Articles

Photo G7bis

G7 de Toronto : Amérique 15, Europe 0

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ La photo, emblématique du dernier G7, a fait le tour du monde, ou à tout le moins du Web. On y voit le Président américain assis, face aux autres participants, debout de l’autre côté de la table. Et Mme Merkel se pencher vers lui, en ayant l’air de lui demander quelque chose. Mais Donald Trump reste les bras croisés, un sourire ironique aux lèvres. Il ne cédera rien. America first !
Il paraît qu’une « image vaut mieux que 1 000 mots ». Cette photo nous dit beaucoup de choses en effet.


Le boss des Occidentaux

Elle nous montre d’abord qui est le boss chez les Occidentaux : celui qui reste assis quand les subalternes, même de sexe féminin, sont debout, comme dans le salon ovale de la Maison Blanche.

Le boss, c’est bien sûr le patron américain qui dicte ses conditions aux membres européens du G7 et qui décide de taxer unilatéralement les importations en provenance du Vieux Continent. Ou de sortir de l’accord sur le climat ou encore du traité sur le nucléaire iranien. Quelle sera la prochaine annonce ?

On appelle cela en langage diplomatique l’unilatéralisme. Autrefois, on appelait cela l’impérialisme, quand la gauche ne s’était pas encore ralliée au néo-capitalisme mondialiste.

Fuck the UE semble penser Donald Trump dans son for intérieur. C’est moi qui décide. C’est moi le boss.

Seuls les hommes parlent

Sur la photo on voit aussi que seule Mme Merkel vient de parler, manifestement. Normal car en Europe, c’est elle la patronne : la vraie patronne de la BCE, du mark – pardon de l’euro – fort et de la priorité à la lutte contre l’inflation, pour garantir les économies des épargnants allemands. Celle aussi qui nous a imposé d’accueillir toujours plus d’immigrants clandestins.

C’est pourquoi les autres participants écoutent ou baissent la tête. On voit à peine le front plissé d’Emmanuel Macron, de profil, derrière la Chancelière. A l’évidence, dans le fameux « couple franco-allemand », ce n’est pas lui le chef de famille ! Emmanuel ne fait pas le poids face à Madame Angèle.

« Quand les hommes parlent, les gonzesses se barrent » dit un truand dans le célébrissime film Les Tontons Flingueurs de George Lautner. L’homme de l’Union européenne c’est Angela Merkel : c’est elle qui décide et qui parle. Les autres ne font que de la figuration ou de la com’.

L’ombre de la Grande Asie

Quant au premier ministre japonais, impénétrable comme le veut la politesse asiatique, on le voit sur la photo regarder ailleurs, les bras croisés.

Le spectacle pitoyable de l’impuissance européenne face à l’unilatéralisme américain ne semble manifestement pas le concerner. Il regarde en effet vers la grande Asie qui vient. Et il pense au Japon qui se prépare déjà à la fin du parapluie militaire américain, à la différence des naïfs Européens, toujours prisonniers de l’OTAN.

Un symbole de la dramatique impuissance européenne

Le G7 de Toronto restera dans les annales comme un symbole pitoyable de l’impuissance européenne dans le monde qui vient. Comme fut pitoyable la réponse du ministre français de l’économie Bruno Le Maire qui déclarait ne « pouvoir comprendre, que nous, alliés des États-Unis, puissions être frappés par les tarifs américains ». Il ne comprend pas, le pauvre : on dirait un mari trompé dans une comédie de Labiche… Ridicule !

Les Européens n’ont toujours pas compris en effet que le XXIe siècle serait celui du choc des civilisations et non le monde de Bisounours auquel ils feignent de croire. Ils continuent d’y croire, malgré le chaos migratoire et le terrorisme qui les frappe. Ils y croient encore malgré l’unilatéralisme à répétition de leur « allié ». De leur suzerain en fait, mais un suzerain malheureusement indifférent au sort de ses vassaux.

Le roi est nu

« Le nationalisme économique, c’est la guerre » a déclaré martialement Emmanuel Macron, répétant ce qu’on lui a appris à Davos ou aux Young Leaders. Hélas l’Europe ne sera pas sauvée par ce genre de déclaration, qui ouvre la voie à toutes les capitulations, mais par des actes.

L’Union européenne, nain diplomatique, militaire et politique ne compte pas. On l’a vu à Toronto. Le roi européen est nu.

Car face aux puissants de ce monde, il faut opposer la puissance et non des mots.
Il serait temps de construire enfin l’Europe de la puissance !

Michel Geoffroy
12/06/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Photomontage de plusieurs Unes

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !