La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Europe | Le post-européiste Macron, promoteur d’une « Europe » post-européenne

Le post-européiste Macron, promoteur d’une « Europe » post-européenne

Le post-européiste Macron, promoteur d’une « Europe » post-européenne

par | 11 janvier 2022 | Europe, Politique, Société

Par Thomas Ferrier, président du Parti des Européens et essayiste ♦ Au sortir de la seconde guerre mondiale, dans une Europe en ruines, l’idée d’unité politique de l’Europe afin d’empêcher toute nouvelle stasis (« guerre entre cités » en Grèce classique) apparaissait comme une évidence au plus grand nombre. L’idée d’une Europe unie et démocratique face au bloc soviétique qui opprimait des millions d’Européens était dominante, à part aux yeux des communistes de l’Ouest, soumis aux directives de l’Est. La première tentative d’Europe politique fut la Communauté politique européenne (CPE) qui devait accompagner la mise en place d’une Communauté européenne de défense (CED), au moment où les USA d’Eisenhower souhaitaient se désengager de la défense de l’Europe occidentale. La question d’une nouvelle armée allemande amena à une convergence des refus de la part des gaullistes et des communistes français face à un Mendès-France lâche, ne voulant pas engager sur ce texte la responsabilité politique de son gouvernement. Cette CED promue par la France fut rejetée par la France elle-même, alors que les cinq autres pays de l’Europe des six avaient donné leur plein accord.

 

La mondialisation contre la convergence économique européenne

Alors la CPE fut remplacée par une CEE, un marché commun, selon le Traité de Rome de 1957, en imaginant que les liens économiques amèneraient nécessairement à une Europe politique à terme, une Europe politique qu’on attend toujours, alors que la mondialisation a fait voler en éclat toute idée de convergence économique européenne. De cette époque, est restée cette Union européenne (créée officiellement en 1994) qui, on le verra, devient davantage chaque jour une Union post-européenne. Dans les années 50, personne ne niait la profonde parenté entre Européens soulignée par exemple par un Jean-Baptiste Duroselle. C’était avant les flux migratoires post-coloniaux et extra-européens croissants qui déferlent sur l’Europe occidentale depuis les années 70, jusqu’à changer la nature de nos sociétés, et rendre l’Europe occidentale de moins en moins européenne.

Post-Europe en gestation ou Afrope ?

Dans cette Post-Europe en gestation, qui prend de plus en plus les traits d’une Afrope, du moins à l’ouest, Emmanuel Macron est le prétendu promoteur de l’idée européenne, celui qui veut faire avancer la construction européenne vers une Union politique. Ce serait une erreur majeure que de le gratifier d’une telle intention et pire encore de lui en laisser le monopole.

Macron, faussaire de l’idée européenne ?

Emmanuel Macron est à la fois le faussaire de l’idée européenne, qu’il usurpe en paroles et en actes, faisant d’un projet de départ d’unité politique de l’Europe une étape vers une logique mondialiste, et il en est son fossoyeur, puisqu’il amène l’Europe vers sa négation même, vers sa destruction, sous le coup des vagues migratoires et d’actions liberticides majeures. Il dévalue l’idée européenne en la privant de toute légitimité démocratique et il la dévoie sur le plan identitaire pour mettre les Européens eux-mêmes en minorité sur leur propre sol à terme. Ainsi les Européens ne sont plus chez eux sur un plan identitaire et ne décident plus démocratiquement de leur avenir. C’est la dictature des juges et des élites auto-proclamées, tous promoteurs d’une « Europe » post-européenne, c’est-à-dire sans Européens. L’entêtement systématique d’un Macron à exiger lors du « sommet de Montpellier » (novembre 2021) que l’Europe « accepte sa part d’africanité » en elle, sa volonté de présenter l’avenir de l’Europe comme intimement lié à celui de l’Afrique, son choix de construire une « maison de la diversité » pour vanter l’apport des populations migrantes à la France, vont dans le sens d’une « Europe » post-européenne.

Pas d’européisme authentique sans démocratie et identité

Les européistes authentiques considèrent que l’Europe doit politiquement s’unir sur la base de son identité commune, de sa souche ethno-civilisationnelle commune. Pour eux, la démocratie et l’identité sont les piliers naturels d’une Europe politique digne de ce nom. En réalité, Emmanuel Macron est un post-européiste, l’antithèse même d’un européiste sincère, car il se veut le promoteur d’une « Europe » désincarnée, dirigée par des élites illégitimes qui refusent de donner la parole au peuple, et remplacée petit à petit par des populations aneuropéennes.

Macron ? Une Europe unie post-mortem, une Anti-Europe

De fait, Emmanuel Macron, tout comme le pape François sur le plan religieux, ce qui explique ses appels incessants à accueillir des migrants, évoque une « Europe » unie post-mortem, une Post-Europe qui ne sera pas une autre Europe mais une Anti-Europe. Son projet est donc mortifère par nature. L’idée européenne si belle et l’unité politique de l’Europe si nécessaire sont entravées par des gouvernements qui, comme Macron, prétendent la bâtir alors qu’ils veulent en réalité en détruire la nature même et soumettre les Européens à des valeurs hors sol qui ne peuvent amener qu’à la ruine de tous.

Thomas Ferrier
11/01/2022

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Le « Great Reset » : mythes et réalités

Par Johan Hardoy ♦ Ancien haut fonctionnaire issu de l'ENA, Éric Verhaeghe a quitté...

Discours de Vladimir Poutine : à qui perd gagne

Par Pierre Boisguilbert ♦ Convaincant parfois, déroutant souvent, Vladimir Poutine a repris...

Ukraine. Le gouvernement allemand fait fausse route pour Steffen Kotré, porte-parole de l’AfD

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure...

Callac, laboratoire du peuplement de la France profonde par l’immigration

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le président de la...

« La société de propagande », le nouvel ouvrage de Jean-Yves Le Gallou

Dans le monde orwellien qui est désormais le nôtre, il est une réalité que les nowhere aiment à...

Éric Zemmour : « Je me battrai de toutes mes forces contre la répartition de migrants dans la ruralité »

Par Éric Zemmour ♦ Dans son discours aux préfets du 15 septembre, Emmanuel Macron a acté le...

À l’ONU, la leçon du président Serbe sur l’Ukraine et l’OTAN

Par Pierre Boisguilbert ♦ Le discours le plus pertinent n’a pas été le plus médiatisé. Les...

Disparition de François-Bernard Huyghe, un phare en pleine tempête

Par Goulven Laënnec ♦ Penseur joyeux et tragique de la modernité et de la post modernité,...

Le syndrome du canard : comment les organisations en déclin s’habituent à la médiocrité

Par Philippe Silberzahn, auteur et professeur de stratégie ♦ Les lecteurs de Polémia...