Articles

Concert de Médine. De l’importance des petites victoires

Concert de Médine. De l’importance des petites victoires

Par Romain Espino, porte-parole de Génération Identitaire ♦ Le climat se durcit de plus en plus pour les tenants d’une ligne politique identitaire, que ce soit dans les médias ou dans les tribunaux. Romain Espino, le courageux militant identitaire ayant décidé de s’investir publiquement durant la campagne alpine de Defend Europe, a donc tenu à rappeler que toutes les petites victoires avaient une grande importance.
L’occasion de nous rappeler que le concert du rappeur islamiste Médine au Bataclan avait été annulé grâce à notre mobilisation à tous.
Polémia.


Médine ne profanera pas la mémoire des martyrs du 13 novembre 2015 sur le lieu même de leur assassinat par des terroristes islamistes. La mobilisation de Génération Identitaire et de milliers de Français dont l’exemplaire Patrick Jardin, père d’une des victimes, a payé.

Il aura néanmoins fallu attendre de longs mois pour que le rappeur renonce à sa provocation inacceptable. Même les larmes de parents de victimes n’avaient pas suffi à l’émouvoir. Sous la pression, il a du finalement se rendre à l’évidence : il valait mieux renoncer.

Il n’est pas le premier à avoir cédé face aux identitaires et leur capacité de mobilisation en ligne et dans la rue : Black M et Sniper sont là pour en témoigner.

Certains expliquent que l’annulation du concert de Médine au Bataclan ne changera rien, qu’il jouera dans d’autres salles, dans d’autres endroits. C’est la posture de ceux qui préfèrent le romantisme de la défaite et de l’inaction à l’efficacité du militantisme, parfois contraignant et ingrat il est vrai. C’est aussi une excuse bien pratique pour ne rien faire en attendant un hypothétique Grand Soir.

Chez les identitaires, nous avons toujours préféré engranger des petites victoires. De ces succès naissent les prises de conscience. Vaincre les autres, c’est aussi convaincre les nôtres de la possibilité de LA victoire. Aux désespérés, aux usés, à ceux qui ne croient plus en rien ni en personne, nous sommes la lueur dans le brouillard, le phare dans l’obscurité. À ceux qui pensent que rien n’est possible et que nous ne pouvons que regarder l’Europe s’effondrer, nous leur montrons que le combat n’est pas perdu. Au contraire, il ne fait même que commencer. Il ne tient qu’à eux d’y participer.

Romain Espino
02/10/2018

Source : Les Identitaires

Crédit photo : Les Identitaires


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018