Articles

Communication moderne, politique ringarde : l'imposture Macron

Communication moderne, politique ringarde : l’imposture Macron

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ [Rediffusion] Nous publions à nouveau cette analyse exclusive, publiée initialement dans nos colonnes le 23 juin 2018. En effet, ce texte fait partie des articles les plus lus du début d’année 2018. Un intérêt massif qui motive une nouvelle diffusion en cette période estivale pour préparer au mieux la rentrée politique. Bonne lecture et bonnes vacances.
Polémia


Il est jeune, il présente bien et, à la différence de son prédécesseur, il ne trébuche pas sur les estrades. Élu, il a introduit la musique techno à l’Elysée. Il assimile la France à une start-up et se gausse du « monde d’avant ». Mais on peut être jeune et incarner néanmoins le gâtisme idéologique : la gauche fait cela très bien depuis longtemps. C’est aussi le cas d’Emmanuel Macron. Car il n’incarne pas l’avenir, mais une vision dépassée du monde : le libéralisme libertaire et cosmopolite de la DavocratieLa République n’est pas en marche. Avec Emmanuel Macron elle ne fait que du sur-place et la France recule.

Un remake du consensus de Washington, mais à contre-temps

La politique économique et sociale d’Emmanuel Macron et de son gouvernement n’a en effet rien de nouveau.

C’est un remake du « consensus de Washington », élaboré dans les années 1970 par des idéologues libéraux américains et dont les maîtres mots sont : diminution drastique des budgets publics et des dépenses sociales, déconstruction sociale, libre-échangisme, monétarisme, privatisations, baisse des impôts pour les plus riches.

Or cette politique, non seulement ne produit jamais les effets promis au plus grand nombre, mais elle est, au surplus, introduite à contre-temps de la nouvelle donne de l’économie mondiale.

L’effet de ruissellement prétendument induit par la diminution de la fiscalité pesant sur le capital ne se produit plus en effet à l’âge du libre-échange mondialiste : car le capital ainsi dégagé ne s’investit pas nécessairement dans le pays ayant mis en œuvre ces mesures. De fait aujourd’hui la richesse devient de plus en plus transnationale, quand la pauvreté reste nationale.

Et, alors que les nuages annonciateurs d’une nouvelle crise financière mondiale s’accumulent, Emmanuel Macron remplace l’ISF par un impôt sur la « richesse » immobilière. Cela paraît-il pour nous inciter à préférer l’investissement financier à l’économie réelle.
Ce qui revient à sanctionner par la même occasion ceux qui ont emprunté hier pour transmettre un patrimoine physique à leurs enfants. Pendant que les baisses d’impôts promises aux classes moyennes , les grandes victimes de cette politique, se font évidemment attendre.

Un libre-échangiste indécrottable

Pour la même raison, la sempiternelle baisse des charges sociales réclamée sur l’air des lampions par le patronat, ne profite que très marginalement à l’emploi national. Parce dans une économie mondialisée et dérégulée, l’écart entre les salaires européens et ceux en usage dans les pays émergents restera de toute façon trop élevé et cela, pour longtemps, sauf à aligner les Européens sur le niveau de vie du Bangladesh.

C’est pourquoi le libre-échangisme tue l’emploi durable sur le vieux continent, comme l’a établi depuis longtemps l’économiste Maurice Allais. A fortiori lorsque les flux migratoires ne se réduisent pas.

Mais Emmanuel Macron continue de se faire le chantre du libre-échangisme au moment où l’économie américaine redécouvre les vertus des droits de douanes et de la taxation des importations. Il soutient le traité CETA avec le Canada, au moment où l’Italie déclare ne pas vouloir le ratifier.

Il répète la doxa libre-échangiste et Bisounours de la Davocratie en affirmant que « le nationalisme économique c’est la guerre », au moment où le monde entier réarme économiquement.

La France à contre-temps en Europe

Emmanuel Macron est toujours à contre-temps.

Alors qu’un nombre croissant de pays européens veulent en finir avec le laxisme de l’Union européenne en matière d’immigration, Emmanuel Macron continue de prôner l’accueil sans limite des immigrants clandestins et fustige la « peste populiste ».

Alors que la crédibilité de l’Union Européenne est sérieusement entamée, Emmanuel Macron réclame plus de « gouvernance » budgétaire de la part de Bruxelles.

Alors que la survie politique de Mme Merkel apparaît de plus en plus compromise, Emmanuel Macron ne jure que par le « couple franco-allemand », maronier de la politique française, alors que là aussi la donne a aussi changé. Car nous ne sommes plus en 1963 : aujourd’hui c’est l’Allemagne qui domine l’Union Européenne et pas la France.

Mais le jeune Emmanuel a peut-être un penchant secret pour les femmes matures et dominatrices….

