Accueil | Exclusivité Polémia | La France confinée contre la France en gilet jaune

La France confinée contre la France en gilet jaune

La France confinée contre la France en gilet jaune

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ La révolte des Gilets jaunes a commencé en 2018. Celle de la France profonde qui ne voulait pas disparaître. Celle qui bravait tout pour se faire, croyait-elle, entendre de la France d’en haut.
Mais en 2019, la France d’en haut n’a pas hésité à faire taire les Gilets jaunes à coups de matraque, d’yeux crevés et de poursuites judiciaires. La France du coronavirus lui a succédé en 2020. Ce n’est pas la même France, à l’évidence. La France confinée, c’est la France que préfère Emmanuel Macron : celle qui accepte tout, se soumet à tout, gobe tout et en redemande !


La France cocue et contente

La France confinée supporte plutôt bien le confinement sans précédent qu’on lui a imposé, c’est-à-dire la privation de ses libertés. Elle ne doit pas trop craindre pour son chiffre d’affaires ni pour ses économies. Et le soir elle fait sagement son jogging ou son vélo, comme on le lui a autorisé.

La France confinée applaudit bien fort comme on le lui a dit, vers 20 heures, les personnels de santé.

Quand on applaudit c’est qu’on est content.

La France confinée est donc satisfaite des hôpitaux publics chers, mal gérés et tiers-mondisés. Elle se satisfait de ceux qui considèrent qu’il ne faut pas prendre en charge les personnes âgées parce qu’on n’a pas assez de moyens de réanimation. Elle applaudit ceux qui laissent mourir les seniors dans les EHPAD. Elle est contente de tous ces experts médicaux qui depuis deux mois disent à peu près tout et son contraire sans discontinuer et avec un aplomb magnifique, mais en blouse blanche, ce qui change tout. Elle est contente de l’absence de tests et de moyens de protection pour la population.

Chaque soir, elle est contente et elle applaudit ! Comme on rit sur commande dans les émissions télévisées. La France confinée, c’est la France comme Emmanuel Macron la souhaite : cocue et contente !

La France bon public

La France confinée écoute sagement le président de la République et ses ministres : ils étaient, paraît-il, plus de 36 millions – 36 millions ! – devant les petites lucarnes, le 13 avril, pour écouter Emmanuel Macron prendre plus de vingt minutes pour annoncer la fin du confinement à partir du 11 mai, enfin peut-être, si tout va bien, selon les cas. Et pour s’autoglorifier comme à son habitude.

Mais la France confinée ne se lasse pas. Elle est bon public.

À peine levée, elle allume son poste où on lui déverse son lot de catastrophes quotidiennes et cela durera toute la journée. Jusqu’à ce que le directeur général de la Santé égrène – y compris en langage des signes pour que personne ne rate rien – son lot quotidien de morts : ça augmente, ça baisse, la courbe d’augmentation diminue, ça baisse plus vite.

Jérôme Salomon c’est le bulletin météo en plus strict, mais ça plaît !

La France confinée écoute sans plus de réaction les ministres qui prédisent un chômage de masse, une crise digne de celle de 1929 ou de nouveaux impôts, comme si tout cela n’était pas de leur fait.

Elle boit les paroles des experts cathodiques qui expliquent que, même guéri, on sera malade, qu’il va y avoir une nouvelle vague de virus, qu’il n’y aura pas de vaccin avant longtemps, que la chloroquine est dangereuse, que les masques seront difficiles à laver, que l’eau sera polluée, que c’est la faute au pangolin, ou au laboratoire secret des méchants Chinois…

À côté de cette avalanche de catastrophes cathodiques quotidiennes, Greta Thunberg fait vraiment petit bras désormais !

La France qui tombe

On disait les Français indociles. Mais aujourd’hui les indociles se trouvent plutôt dans les banlieues de l’immigration. Pas dans la France confinée.

Lobotomisée par deux mois de mensonges, de propagande et de peur, cette France accepte tout, se résigne à tout et n’objecte rien. Ni les églises fermées, ni les élections reportées, ni le 1er Mai supprimé pour cause de distanciation sociale, ni les volte-face incessantes du gouvernement.

La France confinée fait tout ce qu’on lui dit : aller voter, rester chez soi, ne-pas-porter-de-masque-cela-ne-sert-à-rien, en porter et en fabriquer soi-même désormais, respecter la distanciation sociale. Elle croit que demain sera différent et que le Système va changer comme par enchantement.

« Français, vos papiers ! » Le flicage plutôt que le dépistage

Les sondages montrent certes qu’une majorité de Français ne fait pas confiance au gouvernement dans la gestion de l’épidémie. Mais les sondages ne sont pas les élections et ce n’est pas pour autant que, tous les soirs, la France confinée n’écoute pas religieusement, devant sa télévision ou son portable, les mêmes se répandre en long et en large.

La France confinée se résigne déjà un déconfinement qui n’en sera pas vraiment un. Elle fabrique activement les masques qu’on lui a promis depuis deux mois. Demain, elle fabriquera sans doute son propre gel hydroalcoolique ou ses médicaments avec le même zèle, en regardant des tutos. Elle s’est habituée à faire la queue partout, et aux restrictions dans les magasins. Elle s’est habituée aux contrôles de police et de gendarmerie.

La France des Gilets jaunes se révoltait. La France confinée est déjà mûre pour une longue servitude.

Michel Geoffroy
29/04/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Michel Geoffroy

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Covid-19. Le confinement, « stratégie du choc » avant la faillite ?

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Le Coronavirus existe et il est normal de le combattre. Mais les...

La défense des caricatures de Mahomet, un mauvais combat ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°320 – Confinement, attentats islamistes… La France sous pression

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

L’enjeu du coût gigantesque de la fraude sociale révélé par le magistrat Charles Prats

Par André Posokhow, consultant ♦ La fraude social est un phénomène majeur dont l'ampleur...

Le Général de Villiers, nouveau “chief happiness officer” du management

Par Philippe Schleiter, auteur de Management, le grand retour du réel ♦ Le Général de...

Islamisme. La France confrontée au terrorisme et aux menaces – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Covid-19. Les données sur la surmortalité en Europe

Alors que le gouvernement français enchaîne les annonces inquiétantes sur la situation sanitaire,...

L’identité, cible de toutes les attaques

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous parlons beaucoup de souveraineté à juste raison....

Samuel Paty décapité : le réel contre la propagande

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

Islamisme. Pour sauver la France, la nécessité d’une législation d’exception

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...