Accueil | Exclusivité Polémia | « Une fin du monde sans importance (vol. II) » : dissection d’une société en voie de décomposition

« Une fin du monde sans importance (vol. II) » : dissection d’une société en voie de décomposition

« Une fin du monde sans importance (vol. II) » : dissection d’une société en voie de décomposition

par | 8 février 2020 | Exclusivité Polémia, Société

Par Régis Mitjaville ♦ Avec ce deuxième recueil de ses chroniques données à Éléments, pertinemment préfacé et éclairé par Olivier Maulin, Xavier Eman poursuit son portrait au vitriol de la société française contemporaine.


L’ouvrage est la suite d’un premier volume paru en 2016 chez Krisis. Après une incursion dans le roman (Terminus pour le hussard, paru début 2019 chez Auda Isarn), Xavier Eman reprend ici la collation de ses chroniques sous forme de saynètes ciblant sur le mode humoristique et caricatural divers types de notre société en état de décomposition morale avancée.

L’auteur, rédacteur en chef de la revue littéraire Livr’Arbitre et du site Paris Vox, chroniqueur régulier à Éléments, poursuit, dans une Comédie humaine contemporaine, la peinture de notre société à travers les portraits de personnages typiques placés dans des situations à la fois farcesques et tragiques.


Agenda : colloque de l'Institut ILIADE le 25 avril à Paris. Réservez sans tarder vos billets en cliquant ici.
2020 : la nature comme socle

Ses personnages, anti-héros minables, pathétiques et souvent désastreux, constituent une galerie pittoresque de figures contemporaines, allant du présentateur télé sans foi ni loi à la starlette beurette, du CRS aviné cogneur de gilets jaunes à l’activiste vegan, en passant par une sélection de bobos éperdus de conformisme, perdant pied devant leurs épouses ou leurs chefs, dénués de toute conviction sincère, refoulant leurs pulsions et leurs sentiments véritables, qui, selon la loi du genre, se révèlent en catastrophe… Une large section sociale donc, qui brosse en creux le portrait d’une société en perdition.

Ces portraits sont traités d’un ton vif et comique, un peu poivré à l’occasion, ce qui en accentue encore par contraste le fond noir et presque désespéré. La caricature permet, en assurant l’effet comique, de graver des types de l’œil acéré de sociologue. Brillance du style, humour dévastateur, finesse du sociologue : ce petit livre offre une lecture très distrayante, où s’allient heureusement la vivacité du style,la fulgurance de l’observation et la justesse de la réflexion.

Xavier Eman suit, dans son projet, de grands anciens. Balzac a tracé l’ambition : peindre la société de son temps. Pour la nôtre, Muray et Houellebecq l’ont précédé. Mais sa manière est autre, sa série de portraits à la façon de La Bruyère vise à graver nos travers à l’acide du rire : « Castigat Ridendo Mores ». La légèreté du style souligne par contraste la gravité du propos, tracée dans le titre de l’ouvrage.

Ainsi va notre petite société macroniste, libérale et libertaire, qui poursuit chaque jour la « lobotomisation programmée de notre peuple ». Ces tendances n’appartiennent pas à notre seul pays, et c’est d’ailleurs la large implantation de cette sous-culture à travers le monde qui en fait aujourd’hui le plus grand danger. Un vaste ensemble de nations se trouvent embarquées dans cette fuite en avant (quel avant ?) sans perspective, et dont la seule boussole, si c’en est une, est celle d’un universalisme béat où se perdent valeurs et culture, et par où pourrait périr notre civilisation.

Doit-on alors désespérer de l’avenir ? Subsistent de larges espaces de résistance, les États-Unis en sont, quelles que soient les réserves que l’on puisse avoir sur leur président, et en dépit du désolant exemple de leurs universités, foyers du « politiquement correct ». La Russie en fait aussi partie, et maintenant l’Angleterre, retrouvée en elle-même, qui devrait, peut-on l’espérer, montrer à l’Europe la voie du redressement moral.

Pour acheter Une fin du monde sans importance vol. IIhttps://www.revue-elements.com/produit/une-fin-du-monde-sans-importance-vol-2/

Régis Mitjaville
08/02/2020

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Bruno Mégret sur l’islamisme : « Ce que devrait dire le président de la République »

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦ L’horrible assassinat du...

En 2017, un livre choc avertissait des ravages de l’islamisation à l’école

Par Camille Galic, journaliste et essayiste… ♦ En 2017, dans son ouvrage Tarek, une chance...

Assimilation, séparation ou remigration ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le prochain Forum de...

Alain de Benoist : « Trump, faute de mieux »

La date de l'élection américaine se rapproche à grands pas. Le choix entre Donald Trump et Joe...

Insécurité. Interdiction des feux d’artifice… et du bon sens ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°318 – Couvre-feu : les journalistes au garde-à-vous

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Le point sur la situation du Général Delawarde – Octobre 2020

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre...

États-Unis. Les enjeux énormes de l’élection présidentielle américaine

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Encore plus que celle de 2016,...

Sophie Pétronin : le retour de la convertie

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Quand la radio publique appelle à la censure

Par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste ♦ La diversité idéologique est complètement...