Articles

Un député européen par région pour des élections vraiment européennes ?

Fourre-tout général pour les Européennes avec 33 listes

Print Friendly, PDF & Email

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ 33 listes et 2 607 candidats pour un scrutin qui intéresse peu — encore un paradoxe français. Il n’y a jamais eu autant de candidats, ni autant de listes, pour une élection européenne en France. Ce phénomène montre l’émiettement des grands courants de positionnement. Il est favorisé par la proportionnelle et le scrutin sur liste nationale.
Et pourtant, personne ne va vraiment s’y retrouver.


Le fourre-tout général

Rassemblement National est sans doute l’appellation la plus claire et le lien sera fait avec l’ancien Front National sans trop de difficultés par les électeurs. Pas si évident pour le parti de Macron qui, allié au MoDem et aux juppéistes d’Agir, se camoufle dans une liste soi disant élargie au nom de Renaissance. Les Républicains ex-UMP se présentent maintenant sous l’étiquette Refonder l’Europe, rétablir la France.

Et il y en a encore trente autres à identifier, à part celle de La France insoumise. Trois listes de Gilets jaunes pour se partager 3 % de l’électorat potentiel, d’autres protestataires ayant décidé de rallier Debout la France de Dupont Aignan ou Ensemble Patriotes et Gilets jaunes, conduite par l’ancien vice-président du Front National, Florian Philippot. On a donc une demi-douzaine de nuances de jaune, sans oublier Démocratie représentative, qui a à sa tête Hadama Traoré. Une liste qui découle du mouvement né à Aulnay-sous-Bois, “La révolution est en marche”, et qui, sur Facebook, explique vouloir créer une passerelle entre la banlieue et les Gilets jaunes.

50 nuances de vert

Presque plus compliquées : les nuances de l’écologie. Il y a deux rivaux évidents : Europe Ecologie emmenée par le député européen sortant Yannick Jadot et Urgence Écologie dirigée par le philosophe Dominique Bourg avec le soutien de la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho (Génération Écologie) et d’Antoine Waechter (Mouvement écologiste indépendant). Mais on peut y ajouter Envie d’Europe ; la liste conduite par Raphaël Glucksmann, et dont le nom complet est Envie d’Europe écologique et sociale. En outre, Le Parti Pirate n’est pas loin, tout comme la liste Décroissance.

Des listes identitaires et cosmopolites

Du côté des identitaires, des nationalistes ou des anti-Union européenne on a oublié aussi que l’union fait la force — pourtant, c’est une devise belge, pas toujours appliquée d’ailleurs dans le Plat Pays.

On y retrouve ainsi la liste La ligne claire, menée par Renaud Camus, champion de la thèse du “grand remplacement”. Figure également la liste La reconquête, menée par Vincent Vauclin, à la tête du groupuscule la Dissidence française. Et bien sûr, dans la course au Frexit, n’ayons garde d’oublier celui qui en avait fait son slogan aux dernières présidentielles. François Asselineau est en effet tête de liste de Ensemble pour le Frexit.

On retrouvé également le parti royaliste de l’Alliance royale, qui mène une liste intitulée Une France royale au coeur de l’Europe, emmenée par Robert de Prévoisin.

Pour en savoir plus, il faut faire des recherches approfondies sur le net en tapant les noms des candidats. Idem pour les listes communistes maintenues ou presque… sans oublier les listes de jeunes, de femmes, de espéranto ou de la cause des animaux.

Et on terminera en vrac par : le Parti des citoyens européens, qui milite pour une union européenne plus sociale et solidaire, la liste du Parti fédéraliste européen, la liste Neutre et actif, la liste des Oubliés de l’Europe, constituée d’artisans, de commerçants et de professions libérales et enfin, la liste Union démocratique pour la liberté égalité fraternité, menée par Christian Person, chef d’entreprise breton.

Vote utile

N’en jetez plus la coupe est pleine, et on en certainement a oublié certains. Cette inflation ne dit rien de l’Europe ou presque, mais beaucoup de la France, pays au bord de la crise de nerf et de l’auto-démembrement. On frôle le ridicule démocratique. Comment s’étonner qu’il n’y ait qu’un parti compréhensible en totalité pour grand nombre d’électeurs, celui de l’abstention ?

Reste que le vote pour la liste RN — la seule « grande liste » avec La France insoumise à représenter un seul parti et non un conglomérat de mouvements — peut objectivement tirer son épingle du jeu. Le RN est contre Macron et cette pétaudière européenne.

Mais les listes de la Ligne claire et de La Reconquête représentent peut-être de vrais votes utiles.

Pierre Boisghilbert
06/05/2019

Source : Correspondance Polémia

Print Friendly, PDF & Email

Cet article vous a plu ?

Prenez quelques instants pour vous abonner à la Lettre de Polémia afin de ne rater aucune publication.

Soutenez Polémia

Faites un don avec PayPal.