Articles

Succès pour la conférence de Michel Geoffroy sur la super-classe mondiale

Succès pour la conférence de Michel Geoffroy sur la super-classe mondiale

Par Paris Vox ♦ Le mardi 2 octobre à 20 heures avait lieu la conférence de Michel Geoffroy : La stratégie du chaos, arme de la super-classe mondiale. Après plus d’une heure d’entretien avec François Bousquet, rédacteur en chef de la revue Éléments, Michel Geoffroy a répondu à une quinzaine de questions avant de dédicacer son ouvrage.
Avec près de 140 entrées et une soirée marquée par l’attention des spectateurs ainsi que par la pertinence des questions du public, cette rencontre aura été un succès.
En attendant la vidéo de cette conférence, retour sur le contenu des échanges entre François Bousquet et Michel Geoffroy grâce à Paris Vox qui avait dépêché un journaliste sur place.
Polémia


Nous avions rencontré il y a quelques semaines Michel Geoffroy pour lui soumettre un questionnaire parisien de Proust. A cette occasion, nous abordions la tenue d’une table ronde organisée avec François Bousquet.  L’équipe de Paris Vox s’est rendue à ce rendez-vous.

L’amphithéâtre est presque plein, il reste bien quelques rares sièges vides mais l’assemblée est nombreuse. Jean-Yves Le Gallou prend la parole pour introduire la soirée et les intervenants. Il en profite pour signaler que le prochain forum de la dissidence de Polémia aura lieu le 17 novembre au New Cap et aura pour thème : La censure.

François Bousquet, rédacteur en chef d’Eléments et désormais patron de librairie, soumettra plusieurs questions à Michel Geoffroy. Michel Geoffroy, énarque de formation est l’auteur du livre « La super-classe mondiale contre les peuples« .

La table ronde du soir, “La stratégie du chaos- arme de la super-classe mondiale”, s’appuie sur certaines thèses développées dans le livre.

Début de la conférence

C’est par cette citation de  Mac Luhan que Michel Geoffroy débute son exposé : “Les petits secrets ont besoin d’être protégés, les plus grands sont protégés par l’incrédulité publique”. 

Il a ensuite posé en préalable que “l’épicentre de la superclasse mondiale, le premier cercle financier se trouve aux États-Unis”.⁦ 

Autre constat clair « Le pouvoir économique et social s’est libéré de la tutelle des États. Ainsi, « Les 100 plus grandes entreprises mondiales (dont les 3/4 sont américaines) ont un chiffre d’affaires équivalent au PIB de l’UE ».

Selon Geoffroy, « les oligarques veulent s’enrichir (…) Et imposer leur gouvernance au monde » pour se faire ils s’appuient sur différents relais que sont les médias ou encore les ONG. La stratégie du chaos permet de maintenir les peuples sous pression. A ceux qui douterait du chaos, l’argument est imparable : « il suffit de se promener dans nos villes pour apercevoir le chaos ».

Ce chaos permet au privé de remplacer les organismes étatiques : « L’insécurité a développé le marché de la sécurité privée : 5 milliards de CA en France. La faillite de l’éducation nationale a créé en France le premier marché mondial du soutien scolaire ».  « Ce chaos permet de développer le contrôle de la population qui se substitue à la souveraineté ». En somme, « Le chaos sert a déstructurer les états (affaiblissement des états), et donne la possibilité d’imposer un contrôle (état d’urgence) ».

Peu avant de conclure, Michel Geoffroy fait un parallèle osé mais non dénué de sens : « Staline avait abandonné la révolution mondiale pour se recentrer sur la Russi , Trump prend ses distances avec le projet de nouvel ordre mondial pour se recentrer sur les Etats-Unis . Trump le Staline américain ? »

Le propos tenu est clair. Il ne s’encombre pas de termes trop complexes et n’est pas dénué de traits d’esprit.

La classe des riches gagne-t-elle vraiment ?

A l’issue de l’exposé, une séance de questions/réponses avec le public était proposée. Le public a ensuite pu faire l’acquisition de l’ouvrage de Michel Geoffroy. Nous ne saurions que vous conseiller de l’acquérir. Loin de tout complot, l’auteur décrypte les motivations de la super-classe mondiale, celle dont Warren Buffet disait : »Il y a une lutte des classes, évidemment, mais c’est ma classe, la classe des riches qui mène la lutte. Et nous sommes en train de gagner”.

Michel Geoffroy réfute cependant tout pessimisme, bien au contraire. Il compte sur les ressorts du peuple européens et sur la résurgence d’un monde multi-polaire qui pourrait être fatal à la super-classe.

Paris Vox
03/10/2018

Source : Parix Vox

Crédit photo : Polémia


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018