Articles

Michel Geoffroy : « Le rêve mondialiste est périmé ! »

Michel Geoffroy : « Le rêve mondialiste est périmé ! »

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Conférence le 2 octobre à Paris : La stratégie du chaos, arme de la super-classe mondiale

A quelques heures de la conférence parisienne de Michel Geoffroy (inscriptions toujours possibles en cliquant ici), nous partageons avec vous un entretien accordé par l’essayiste et contributeur régulier de Polémia au magazine Monde & Vie.
Polémia


Michel Geoffroy vient d’écrire un gros livre sur La super-classe mondiale contre les peuples. L’ancien haut fonctionnaire, pétri par la culture du secret, découvre, pour nous, les arcanes d’un nouvel ordre.

La super-classe mondiale, née d’un rapport de force entre finance mondialisées et souveraineté politique

Monde & Vie : Qu’appelez-vous « la superclassemondiale » ?

Michel Geoffroy : Fondamentalement, ce n’est rien d’autre que le Pouvoir économique et financier, dérégulé et mondialisé dans la seconde moitié du XXe siècle. Car en 1989, après la disparition de la menace communiste, la fonction marchande se met à tout diriger en Occident. C’est ce qui me différencie par exemple des travaux d’un Henry Coston, autrefois : je ne pointe pas telle ou telle minorité à l’œuvre dans l’histoire, même si cette méthode a eu son intérêt, mais je décris un système, que je caractérise ainsi : l’usurpation de la souveraineté politique par le pouvoir économique et financier mondialisé et dérégulé en Occident. Il faut bien se dire que les 100 premières entreprises mondialisées, qui sont américaines en grande majorité, représente un PIB supérieur à celui de l’Union européenne. Ajoutons qu’elles peuvent se localiser où elles veulent pour payer le moins possible d’impôts aux États. Eh bien ! La super-classe mondiale, c’est le milieu humain qui naît du nouveau rapport de force entre l’économie et la finance mondialisées d’une part, la souveraineté politique d’autre part.

Que craignez-vous de cette super-classe ?

L’Américain Christopher Lasch a bien expliqué le renversement de perspective auquel on est confronté par l’émergence de cette nouvelle hégémonie. Jusqu’à la fin du XXe siècle, note-t-il, on a eu peur de ce que l’Espagnol Ortega y Gasset appelait « la révolte des masses » assimilée au risque révolutionnaire. Aujourd’hui, il se passe le contraire : les peuples aspirent à la stabilité. Et ce sont les élites qui ont décidé de changer le monde à leur profit. Leur nouvelle toute-puissance se manifeste médiatiquement tous les ans au sommet de Davos par exemple. On n’est plus dans le vieux discours national des 200 familles, parce qu’aujourd’hui les 200 familles n’ont plus peur de rien : elles se sont alliées avec les classes dirigeantes des autres pays occidentaux contre les peuples. C’est tout le sens de la formule de Warren Buffet, l’un de ces grands oligarques, troisième fortune mondiale en 2016, que je cite au début de mon livre ; il a déclaré dans le New-York Times du 26 novembre 2006 : « Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui la mène, et nous sommes en train de la gagner ». Quel cynisme !

Une super-classe relativement ouverte

D’où vient cette expression de super-classe ?

Je n’ai pas inventé ce concept. C’est Samuel Huntington, l’homme du choc des civilisations, qui l’emploie le premier, en 2002, dans son livre Qui sommes-nous. Il pointe le rôle d’une oligarchie nouvelle. Plus tard, en 2009, David Rothkopf reprend le terme dans son étude La Caste. Il évalue à 6 000 personnes le nombre des membres de cette caste, parce qu’il ne compte que les super-milliardaires. Huntington, qui inclut les millionnaires dans son décompte, en est, lui, à plusieurs millions d’influenceurs dans le monde.

Vous êtes d’accord avec cette expression de Rothkopf : « la caste » ?

Non pas tout à fait, parce qu’une caste est quelque chose de métaphysiquement fermé, à quoi l’on n’accède pas si l’on n’y est pas né. La super-classe est au contraire relativement ouverte. Ses membres se renouvellent périodiquement. Elle est formée de cercles concentriques, au travers desquels tout un chacun peut accéder au cœur du réacteur : le pouvoir économique et financier. Regardez : le président Obama, dans un discours tenu en Afrique du sud, à l’occasion d’un hommage à Nelson Mandela en juillet dernier emploie l’expression : « nouvelle élite internationale ». On peut lui faire le crédit qu’il sait de quoi il parle.

Trump face à Clinton comme Staline face à Trotski

Ce pouvoir transnational est largement d’origine américaine. Mais comment se fait-il que le président Trump rencontre en ce moment une telle opposition à travers le monde ?

L’épicentre de ce nouveau pouvoir mondial est effectivement aux Etats unis, mais l’un des aspects intéressants de la présidence Trump, que l’on voit effectivement en butte à l’État profond américain, c’est que les Américains sous son égide, contre le mainstream mondialiste, sortent de tous les organes multilatéraux. On peut risquer une analogie un peu audacieuse : Trump face à Hillary Clinton, c’est un peu Staline face à Trotski, c’est « le communisme dans un seul pays » face à « l’internationale prolétarienne ». Au nom de ce nationalisme (voyez le slogan America first), Trump fait partie de ces nombreux présidents américains qui se heurtent à la puissance financière, aujourd’hui plus cosmopolite que jamais.

