Accueil | Europe | L’Europe a besoin de Nous. Nous avons besoin de l’Europe

L’Europe a besoin de Nous. Nous avons besoin de l’Europe

L’Europe a besoin de Nous. Nous avons besoin de l’Europe

par | 11 août 2018 | Europe

Par Eurhope ♦ L’Europe est une entité géographique, historique, ethnique, culturelle, spirituelle et symbolique qui se différencie des autres continents, des autres civilisations et incivilisations.


L’Europe est un lieu de virilité Olympique, de spiritualité héroïque qui va de pair avec la pratique et le bon sens. C’est un lieu où le sacré, la religion et la mystique ne se perdent jamais dans le tourbillon de l’hallucination, de l’obscurantisme et de la soumission individuelle.

L’Europe est une civilisation exemplaire, de créativité, d’art, d’imagination, de libertés individuelles, de communauté, de solidarité et de défis.

Le mondialisme nie l’Europe dans ses fondements en attaquant toutes les caractéristiques européennes, déchaînant des forces obscures, indifférenciées et anti-viriles.

Le défi géopolitique, historique, ethnique, culturel, spirituel, symbolique se mène principalement sur la tenue de l’Europe et sur la sauvegarde de ses gens.

Il n’y aura de délivrance sans une volonté de puissance et une acquisition de puissance qui se fondent sur le concept romain d’Imperium.

L’Europe ne peut être qu’un conseil d’administration géré par des banquiers ou des techniciens, mais doit être avant tout une idée forte, immanente et transcendente, qui exalte et guide toutes ses composantes.

La réalite européenne n’est pas celle que nous constatons aujourd’hui. Elle n’est pas celle que nous imaginons, non plus. C’est celle que nous allons créer, dans la sagesse et dans la lutte, par des actions concrètes au niveau européen, pour former et proposer une alternative viable.

L’Europe, à l’âge des satellites qui a changé les critères du temps et de l’espace et a légué la souveraineté à ceux qui sont en mesure de la gérer à ce niveau, doit innover et actualiser la souveraineté des peuples européens en réalisant cette Europe en parallèle.

NOUS…

…devons contribuer à fournir des élites existentielles, culturelles, politiques et de pensée pour le défi que nous devons remporter.

Il ne s’agit pas tant d’exposer des théories sociales, monétaires, économiques ou institutionnelles (qui sont aussi nécessaires) mais d’aller dans la juste direction pour améliorer les tendances positives.

Les dénominateurs communs des tendances positives sont: rajeunissement de la population, contenance de l’immigration et inversion de cette tendance, sauvegarde des fondamentaux “volkische” des peuples européens, récupération d’une vision économique non-capitaliste, fondée sur les corporations et les synergies, restauration de la virilité olympique, opposition de l’autonomie des impositions autoritaires et aliénantes.

Nous devons garantir l’idée que l’Europe conserve et intègre les particularités nationales et régionales, le communautarisme et les libertés individuelles.

Notre engagement est de faire levier sur tous ces dénominateurs communs pour surmonter toutes ces divergences d’opinion et de fétichisme qui caractérisent l’engagement politique en ce temps des réseaux sociaux.

Sur ces directives, les Lansquenets s’engagent à soutenir tous les efforts politiques, culturels, socio-économiques et métapolitiques qui vont dans la juste direction pour former une lymphe vitale en Europe et pour l’Europe, celle authentique.

Ils le feront dans la participation au rôle de Think Tank, dans l’engagement pour l’organisation sociale des producteurs, dans les relations internationales, dans l’exemple de vie et de contribution politique sans interêts propres.

Ainsi en produisant des idées et des initiatives, butinant sur le meilleur que chaque nation européenne nous lègue, et que chaque personne y participant a à offrir, nous parviendrons à notre cause commune qui se veut le fer de lance d’Europe.

Eurhope
11/08/2018

Source : Eurhope, via Metamag

Crédit photo : Domaine public, via Pixabay

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

17 octobre 1961 : un « massacre » imaginaire, par Bernard Lugan

Par Bernard Lugan, historien spécialiste de l'Afrique, notamment auteur de Algérie, l'histoire à...

Union européenne : taper du poing sur la table, avant de la renverser !

Par Paul Derey ♦ Les critiques de l’Union européenne sont omniprésentes à droite, mais les...

Immigration : comment expulser tous les étrangers en situation irrégulière ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 (3) Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...

L’Union européenne, source de nos problèmes… vraiment ?

Par Paul Derey ♦ L’ancien commissaire européen et deux fois ministre des Affaires...

Fact checkers ou désinformateurs ? Trois questions à Jean-Yves Le Gallou

Entretien paru par l'Observatoire du journalsime ♦ “Fact checkers”, vérificateurs,...

Éric Zemmour a raison, la guerre des prénoms a bien un sens

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous constatons une focalisation sur les propos d’Éric...

« Grandeur et décadence de l’Europe », plaidoyer pour la longue mémoire identitaire

Par Johan Hardoy ♦ Écrivain et historien bien connu de Polémia, Dominique Venner est...

Quand l’idéologie médiatique récupère Bernard Tapie

Par Pierre Boisguilbert ♦ Emporté par un cancer le 3 octobre à l’âge de 78 ans, Bernard...

Zemmour versus Marine Le Pen – La diabolisation : s’y soumettre ou y faire face ?

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ La présidentielle s'annonce...

« La France n’a pas dit son dernier mot » – Éric Zemmour entretient le suspense

Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe...