Articles

Pas de lutte contre la mondialisation sans fin du dogme de la croissance

Pas de lutte contre la mondialisation sans fin du dogme de la croissance

Print Friendly, PDF & Email

Par Frédéric Malaval, essayiste, auteur de Vers l’EcoHumanisme ♦  L’article “Pas de croissance économique sans croissance de productivité” a intéressé plus d’un lecteur. Ses auteurs se désolent de l’atonie de la croissance économique actuelle. Leur analyse est que malgré les espoirs qu’elle a suscités, la société de l’information n’a pas soutenu la croissance par les gains de productivité qu’elle aurait dû générer. Ils constatent que celle-ci est en panne. Trouver des sources de croissance économique aujourd’hui et demain est le Graal de la majorité des économistes.


Discourir sur les causes de la croissance, et surtout comment l’entretenir, est incontournable. Le constat cependant est que cette croissance faiblit, malgré l’augmentation faramineuse de la population mondiale et des investissements immenses pour la soutenir. L’International Monetary Fund n’est pas optimiste. Dans ses Perspectives de l’économie mondiale de juillet 2019, le constat est une “croissance mondiale encore languissante”. La livraison de janvier 2020 n’annonce pas d’embellie.

Comme l’ont évoqué les auteurs de l’article, les interrogations sur la Croissance ont commencé avec le rapport Meadows de 1972 ‘The Limits To Growth’ traduit en français par ‘Halte à la croissance’.

Dès cette époque, il était envisagé que cette croissance est fragile exposant la planète à beaucoup d’inconvénients. Il y a bien sûr la crise écologique et environnementale dénoncée dès les années 1960. Régulièrement des personnalités charismatiques alertent sur la situation. Aujourd’hui, en France, émerge un Aurélien Barrau relayant les discours que tenaient les Cousteau, Victor, Bombard, etc., dans années 1970. La candidature de René Dumont aux présidentielles de 1974 fut un premier acte politique. A cette époque, il alertait sur l’explosion démographique en Afrique. Or, aujourd’hui, la crise migratoire est là. René Dumont avait vu juste. Mais aujourdhui, quiconque parle de cette explosion démographique est puni, privé de télé…


Agenda : cérémonie des Bobards d'Or le 24 février à Paris. Réservez sans tarder vos billets en cliquant ici.
Cérémonie des Bobards d'Or le 24 février à Paris

Les polémiques sur le réchauffement climatique participent à ces doutes sur les vertus d’un modèle économique reposant sur une croissance ininterrompue. Depuis sa consécration, de nombreuses personnalités ont proposé des analyses sur cette mantra. Nous citerons Herman Daly ou Georgescu-Roegen parmi bien d’autres connus mondialement… dans des cercles restreints.

Dans le monde francophone, des visionnaires comme René Passet ou Gilbert Rist ont voulu montrer que d’autres discours sur l’Economie étaient nécessaires face aux économistes obsédés par la Croissance.

René Passet, Gilbert Rist et d’autres décryptent l’Economie sous le regard de l’Histoire, de la Religion, de la Philosophie, des Sciences en général dont l’Ecologie, etc. Bien évidement l’obsession de la Croissance est au cœur de leurs travaux, Gilbert Rist allant jusqu’à s’interroger sur la dimension quasi religieuse à cette référence (1) devenue la pierre angulaire de la Mondialisation. Or, la Mondialisation impose la fin des frontières désormais ouvertes aux migrations, aux marchandises et aux capitaux avec comme conséquences les crises écologique et identitaire comme prix à payer.

Mondialisation et Croissance sont les deux faces d’une même pièce.

S’interroger sur le paradigme économique dominant et l’oligarchie l’instrumentalisant est le préalable pour quiconque doute de sa pérennité, voire l’envisage dangereux. Or de fait, la croissance faiblit. Il s’agit de l’admettre et de comprendre pourquoi. Dans l’article ‘La Croissance, c’est fini !’ (2), l’idée-clé est que cette croissance rencontre désormais un obstacle insurmontable: nos déterminismes biosociaux.

Penser le futur sans faire de la croissance une obligation devient une nécessité pour une anthroposphère atteignant bientôt son climax (3). C’est le meilleur moyen de lutter contre la Mondialisation et ses conséquences sur la Nature et la diversité humaine faisant la richesse de l’Humanité.

Cela ne sera jamais assez répété, Croissance et Mondialisation sont consubstantielles. Elles sont à l’origine de la crise écologique et de la crise identitaire.

Frédéric Malaval
09/02/2020

(1) Gilbert Rist “Le Développement : Histoire d’une croyance occidentale”, “La tragédie de la croissance”

“Le “développement” a servi pendant six décennies à légitimer, au Nord comme au Sud, d’innombrables politiques économiques et sociales et fait croire à l’avènement du bien-être pour tous. La mondialisation a pris le relais (…). Nonobstant son échec, le développement survit comme une lueur d’espoir collectif, car il repose sur une croyance profondément ancrée dans l’imaginaire occidental où le besoin de croire l’emporte sur les doutes que l’on peut avoir sur l’objet de la croyance”.

“Chacun comprend aisément qu’une croissance infinie dans un monde fini est impossible, tout en agissant comme si cela n’était pas vrai. Nous sommes collectivement affligés d’une dissonance cognitive : pour assurer notre confort psychique, nous renonçons à considérer la vérité qui nous embarrasse en espérant que, finalement – mais sans trop savoir comment – tout finira par s’arranger”.

(2) http://frederic-malaval.wifeo.com/textes.php

(3) Dans le domaine de l’écologie, le ‘climax’ désigne l’état final d’une succession écologique, l’état le plus stable dans les conditions abiotiques existantes.

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Print Friendly, PDF & Email

Cet article vous a plu ?

Prenez quelques instants pour vous abonner à la Lettre de Polémia afin de ne rater aucune publication.

Soutenez Polémia

Faites un don avec PayPal.