Bobards d'Or 2022
Accueil | Politique | Droite, gauche, extrême centre et présidentielle. Entretien avec Jean-Yves Le Gallou

Droite, gauche, extrême centre et présidentielle. Entretien avec Jean-Yves Le Gallou

Droite, gauche, extrême centre et présidentielle. Entretien avec Jean-Yves Le Gallou

par | 8 janvier 2022 | Politique, Société

Voici un point politique de rentrée par Jean-Yves Le Gallou, en réponse aux questions de l’abbé Guillaume de Tanoüarn pour le numéro de janvier de Monde et Vie : http://www.monde-vie.com/la-boutique/num%C3%A9ro-1006-format-pdf-detail.

Gauche, droite, « extrême centre » et Révolution française

Guillaume de Tanoüarn : Les notions de droite et de gauche ont-elles encore un sens, après le passage d’Emmanuel Macron au pouvoir ?

Jean-Yves Le Gallou : Emmanuel Macron c’est un peu l’extrême centre, l’extrémisme politiquement correct. Il porte massivement toutes les valeurs ou non valeurs de gauche assorties d’un libéralisme économique de façade. Il n’a en rien diminué le poids des impôts et des charges. En revanche, il a contribué à la destruction de l’Etat et à la vente des actifs français comme Alstom Energie, bradé à General Electric dans un accord fait par des banques d’affaire qui sont parmi les premiers soutiens financiers de la campagne d’Emmanuel Macron. Ce dernier apparaît comme un liquidateur du patrimoine français au service d’une superclasse mondiale qui l’a adoubé et choisi entre autres parce qu’il est membre de la French American foundation, du forum de Davos et du groupe Bilderberg.

Guillaume de Tanoüarn : Diriez-vous que la France qui a inventé la Révolution française est un pays foncièrement à gauche ?

Jean-Yves Le Gallou : C’est avec la Révolution Française, qu’apparaît le placement gauche/droite des élus dans les hémicycles et c’est vrai que depuis ce moment, on peut avoir l’impression que l’histoire est un glissement à gauche continu. Il y eut des assemblées de droite : en 1918 la chambre bleue horizon, en 1968 face aux événements de Mai 68, en réaction au joli mois de Mai de cette année-là. En 1986, aussi, par réaction au mitterrandisme, la droite est largement majoritaire à l’Assemblée. Dans ces trois cas, on constate plus ou moins la même chose : les chambres se trouvent frappées d’impuissance et contraintes de facto à renier les préférences de leurs électeurs. En matière de trahison de la droite, en 86, malgré son succès électoral et une première cohabitation, Chirac renonce à son programme sur l’immigration et l’insécurité, à la suite de l’exploitation de la mort de Malik Oussekine. En 1968 déjà, la chambre introuvable pourtant peuplée de gaullistes intransigeants et de réactionnaires authentiques avait cautionné tous les abandons : réforme de l’éducation nationale, de la souveraineté monétaire, lois liberticides, réforme du code civile autour de la famille etc.

Guillaume de Tanoüarn : Le politiquement correct est-il d’origine française ?
Jean-Yves Le Gallou : Il y a deux éléments qui permettent de répondre par l’affirmative à votre question : les lois liberticides et la propagande antiraciste ont commencé à s’implanter en France, avant de se répandre sur le reste de l’Europe. Quant au wokisme qui nous revient d’Amérique, on peut dire qu’il s’est formé, entre autres, à partir de ce que les Américains nomment la French Theory, ce grand courant de pensée où s’épanouissent les premiers déconstructeurs de Simone de Beauvoir à Michel Foucault et à Jacques Derrida..

Guillaume de Tanoüarn : La gauche a-t-elle encore une existence politique aujourd’hui en dehors de son action culturelle

Jean-Yves Le Gallou : D’un point de vue démocratique le pouvoir que la gauche exerce sur la société française est absolument insupportable. La gauche, aujourd’hui, écolos compris, représente à peine le quart du corps électoral mais elle contrôle la quasi-totalité du système médiatique et exerce sa férule sur le corps judiciaire. Quant au monde associatif, de gauche, il vit sous perfusion de subvention publique. Le paradoxe c’est que moins la gauche a d’existence politique plus elle existe en termes idéologiques. Pour reprendre l’expression de Guillaume Bernard, Il y a un mouvement dextrogyre dans l’opinion, c’est incontestable et de ce point de vue la gauche aujourd’hui n’est plus une force électorale. Mais demeure un mouvement sinistrogyre, en particulier chez les prescripteurs d’opinion. Pourquoi on n’en finit pas si facilement avec la gauche ? Pourquoi garde-t-elle une audience chez les intellectuels, même lorsqu’elle perd le peuple ? La gauche, en définitive, ce sont les Lumières : rationalisme, individualisme, progressisme et ruptures de tradition. Beaucoup d’analystes, dont tout récemment Michel Geoffroy dans le livre qui justement porte ce titre, sentent venir le crépuscule des Lumières, mais les révolutions culturelles, ou en l’occurrence les contre-révolutions culturelles, quand elles ne sont pas programmées par un pouvoir totalitaire sont beaucoup plus lentes à advenir que les évolutions politiques.

