Articles

Sous les Gilets Jaunes, le bleu-blanc-rouge !

Gilets Jaunes : « La gauche m’a tué ! »

Print Friendly, PDF & Email

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Une gauche, toutes forces confondues, au dessous de la barre des 30 %… Tel est l’intéressant scénario qui se dessine dans la perspective des élections européennes et qui amplifiera le mouvement de recomposition politique qui s’est ouvert en 2017. Il est important de noter, cependant, que si la gauche est rentrée dans un processus d’effondrement historique qui rappelle celui du PCF au début des années 90, elle détient encore un véritable pouvoir de nuisance qui s’exerce principalement sur les classes populaires et moyennes. Elle n’a plus la puissance de convaincre et d’entraîner, mais elle peut encore détruire et pourrir.


Autopsie d’un hold-up réussi

Ce pouvoir de nuisance a montré tout son potentiel avec le mouvement des Gilets jaunes. La gauche a magistralement récupéré, dévié et stérilisé un mouvement de contestation unique en son genre, car issu de la base, jailli spontanément hors des institutions traditionnelles – partis, syndicats ou monde associatif subventionné…

La séquence politique que nous avons vécue ces derniers mois restera comme un modèle exemplaire d’un processus de sabotage d’un mouvement populaire, à étudier dans les universités et les écoles de communication. Les médias, nous l’avons déjà vu, ont joué un rôle central dans cette affaire, en dégradant l’image des Gilets jaunes par la manipulation de la perception des violences et la mise en avant quasi systématique de personnalités Gilets jaunes porteuses d’un discours gauche-compatible. Le but principal – commun à la gauche, au pouvoir en place et aux médias – étant, prioritairement, d’empêcher la montée en force de la question migratoire.

Les gilets jaunes au cœur de la guerre médiatique

Par petites touches successives, entre slogans, éléments de langage répétitifs, mots d’ordre et infiltration dans les manifs, la gauche a enfermé le soulèvement populaire dans une forme de contestation centrée sur la question sociale, axée sur l’ISF et les cadeaux faits aux riches. Elle a, au passage, sciemment occulté le fait essentiel que la révolte des Gilets jaunes exprimait d’abord un rejet du poids écrasant des prélèvements obligatoires et de l’appauvrissement général des revenus du travail, plutôt qu’un désir de s’en prendre aux « riches ». Un désir de revalorisation du travail qui dénonce les violences d’un capitalisme prédateur, mais qui vise également ceux qui sont perçus comme des profiteurs malfaisants du système : politiques, syndicalistes, figures médiatiques et journalistes donneurs de leçons, hauts-fonctionnaires ou administrations impotentes ou répressives.

Un mouvement anti-système, donc, qui va bien au-delà d’une simple lecture sociale de lutte des classes que la gauche a réussi à imposer alors que – paradoxe suprême – le pouvoir de gauche, sous toute ses formes, est un acteur majeur du système depuis des décennies. Oubliés, en chemin, la démocratie directe, le RIC et, surtout, la crise identitaire.

La gauche en tant que supplétif du mondialisme libéral

Ainsi, avec une certaine naïveté, la représentante de La France Insoumise, Danièle Simonnet, ne vantait-t-elle pas sur les plateaux de télé l’action de LFI pour empêcher sur le terrain la montée en force de la question de l’immigration parmi les Gilets jaunes.

L’enfermement dans une contestation sociale dénaturée d’un côté, et, de l’autre, une censure totale de la question identitaire… Voilà de quoi, à coup sûr, couper le mouvement de sa base initiale, pour le ramener à un événement normalisé de parade cégétiste !

L’image d’un Philippe Martinez, énervé et décontenancé, lors de la manif du 1er mai, en dit long sur la perte de repère de la nomenklatura de gauche face à la colère de la France d’en bas. D’un rire amer, les derniers Gilets jaunes « canal historique » pourraient bientôt dire : « La gauche m’a tué ! »

Cette complexité objective entre la gauche et le pouvoir en place qui a permis d’étouffer le mouvement des Gilets jaunes, sans totalement l’éteindre, n’est cependant en rien une victoire politique pour celle-ci. Elle a dévoilé au grand jour sa véritable fonction en parasitant un mouvement issu du peuple qui n’était pas de gauche par nature. C’est un bâton qu’elle a donné pour se faire battre par ceux qui voudront s’en servir et qui lui reviendra dans la figure, comme un boomerang. Faute de pouvoir mobiliser les foules autour de ses propres idées, la gauche est condamnée à un rôle de supplétif du pouvoir libéral-mondialiste qu’elle feint de combattre, tout en le renforçant par sa capacité à dénaturer les nouvelles formes de contestation du système dominant.

Comme nous l’avons écrit dans l’article ci-dessous, la gauche joue, avec maestria, le rôle « de garde chiourme de la colère populaire », en l’enfermant dans le cadre étroit, archi balisé, d’une contestation « anti-riche ». Frappée de sénilité idéologique, la gauche est incapable de saisir intellectuellement le rôle du processus de déconstruction identitaire dans la domination de l’ordre libéral libertaire.

