système orwellien de surveillance dans lequel nous vivons en provoquerait en quelque sorte la fin. Ses actes ont certainement fait couler beaucoup d’encre. Il y a eu une quantité considérable de discussions sur les capacités exactes et l’ampleur des projets menés actuellement dans le monde entier.

Quel en a été le véritable résultat ? Les gens ont été très sensibilités, c’est sûr. Mais cette sensibilisation n’a pas apporté le changement espéré par Snowden. Au contraire, elle a apporté une indifférence à grande échelle et une résignation défaitiste chez le public américain majoritairement apathique.

Edward J.Snowden

Edward J.Snowden

Maintenant, comme l’avait voulu Snowden, tout le monde sait la vérité – et on n’en a pas tenu compte. Ce qui est presque toujours le cas.

Ah, si ! Il y a une chose sur laquelle vous pouvez compter : ils qualifieront le messager de traître et le pourchasseront jusqu’au bout du monde.

On connaît la célèbre citation : « En ces temps d’imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire ». Ici nous avons trois révolutionnaires qui ont un simple et unique but : ils voulaient que le monde sache la vérité sur ce qui était fait en leur nom. Ils espéraient sûrement du fond du cœur que la justice suivrait. Cela n’a pas été le cas. Prenez-moi pour un cynique, mais je pense que cela ne se produira pas.
Ce qui résulte de leur courage, c’est l’aggravation des crimes réels grâce à la complaisance du public.

Ces hommes ont eu autant d’impact qu’il était possible de l’espérer.
Mais, semble-t-il, cet impact n’a eu absolument aucun impact.

Joseph Couture
Auteur londonien
Collaborateur de l’agence QMI
8/08/2013

Traduction par René Schleiter pour Polémia

Titre original : Couture: Whistle-blowers like Snowden are turned into villains

Voir aussi :

Qui est Edward Snowden ? –  Discours de Glenn Greenwald, le journaliste qui a divulgué l’affaire Snowden/NSA au monde.
Affaire Snowden : les médias suivent la voix de leur maître

Sept pas vers la soumission

Correspondance Polémia – 28/08/2013

Image : silence