La France à contre-temps dans le monde

Alors que même l’Allemagne émet des doutes croissants quant à la réalité de l’engagement américain dans la sécurité européenne et que le monde devient plus multipolaire, Emmanuel Macron redouble d’atlantisme. Alors que la Grande-Bretagne se dégage du Titanic européen, Emmanuel Macron aligne la France sur ses positions russophobes et bombarde la Syrie de concert avec elle et avec les Etats-Unis.

Alors que le monde musulman est en ébullition, la France n’a plus de politique arabe. Alors que l’Afrique devient un géant démographique, Emmanuel Macron veut rompre avec la politique africaine de la France.

Le jeune Emmanuel Macron se trompe d’époque et d’alliés en permanence. Et pour cette raison il n’obtient rien de personne sur la scène internationale : ni de Trump, ni de Poutine ni de Merkel ni de Netanyahou. Mais où est donc passée la France ?

Le petit Guépard

Emmanuel Macron est également à contretemps vis-à-vis de l’opinion.

Les Français attendaient une politique en rupture avec les errements antérieurs. Mais Emmanuel Macron n’a retenu que la leçon du prince Salina dans Le Guépard :« Il faut que tout change pour que rien ne change ».Et c’est bien pour cela qu’il a été promu par la super classe mondiale à la tête de la France. Il communique, s’agite et réforme à tout va mais sans rien vraiment changer au fond, sinon en pire.

Une nouvelle forme de politique ? Mais le nouveau Président et son gouvernement font comme leurs prédécesseurs. Ils s’appuient sur une majorité de godillots à l’Assemblée Nationale et n’hésitent pas à recourir aux ordonnances.

La nouveauté réside, il est vrai, dans le soutien constant des médias mainstream à son égard, mais ce n’était sans doute pas ce à quoi la minorité de nos concitoyens qui a voté pour lui, s’attendait en matière de changement.

Une politique fondée sur « l’en-même-temps » ? Pas vraiment : Emmanuel Macron et son gouvernement ne sortent pas, en effet, de la doxa libérale, libertaire, laxiste et immigrationniste que l’on enseigne au Forum de Davos.

Que ce soit en matière pénale, d’immigration, de culture ou de terrorisme, rien ne change.

Avec Macron ce n’est pas mieux qu’avant

Comme ses prédécesseurs, le Président de la République salue les fêtes musulmanes mais pas les fêtes chrétiennes au motif que ce ne serait pas « républicain ». Il ne veut d’ailleurs pas faire de signe de croix devant les caméras. Et comme ses prédécesseurs, il nous promet la panacée d’un nouvel « islam de France ».

Sur le front « sociétal » rien de nouveau non plus, rue du Faubourg Saint Honoré. La PMA/GPA est toujours en ligne de mire avec l’euthanasie et on nous met une nouvelle couche de féminisme punitif. N’oublions pas non plus une énième législation « antiraciste » : ce doit bien être la 20ème du nom…Vraiment quelle audace ce Macron !

Et il n’aura fallu que quelques mois pour se rendre compte que Monsieur Blanquer n’était pas le sauveur de l’Education nationale que croyaient percevoir les éternels gogos de droite. Ses déclarations sur la réforme des méthodes d’enseignement ne sont pas suivies d’effet réel. Et l’engagement présidentiel de renforcer les zones dites prioritaires, vampirise tous les moyens, et installe progressivement une préférence inversée au sein du service public : classes surchargées dans la France profonde, classes allégées pour les « jeunes »des banlieues.

Avec Macron, ce n’est pas mieux qu’avant.

Un Saint Simonien qui fait des selfies

Le jeune Emmanuel Macron plafonne dans l’opinion parce qu’on voit bien qu’il n’est pas à la hauteur des années décisives que nous traversons.

Ce n’est qu’un Saint Simonien qui fait des selfies. Et qui croit toujours que « l’administration des choses » – on dit le marché de nos jours – pourra remplacer le gouvernement des hommes.

Mais un Saint-Simonien qui a également repris le vocabulaire des bourgeois fusilleurs de M. Thiers à l’égard des « gens de rien » : « Si tu veux un costard tu n’as qu’à travailler ! On dépense un fric fou avec les aides sociales ! »
Un Saint-Simonien qui rêve de déconstruire toute l’histoire sociale de la France. Ce n’est pas la marche en avant, mais la marche arrière qu’il engage !

Sans oublier que Kim Jong Macron planifie la censure de tous ses opposants en se prenant pour Jupiter.

Emmanuel Macron ressemble de plus en plus à un clone de Sarkozy et d’Hollande… Aussi agité que Sarkozy mais nettement moins rigolo qu’Hollande : un Sarkollande  transgénique en quelque sorte.

Cela doit-être cela, le transhumanisme. Et ce n’est pas rassurant.

Michel Geoffroy
23/08/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Estonian Presidency [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

Événement le 2 octobre à Paris