Guillaume de Tanoüarn : Qu’est-ce qu’un gouvernement de droite ?

Jean-Yves Le Gallou : On peut citer quelques caractéristiques d’un gouvernement qui se dit de droite et d’abord la priorité du domaine régalien sur les domaines économiques et sociaux. On trouve aussi parmi les valeurs de droite le respect du patrimoine. La défense des traditions ne signifie pas le recroquevillement sur le passé. Elle signifie une défense et illustration de la transmission qui nourrit des innovations : « Nous sommes des nains sur les épaules de géants » comme on disait au Moyen-Age. La droite, c’est aussi la défense des libertés contre toutes les tendances centrifuges de l’étatisme. A l’Iliade, on résume cela en un mot : LIS : ce qui signifie : Libertés (au pluriel) Identité Souveraineté (à la fois souveraineté des peuples et souveraineté des nations).

Éric Zemmour : diviser ou mieux gagner ?

Guillaume de Tanoüarn : On reproche à Eric Zemmour ici ou là de diviser le camp national. Quel est son apport spécifique. Ne réside-t-il pas justement dans la défense de la civilisation chrétienne ?

Jean-Yves Le Gallou : Dans cette campagne électorale, l’apport de Zemmour est immense. Il a redonné de l’intérêt à une campagne qui s’annonçait atone. Il a replacé au cœur du débat la question de l’identité et de ce que nous appelons, nous, la défense de la civilisation européenne et chrétienne. Je pense même que les « marinistes » devraient être infiniment reconnaissants de la candidature de ce nouveau venu en politique. Il a remis les thèmes immigration et insécurité dans le débat ; il a réveillé Marine Le Pen qui a été plutôt efficace ces derniers mois. Je me permets cum grano salis de citer un vieux proverbe africain : « Quand le lion court dans la savane l’antilope se remet à courir ».

Guillaume de Tanoüarn : Y aurait-il un rapport entre Zemmour et Bruno Mégret, le fondateur du MNR ?

Jean-Yves Le Gallou : Sur le plan des convictions, on trouverait j’en suis sûr beaucoup de points communs, mais les circonstances de la candidature de Zemmour à la Présidentielle sont radicalement différentes. Même s’il avait un passé RPR, Mégret venait de l’intérieur du FN. En revanche Eric Zemmour, aujourd’hui, vient de l’intérieur du système, c’est un atout important. Il y a aussi de grandes différences entre les deux personnalités : Mégret paraît plutôt réservé et introverti. Zemmour est beaucoup plus extraverti, et selon certains même parfois trop. Le moment aussi est différent : lors de la scission de Mégret, il n’y avait ni chaine d’information continue, ni médias alternatifs, ni Internet. L’équilibre des forces médiatiques a changé. Les médias mainstream restent très puissants mais ils ont perdu le monopole qu’ils avaient en 1999.

Guillaume de Tanoüarn : Peut-on dire que la dite extrême droite en France est née de la trahison des droites ?

Jean-Yves Le Gallou : Extrême droite n’est pas un terme de science politique mais de polémique politique qui désigne tous ceux qui refusent le politiquement correct sur les valeurs. Tout anticonformisme est, a été ou sera qualifié d’extrême droite. Dans les années 80, il y avait un problème croissant aux yeux des Français : le problème de l’immigration. En même temps c’était un problème interdit et donc un point aveugle du débat politique. Au début du Club de l’Horloge, Raymond Marcellin ancien ministre de l’Intérieur de 1968 à 1974, réputé homme de droite, sécuritaire, nous avait dit : « Surtout ne parlez pas d’immigration ». C’était un conseil de sagesse, pour qui voulait faire carrière, que nous n’avons pas suivi ; c’était pourtant l’époque d’Enoch Powel, le leader conservateur, dont le grand discours sur l’immigration avait ruiné la carrière. Les gens soucieux de paraître convenable avait prévu de ne pas parler d’immigration. Le génie politique de Jean-Pierre Stirbois et de Jean-Marie Le Pen fut de s’affranchir de ce tabou. Et c’est le fait qu’ils s’en soient affranchis qui a permis le développement du FN. Le Parti de Jean-Marie Le Pen a occupé l’espace politique que le RPR avait abandonné, par conformisme et crainte de la dénonciation. Pour revenir à votre question : qu’est-ce que l’Extrême-droite ? On désigne de cette façon dépréciative non pas un extrémisme, mais la droite qui a osé enfreindre les tabous, inventés par la gauche.

Années 80

Guillaume de Tanoüarn : Des tabous qui tournent beaucoup, dès les années 80, autour de l’immigration ?

Jean-Yves Le Gallou : Je me permets de vous raconter une petite histoire personnelle, pour que vous compreniez l’atmosphère de cette époque. En 1985, j’avais publié chez Albin Michel La préférence nationale, un livre d’analyse, de diagnostic et de propositions sur l’immigration, un livre d’ailleurs qui reste ou redevient d’actualité. J’avais à l’époque longuement rencontré Alain Peyrefitte, ancien ministre du Général et président du comité éditorial du Figaro. Il m’a fait une explication de gravure qui a été décisive dans mon orientation postérieure : « Ce que vous dites dans ce livre est juste, ce que vous proposé est nécessaire mais nous (RPR) nous ne pourrons pas le faire. Les centristes, les gens comme Simone Veil, (qui venait de conduire la liste RPR UDF aux Européennes), ne nous le permettraient pas ». A l’époque cette conversation m’avait convaincu qu’arrivé au pouvoir le RPR dirigé par Chirac ne ferait pas les réformes nécessaire et c’est pour cela que j’ai rejoint Jean-Marie Le Pen. Ultime confirmation dans ce chemin, pour moi : l’opération culturelle conduite auprès des maires et des adjoints à la culture avec Aude de Kerros et d’autres venait d’être torpillée par le RPR.

Guillaume de Tanoüarn : Le gaullisme est-il de droite ?

Jean-Yves Le Gallou : Le gaullisme se veut ni de droite ni de gauche en ce sens qu’il cherche à rassembler les classes populaires et les classes bourgeoises sur la base d’un patriotisme partagé. De Gaulle fut parfois ambigu mais sa formation intellectuelle d’origine subit la double inspiration de Barrès et de Maurras, et l’influence des penseurs de la Révolution conservatrice allemande qu’il découvre pendant sa captivité en 1917 selon les travaux de François-Georges Dreyfus. C’est aussi l’homme qui définit la France comme un pays de race blanche de civilisation gallo romaine et de religion chrétienne. On trouve déjà cette longue période, souvent citée aujourd’hui par les hommes politiques et les journalistes, dans les Mémoires d’espoir. On en retrouve un verbatim dans le C’était De Gaulle de Peyrefitte.

Guillaume de Tanoüarn : Le RPR, au début des années 80, sous Mitterrand, est-il un mouvement qui a un programme d’extrême-droite ?

Jean-Yves Le Gallou : Dans les années 70- 80, Chirac occupait un créneau de droite souverainiste anti-immigration. Il était couramment surnommé « Facho Chirac ». Ses communicants, notamment sa fille Claude, l’ont convaincu de mettre de l’eau dans son gros rouge, pour se faire accepter par le système et par les médias. Ce qu’il a fait allant jusqu’à établir une muraille de Chine entre le FN et le RPR : il assurait ainsi pour 40 ans l’hégémonie de la gauche sur le paysage politique français. C’est cette hégémonie qui est mise en cause aujourd’hui. Ce que Zemmour tente de briser en attaquant frontalement les pouvoirs judiciaires, médiatiques et associatifs et en tentant de briser le cordon sanitaire entre la droite classique et l’extrême droite. Il est assez significatif que dans la cartographie de ses soutiens, le Monde souligne la présence de gens venus des deux rives.

Regard sur la présidentielle

Guillaume de Tanoüarn : Aujourd’hui que représente Valérie Pécresse, parmi les droites ? Le tandem Ciotti-Pécresse a-t-il un avenir selon vous ?

Jean-Yves Le Gallou : Valérie Pécresse est surnommée par les mauvaises langues Valérie traitresse. Si elle a des convictions à géométrie variable, elle a un ancrage atlantiste extrêmement fort. Elle a fréquenté la french- american foundation et le groupe Bilderberg comme Macron. Son mari Jérôme Pécresse qu’elle met en scène dans le cadre de sa campagne, est l’un des hauts dirigeants d’Alstom. Il a collaboré au raid de General Electric sur cette entreprise française. Si Valérie Pécresse devait succéder à Macron, cela signifierait que l’Etat profond américain garderait ses quartiers à l’Elysée. Quant à Ciotti il joue le rôle de Pasqua, rabatteur pour Chirac. Ce sera un Pasqua au petit pied, rabatteur électoral de Pécresse, mais lui-même non sans talent.

Guillaume de Tanoüarn : Que faut-il penser de la division de la droite de conviction, droite que l’on trouve au RN, à Reconquête et chez les LR ? Est-elle définitive ?

Jean-Yves Le Gallou : Il faut distinguer deux figures politiques différentes l’une de l’autre. Entre RN et Reconquête, rien n’interdira des alliances au deuxième tour ou pour les législatives. Il suffira que chacun des partenaires se montre un peu raisonnable. En revanche la stratégie de LR est de rester adoubé par le système, ce qui interdit toute entente avec ceux qui sont diabolisés : les électeurs modérés se laissent trop souvent dicter leur loi par les médias diabolisateurs.

Guillaume de Tanoüarn : Vous soutenez Eric Zemmour alors qu’un homme de terrain comme Robert Ménard ne cache pas sa préférence pour Marine Le Pen. Qu’est-ce qu’apporte Zemmour à la présente campagne ?

Jean-Yves Le Gallou : Si j’avais des chats à confier je choisirais Marine. Ce qu’apporte Zemmour ? De la vie, de la fraicheur, de la vérité. Il a mis les pieds dans le plat. Assez drôlement, Ménard a un comportement que l’on peut rapprocher de celui de Jean-Marie Le Pen dans cette campagne : un coup j’encourage Zemmour ; un coup je renouvelle mon soutien à Marine Le Pen. C’est aussi une manière de rester dans l’angle des caméras. Quand les sondages montent pour Zemmour, il soutient Zemmour. Quand ils montent pour Marine, il soutient Marine. Ca ne porte pas à conséquences.

Guillaume de Tanoüarn : Le vrai pouvoir n’est-il pas le pouvoir des juges plutôt que le pouvoir des politiques ?

Jean-Yves Le Gallou : La vraie question, dirais-je, est de rendre le pouvoir à l’exécutif présidentiel. Le pouvoir est aujourd’hui accaparé par des juges sans aucune légitimité démocratique. Le pouvoir des juges s’est construit autour du dogme de l’Etat de droit censé défendre les libertés. Mais en validant la quasi-totalité des dispositions liberticides de la dictature sanitaire, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat ont montré qu’ils ne défendaient en rien les libertés des Français. Les seules libertés qu’ils défendent étant celles des étrangers, des clandestins, des délinquants, et des lobbies minoritaires, la majorité des Français n’a rien à en attendre. Leur légitimité judiciaire est sans fondement.

Propos recueillis par l’abbé Guillaume de Tanoüarn
08/01/2022

Jean-Yves Le Gallou

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Bobards d’Or 2022 : les votes sont ouverts ! Sélectionnez les meilleurs mensonges médiatiques

Les votes en ligne pour l'édition 2022 de la prestigieuse cérémonie des Bobards d'Or sont ouverts...

Michel Geoffroy : « Les Lumières sont à l’origine du chaos migratoire »

Propos recueillis par Camille Galic pour Présent du 18 janvier 2022 ♦ Dans Les Lumières et...

Joe Biden : déjà la grande dépression

Par Pierre Boisguilbert ♦ Un an après son investiture, Joe Biden est à la dérive. Même la...

Naturalisations : la machine à fabriquer des Français administratifs tourne à plein régime !

Par André Posokhow, consultant spécialiste de l'immigration ♦ En prenant en compte les...

Bernard Lugan, impérial face aux « décoloniaux »

Par Johan Hardoy ♦ En 2021, Bernard Lugan a publié Pour répondre aux « décoloniaux », aux...

De la nécessité des Bobards d’Or

Par Xavier Eman pour Présent ♦ La prestigieuse cérémonie des Bobards d'Or est organisée...

La coronafolie nous aveugle sur les manœuvres de l’oligarchie

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation...

Éric Zemmour et les 500 signatures

Par Nicolas Lévine, historien, haut-fonctionnaire ♦ Le parcours du combattant des candidats...

En 2021, l’immigration clandestine vers l’UE en hausse de 57 % !

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Une déferlante :...

Parrainages : suffrage restreint contre suffrage universel

Par Pierre Boisguilbert ♦ Notre démocratie est fondée sur le suffrage universel. C’est...