Gilets Jaunes. Entre révolte sociale et rébellion identitaire, esquisse d’une révolution politique

L’épreuve des Européennes : chronique d’une chute annoncée

L’enfermement pathologique de la gauche face à la question identitaire la condamne à un déclin irréversible. Ce n’est pas un hasard si le sujet de l’immigration apparaît comme le premier thème de préoccupation des Français dans leur choix électoral pour les européennes. Ce que confirme bien, en dépit de nombreuses controverses, un récent sondage d’Harris Interactive. L’immigration est le premier sujet d’inquiétude (41%), suivi du pouvoir d’achat (39%) et des impôts (36%).

La gauche a choisi le suicide politique plutôt que l’aggiornamento idéologique. Son discours, déconnecté du réel, relève de la sidération mentale. Faut-il rappeler que, durant la campagne de 2012, le candidat Mélenchon, avec la grandiloquence qui est la sienne, affirmait qu’il était « absolument certain », que le courant politique qu’il incarne « serait au pouvoir avant 10 ans » !

La gauche a perdu sa base populaire et ouvrière dans les années 80/90, elle est entrain, désormais, de perdre la main sur les classes urbaines du tertiaire qui formaient, jusqu’à récemment, ses gros bataillons d’électeurs. La bourgeoisie urbaine « progressiste » (nos fameux bobos), au-delà de ses différences sociales, se retrouve largement dans la culture Macron, car elle a très majoritairement intégré l’individualisme économique libéral dans ses repères culturels. Le discours égalitariste, anti-riche de la gauche ne l’atteint plus et elle retrouve dans le discours sociétal de la « Macronie » ses propres valeurs qui dépassent largement les frontières de la gauche « classique », dont les viviers sociologiques se tarissent inexorablement. A la surprise des observateurs, Mélenchon, en 2017, avait recueilli le plus grand pourcentage de voix parmi les 18/24 ans (31 %), devant le Front National (21 %). Il est peu probable que le même scénario se reproduise en mai 2019.

Enfin, très prosaïquement, il n’est pas inutile de rappeler également que la perte de ses bastions électoraux fait perdre à la gauche les moyens matériels de fidéliser des clientèles électorales. Il sera, à ce propos, particulièrement intéressant de suivre l’évolution du vote des banlieues, qui après avoir longtemps plébiscité la gauche (93 % du vote musulman exprimé a choisi Hollande en 2012), a désormais intérêt à soutenir le pouvoir en place qui peut le favoriser. Macron n’hésite pas à défier la gauche sur son propre terrain, en termes de discours pro-diversité, anti-discrimination et inclusion subventionnée.

Les Gilets Jaunes face au « vide ensemble »

Des réserves à gauche pour Macron ?

Cet affaissement de la gauche libère, en théorie, des réserves de voix pour Macron car les électeurs de gauche les plus modérés, déçus et découragés n’ont pas vraiment d’autres choix possibles, sauf à s’abstenir de voter. Mais la dramatisation des confrontations face au RN assure encore aux candidats du système une rente électorale.

La bourgeoisie urbaine reste un socle électoral solide pour le président de la République. Ce socle est renforcé par le vote des séniors qui, malgré la grogne sur le gel des retraites, restent relativement fidèles au vote Macron, toujours en tête parmi les plus de 65 ans, avec, début avril, un niveau de 27 %, suivi de la liste LR (20 %).

Entre le vote des bourgeoisies urbaines qui se vivent « progressistes », celui des séniors et le vote des populations issues de l’immigration, Macron dispose d’une sociologie électorale solide et limitée à la fois qui lui permet encore d’exister politiquement. Toutefois, le rejet viscéral que suscite sa personne ne lui permet pas d’améliorer son score du premier tour de la présidentielle, ni même de compenser les pertes des déçus.

Ainsi, en toute logique, le score de LREM aux européennes devrait rester cantonné autour des 20 %, d’autant que le vote pavlovien anti RN perd un peu de sa pertinence dans une élection moins décisive aux yeux du public. A contrario, le RN doit rationnellement conserver sa place de première force politique nationale avec un score qui devrait atteindre, voire même dépasser la barre des 25 %.

Enfin, mauvaise nouvelle pour l’hôte de l’Elysée, la bourgeoisie de droite « classique » et modérée, rassurée par la personnalité posée, conservatrice et lisse de François Bellamy, ne semble plus tentée par le bulletin Macron, comme le prouve les gains récents de la liste LR. L’hémorragie à droite est stoppée et Les Républicains vont échapper à la catastrophe qui les guettait il y a encore quelques mois.

Macron, logiquement, devrait reporter ses efforts de séduction électorale du côté de son flanc gauche, là où il peut, peut-être, trouver quelques grains à moudre. Les conséquences politiques du processus de désintégration de la gauche s’annoncent bien comme l’enjeu central des élections européennes et de leurs suites.

Didier Beauregard
04/05/2019

Source : Correspondance Polémia

Print Friendly, PDF & Email

Didier Beauregard

Journaliste et essayiste.

Cet article vous a plu ?

Prenez quelques instants pour vous abonner à la Lettre de Polémia afin de ne rater aucune publication.

Soutenez Polémia

Faites un don avec PayPal.