Des cercles de pouvoir

Revenons, pour mieux prendre la mesure de cette nouvelle classe, à l’image que vous utilisez des cercles concentriques…

Il faut imaginer un caillou lancé dans l’eau. Plus les vagues concentriques sont éloignées de l’impact, moins elles sont fortes…Ce n’est pas « Une main cachée dirige le monde », mais un jeu permanent d’influences à différents niveaux. Le cœur, je vous l’ai dit, c’est évidemment la nouvelle puissance économique et financière mondialisée et dérégulée ; c’est le premier cercle, mais dans ce Système, au sens cybernétique du terme, différentes composantes rétroagissent. Les cercles ne sont pas fermés les uns aux autres.

Quels sont les autres cercles ?

Il y a ensuite le cercle médiatique et culturel. Les médias exercent un double pouvoir d’ahurissement et de présélection des personnels politiques, comme nous l’a montré en France l’émergence d’Emmanuel Macron. Évidemment, ces médias sont entre les mains de membres du premier cercle, comme en France Patrick Drahi (pour BFM) ou Arnaud Lagardère par exemple. Par le biais du mécénat, ils tiennent aussi la culture. L’art déraciné marchand que nous appelons « contemporain » est ce que l’on pourrait appeler du Financial art (Aude de Kerros), car les œuvres d’art ne sont pas imposables et constituent un juteux placement. Dans ce pouvoir culturel, il faut encore inclure les géants du net : la grande révélation de cet été est le rôle de Facebook, de twitter ou de Google dans la censure des opinions dissidentes. Vous remarquerez qu’autrefois la censure était le fait d’institutions relevant de la souveraineté temporelle ou spirituelle comme l’État ou l’Église, alors que les marchands essayaient de rester neutres. Aujourd’hui ce sont au contraire les « marchands » – c’est-à-dire les grandes entreprises mondialisées –qui censurent, et qui, tel le vice-président de Google, Ken Walker, dans une vidéo révélée récemment par le site Breitbart et le Daily Mail, s’engagent à lutter contre le populisme.
On peut noter, en outre, l’étrange traçabilité de la préoccupation des fake news en Occident : le sujet est parti de Davos fin 2016. Il a été repris au Bilderberg, six mois plus tard, puis au congrès international des journalistes où l’on a entendu les géants du Net annoncer leur intention de « mettre un terme à la neutralité du net ». Enfin en 2018, Emmanuel Macron veut faire passer sa loi sur les fake-news, montrant bien qu’il est avant tout le serviteur dévoué du nouvel ordre mondial, appliquant les consignes des organisations prescriptrices, situées au-delà de la sphère étatique.

Justement ces organisations forment ce que vous appelez le troisième cercle ?

Le troisième cercle, ce sont toutes les organisations non gouvernementales, dont la plupart (90 %) sont d’origine anglo-saxonne. Parmi elles, je classe la franc-maçonnerie, la plus ancienne des ONG ! Autre ONG célèbre et qui a elle aussi un rôle mondial : l’Open society du milliardaire George Sorros, qui reconnaît travailler, comme la FM d’ailleurs, à la promotion de l’avortement, à la suppression des lois pro-vie dans le monde et à la promotion du chaos migratoire. Mais elle a un rôle plus large et encourage tous les agents de la déconstruction sociale, dans 140 pays au monde.

De façon générale, alors que les liens sociaux tendent à disparaître (There is not such a thing as society disait Madame Thatcher), on parle désormais de « la société civile », en désignant à travers ce curieux pléonasme, toutes les forces qui appuient les intérêts de la super-classe mondiale. La reconnaissance de la légitimité de ladite société civile permet de faire pièce si nécessaire à la souveraineté des États.

Les instances politiques et administratives peuvent participer elles aussi de la super-classe mondiale, mais leur pouvoir est résiduel et leur autorité marginale. C’est le quatrième cercle. Emmanuel Macron est à lui tout seul le symbole d’un politique qui est avant tout au service de la Davocratie mondialiste. Et de façon générale, le rôle de l’appareil d’État est à la fois de gérer les conséquences catastrophiques du libre-échangisme mondialiste et de donner un vernis démocratique à la gouvernance de l’oligarchie.

Des déclarations limpides

N’avez-vous pas peur que l’on taxe votre approche de « complotisme » ?

En vérité ce serait un curieux complot que celui-là, un complot à ciel ouvert. Tout est sourcé dans mon livre. Les travaux du forum de Davos sont par exemple accessibles sur Internet. Nous avons en effet affaire à des comploteurs qui ne cachent pas leur projet.
Dès 1970, le français Edmond de Rotschild déclarait par exemple : « Le verrou qui doit sauter à présent, c’est la nation ». C’est dans le magazine L’Entreprise du 18 juillet de cette année 1970. L’injonction est plus actuelle que jamais. Voyez aussi DSK, il se fait prophète le 15 novembre 2010 sur France Inter : « Le grand pari du XXIe siècle, c’est l’invention d’une gouvernance mondiale. Elle prend aujourd’hui la forme du G20 et au cœur de cette gouvernance, il y a le nouveau FMI ». James Paul Warburg, membre du Council of Foreign relations (CFR) déclarait au Sénat américain, le 7 février 1950 : « Nous aurons un gouvernement mondial que nous le voulions ou non. La seule question est de savoir si le gouvernement mondial sera organisé par l’adhésion ou par la conquête ».
Avouez que les comploteurs ont de la suite dans les idées et qu’ils le font savoir.

Et malgré tout vous êtes optimiste ?

Optimiste je ne sais pas, mais je crois que l’on assiste en ce moment à une désoccidentalisation du monde et que ce genre de rêve mondialiste, qui confond le monde et l’Occident, est d’ores et déjà un rêve périmé.

Propos recueilli pour Monde & Vie par l’abbé de Tanoüarn

Michel Geoffroy, La super-classe mondiale contre les peuples, éd. Via Romana, 472 p., 24€.

Source : Monde & Vie – Septembre 2018

Crédit photo : Thierry Ehrmann [CC BY 2.0], via Flickr

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !