Accueil | Europe | Le Frexit : une impasse politique et civilisationnelle

Le Frexit : une impasse politique et civilisationnelle

Le Frexit : une impasse politique et civilisationnelle

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Les partisans d’une sortie de la France de l’Union européenne (d’un Frexit sur le modèle du Brexit britannique) ont raison de souligner les défauts et les limites de l’Europe de Bruxelles. Notamment parce que ce « machin », selon l’expression méprisante du général de Gaulle, n’est plus adapté au monde dans lequel nous sommes entrés. D’autant que cette Union est de moins unie et qu’elle se veut de moins en moins européenne.
Cependant les partisans d’un Frexit font fausse route. Avant tout parce qu’ils prétendent nous faire entrer à reculons dans le xxie siècle multipolaire. Et pour le dire autrement, en poursuivant une fin utopique, ils contribuent à renforcer le mal européiste dont ils prétendent nous guérir.

L’Union européenne n’est pas la seule responsable du déclin français

D’abord, en rendant l’Union européenne responsable de tous nos maux, les partisans d’un Frexit égarent ceux qui les écoutent sur les causes réelles de notre déclin catastrophique et, paradoxalement, ils finissent par exempter l’oligarchie française de toute responsabilité dans ce désastre.

Il est en effet trompeur de faire de l’Union européenne la source unique ni même principale du déclin français.

Car ce n’est pas l’Union européenne qui est responsable de l’effondrement de l’enseignement public dans notre pays. Ce n’est pas Erasmus qui a conduit à la folie du bac pour tous !

Ce n’est pas l’Union européenne qui a fait de la France le premier pays de l’OCDE pour le poids des impôts.

Ce n’est pas l’Union européenne qui explique que nos gouvernants aient été incapables de présenter un budget en équilibre depuis 1974 ou de réformer le mille-feuille administratif français.

Ce n’est pas l’Union européenne qui fait que la France soit en 2017 le premier pays européen pour le nombre d’homicides rapportés à la population. Ce n’est pas l’Union européenne qui est à l’origine de 1 100 actes antichrétiens recensés en 2019 et de l’ensauvagement de notre pays.

Ce n’est pas l’Union européenne qui a vidé les prisons en 2020 mais la ministre de la Justice, Mme Belloubet.

Ce n’est pas l’Union européenne qui a mis en place le regroupement familial des immigrants, c’est Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac qui l’ont imposé à la demande du patronat. Lequel Valéry Giscard d’Estaing reconnaît aujourd’hui que ce fut « sa plus grande erreur » !

Ce n’est pas l’Union européenne qui a provoqué la crise des migrants de 2015. C’est la France, la Grande Bretagne et les États-Unis qui ont déstabilisé la Libye et la Syrie, provoquant des flots de réfugiés partout. Et c’est Mme Merkel qui a décidé, seule, d’accueillir un million de réfugiés et migrants, ce qui a provoqué un gigantesque appel d’air à destination de l’Europe.

Ce n’est pas l’Union européenne qui a fait vendre la branche énergie d’Alstom à General Electric, c’est le gouvernement français.

Ce n’est pas l’Union européenne qui détruit la liberté d’expression dans notre pays. Ce n’est pas la commission européenne qui a fait voter la loi Avia ou la PMA pour tous.

Européennes. Percée identitaire partout en Europe… sauf en France ?

Un discours trompeur

            Il est donc trompeur de faire croire qu’un Frexit effacerait tous ces désastres, dont l’oligarchie française est en réalité la principale responsable.

En outre, on ne saurait oublier que tout ce que les partisans du Frexit reprochent à l’Union européenne a été accepté au Conseil européen par les ministres français successifs ou voté par les élus français au Parlement européen, y compris par ceux qui, chez nous, se prétendent « de droite » alors qu’ils votent comme un seul homme les propositions de la gauche européenne au sein du PPE.

François Asselineau, le président de l’UPR, a critiqué à juste titre le plan de relance européen de 750 milliards d’euros, annoncé à grand fracas, en soulignant que le gouvernement français avait tout lâché dans cet accord alors que les autres pays (comme l’Autriche, l’Italie ou les Pays-Bas) avaient su, eux, défendre leurs intérêts nationaux. Mais ce type de critique contredit pourtant son discours du Frexit : car si l’Union européenne était le carcan qu’il prétend, comment se fait-il que certaines nations seraient capables de s’en servir à leur profit et pas nous ?

Cela ne montre-t-il pas plutôt que l’Union européenne n’est un carcan que pour ceux qui n’ont ni le courage ni la volonté – tel M. Macron – de défendre leurs intérêts nationaux ?

Un souverainisme inconséquent

En second lieu les partisans du Frexit nous égarent car, s’ils mettent l’accent sur la souveraineté – c’est leur fonds de commerce politique –, la plupart du temps ils sont beaucoup moins prolixes quant aux périls qui pèsent sur notre identité et notamment sur les conséquences de l’immigration de peuplement et les moyens d’y remédier.

Lors de la campagne présidentielle de 2017, François Asselineau proposait d’organiser un référendum sur l’immigration, sans expliciter dans quel but. C’était un peu court.

Florian Philippot, de son côté, pour Les Patriotes, affirmait dans un communiqué que « la crise politique autour de la question des migrants ne pose en réalité qu’une seule question : celle de l’Union européenne », comme si tout était soluble dans les questions institutionnelles.

Or un souverainiste qui ne se préoccupe pas d’identité est un souverainiste inconséquent.

Car, comme le rappelait Alexandre Soljenitsyne, un peuple peut perdre sa liberté et sa souveraineté. Mais s’il préserve son identité, il reste vivant et pourra un jour recouvrer sa liberté. Si en revanche il perd son identité, il disparaîtra complètement.

La souveraineté sans l’identité est une tromperie. Une république islamique en France serait-elle donc acceptable, sous prétexte qu’elle serait « souveraine » en quittant l’Union européenne ?

Les souverainistes citent souvent le général de Gaulle mais ils oublient que celui-ci avait aussi mis en garde contre l’islamisation de la France et la société multiethnique.

Une souveraineté factice

Ce souverainisme néglige aussi complètement le fait que notre nation devient de plus en plus une coquille vide, notamment du fait du déracinement culturel, du chaos migratoire et de son effondrement économique et social.

Nous avons d’ailleurs sous nos yeux le contre-exemple éloquent de ce que les frexiteurs préconisent, avec la Grande-Bretagne : elle serait donc souveraine puisqu’elle quitte l’Union européenne ?

Mais quelle étrange « souveraineté », qui admet des tribunaux islamiques sur son sol et des policiers ou des militaires qui portent le turban ou le voile. Qui fait que Londres soit devenue la capitale européenne des attaques au couteau. Qui fait que, lors de la dernière fête de l’Achoura, des milliers de chiites défilaient dans les rues de Londres avec leurs femmes voilées de noir, brandissant des drapeaux et scandant des chants musulmans. Et qui fait que l’Écosse menace de se séparer d’un royaume de moins en moins uni.

En réalité, la Grande Bretagne est aussi souveraine que… le Liban, car elle devient une société multiethnique, multiculturelle et donc de plus en plus multiconflictuelle. À l’évidence, le Brexit ne résoudra pas tout !

L’identité européenne, une réalité et une richesse

L’illusion de la France seule

Enfin, un Frexit nous ferait entrer de la plus mauvaise façon possible dans le xxie siècle multipolaire, en nous isolant au moment même où notre civilisation, qui est menacée de toutes parts, doit faire bloc et retrouver la puissance de survivre. Or il n’y a pas de puissance sans unité.

Il est de bon ton, chez certains souverainistes, de récuser le choc des civilisations, sous prétexte que cette expression provient de Samuel Huntington, un essayiste conservateur américain.

C’est oublier qu’on ne décide pas d’être un ennemi, comme le rappelait le professeur Julien Freund : c’est l’autre qui vous désigne comme tel, que vous le vouliez ou non ! Et il ne suffit pas de proclamer « Vous n’aurez pas ma haine » pour échapper à l’affrontement.

Les partisans d’un Frexit oublient – ou feignent d’oublier – que, dans le monde polycentrique dans lequel nous sommes entrés, même la surpuissance américaine ne parvient plus à s’imposer. Et ils prétendent que ceux qui n’arrivent même plus à rétablir la loi et l’ordre chez eux seraient en mesure de s’imposer seuls face à la Chine, face à l’Inde, face au géant démographique africain ou face à l’aventurisme américain ? Ou face aux grandes entreprises mondialisées désormais plus riches et plus puissantes que bien des États ?

D’ailleurs, on voit ce que donnent déjà les initiatives de la France seule face à la Turquie : pas grand-chose !

Au xxie siècle, seuls auront la parole les grands espaces de puissance : les plus grands peuples, les grandes nations, les armées et les économies les plus fortes, les grandes civilisations sûres d’elles-mêmes. Et non pas les faibles, les petits, les divisés, les régionalismes folkloriques ou les repentants perpétuels.

Ni Lampedusa, ni Bruxelles, être Européen !
Lire cette vidéo sur YouTube.

Il n’y a pas de fédéralisme européen

Les souverainistes s’égarent d’ailleurs quand ils dénoncent le « fédéralisme européen » que les européistes voudraient, paraît-il, instaurer.

Parce que, précisément, Jean Monnet et ses émules ne concevaient la communauté européenne que comme une étape transitoire vers une gouvernance mondiale – évidemment nord-américaine. Pour cette raison, les européistes ne veulent en aucun cas que l’Union européenne soit un État doté des attributs de la puissance et de la souveraineté.

C’est bien pourquoi l’Union européenne n’est ni une fédération, ni une confédération, mais une simple organisation internationale sui generis sans puissance politique réelle, même si elle s’est dotée de la personnalité juridique par le traité de Lisbonne[1].

« Le plus grand danger pour l’Europe, ce serait un patriotisme européen », aurait affirmé Jean Monnet : mais serait-ce vraiment un danger pour l’Europe ou pour… l’hégémonisme américain ?

Le mythe de la francophonie

Les partisans du Frexit prétendent que, en sortant de l’Union européenne, la France ne s’isolerait pas car elle pourrait s’appuyer sur la francophonie et sur son outre-mer.

Le président de l’UPR affirme même que les Français auraient à ses yeux plus de points communs avec les Maghrébins et les Africains francophones qu’avec les Européens du Nord. Mais c’est quand même difficile à croire quand on entend, chez nous, les rappeurs vouloir niquer la France ou pendre les Blancs, les islamistes nous traiter de mécréants et les indigénistes accuser notre pays de tous les crimes.

Cessons de prendre nos désirs pour des réalités : la francophonie n’est qu’un nain géopolitique. Car elle ne correspond qu’à un ensemble hétéroclite de pays, pas à un espace de puissance.

Qu’y a-t-il de commun sur le plan géopolitique entre le Sénégal, le Canada – qui se targue d’ailleurs de devenir un État postnational ! – ou le Viet Nam ?

En réalité, la francophonie se compose avant tout de pays africains et cela de plus en plus, compte tenu de l’évolution démographique. C’est-à-dire de pays où le dynamisme économique et social est le plus faible, où l’instabilité politique et religieuse est la plus grande, et où l’innovation scientifique et technologique stagne désespérément.

Car la francophonie, c’est aussi le Liban, les Comores, Haïti ou le Mali : des pays certes sympathiques mais rongés par le chaos et la guerre civile. Ce ne sont pas eux qui nous permettront de peser dans le monde, c’est nous qui devons déjà les aider à survivre !

La francophonie n’est pas à négliger bien entendu mais elle ne nous dispensera pas de l’effort de la puissance européenne.

Et puis, les souverainistes oublient qu’au xxie siècle l’universalisme de grand-papa, c’est terminé. Notamment parce que les pays occidentaux n’ont plus les moyens d’imposer leur idéologie aux autres civilisations.

Génétique, remigration… Le discours identitaire expliqué

L’histoire ne repasse pas les plats

On ne peut donc pas sérieusement nous vendre au xxie siècle, avec le Frexit, un mauvais remake du mythe de la France seule avec son empire ! C’était déjà une mortelle illusion dans les années trente : cela le serait encore plus aujourd’hui.

« L’histoire ne repasse pas les plats » ! Il serait temps de le comprendre.

Pour cette raison, au xxie siècle, le seul souverainisme qui vaille est le souverainisme européen et non pas le souverainisme nostalgique qui veut nous faire croire qu’on pourrait, par la magie d’un Frexit, remonter le temps et retrouver le monde de 1960 où nous pourrions « acheter bientôt notre baguette avec des francs », comme le promettait Florian Philippot en 2017.

Une pensée circulaire sans influence politique réelle

Les partisans du Frexit ont élaboré un système de pensée circulaire, qui les empêche malheureusement de voir le monde dans lequel nous sommes entrés : tout le mal vient de l’Union européenne ou de l’euro, tout le bien résultera donc d’un Frexit. Hors de cette grille de lecture, point de salut ! Une posture d’autant plus confortable qu’elle reste sans prise sur le monde réel.

Si l’on en croit Philippe de Villiers[2], au soir de l’adoption du référendum sur le traité de Maastricht, il aurait entendu Charles Pasqua et Philippe Seguin, qui prônaient un vote négatif, s’exclamer cyniquement : « Nous l’avons échappé belle » ; car nos deux compères « souverainistes » n’avaient manifestement aucune idée de ce qu’ils feraient en cas de rejet du traité qu’ils critiquaient d’abondance !

Ce souverainisme du rejet de tout projet européen est en effet devenu avant tout un discours, mais sans prise sur la réalité car il reste politiquement marginal. Un faible score que la censure médiatique ne saurait entièrement expliquer.

Comme l’a montré l’élection présidentielle de 2017, le Frexit fait en effet avant tout figure de repoussoir politique – en particulier parce qu’une sortie de l’euro inquiète une grande partie de la population –, pour le plus grand profit des candidats du Système et, bien sûr aussi, des européistes.

L’heure de la grande politique

La menace d’un Frexit peut, à l’extrême rigueur, être utilisée comme un levier par la France pour faire évoluer le projet européen, mais il ne saurait constituer une fin en soi.

Il ne faut pas en effet abandonner le projet européen. Il faut au contraire le refonder pour que l’union des nations européennes, indispensable à toute puissance, soit mise au service de la préservation de notre identité de civilisation. Au lieu de la déconstruire comme aujourd’hui.

Certes il ne sera pas facile de refonder un nouveau projet européen. Mais qui a dit que la grande politique devrait être facile ? La grande politique ne consiste-t-elle pas non à faire ce qui est possible mais à rendre possible ce qui est souhaitable ?

Il est vrai qu’aujourd’hui nos élites manquent de tout : d’idées, de courage, de vertu et de foi. C’est pourquoi, pour elles, rien n’est jamais possible. Elles ne s’attaquent qu’à ce qui est facile : taper sur les Gilets jaunes ou verbaliser les Français qui ne portent pas de masque. Ou bien débattre à l’infini sur les mots, pour n’agir sur rien.

Mais ce n’est pas une raison pour s’enfermer, en proposant un Frexit, dans une impasse politique et civilisationnelle.

Michel Geoffroy
25/09/2020

[1] Article 47.

[2] In Villiers (Philippe de), Le Moment est venu de dire ce que j’ai vu, Albin Michel, 2015.

Michel Geoffroy

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Assimilation, séparation ou remigration ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le prochain Forum de...

Alain de Benoist : « Trump, faute de mieux »

La date de l'élection américaine se rapproche à grands pas. Le choix entre Donald Trump et Joe...

Insécurité. Interdiction des feux d’artifice… et du bon sens ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°318 – Couvre-feu : les journalistes au garde-à-vous

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Le point sur la situation du Général Delawarde – Octobre 2020

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre...

États-Unis. Les enjeux énormes de l’élection présidentielle américaine

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Encore plus que celle de 2016,...

Sophie Pétronin : le retour de la convertie

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Quand la radio publique appelle à la censure

Par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste ♦ La diversité idéologique est complètement...

Jean-Yves Le Gallou : « Face à la diabolisation, ne pas céder, ne pas plier le genou ! »

Découvrez ci-dessous l'entretien accordé par Jean-Yves Le Gallou à Breizh-Info à l'occasion de la...

I-Média n°317 – Eric Zemmour face à la haine politico-médiatique

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...