Articles

Il faut des accords à droite entre LR, DLF et le RN !

Il faut des accords à droite entre LR, DLF et le RN !

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Par Ligne droite, rassemblement de Français engagés pour une droite nouvelle ♦ L’interdit lancé par l’oligarchie pour empêcher la droite républicaine de passer des accords électoraux avec la droit dite nationale a durablement servi la gauche en fragmentant la droite pourtant majoritaire dans le pays et en neutralisant l’électorat hostile au Système. Aujourd’hui, sur les ruines laissées à droite par l’élection présidentielle, l’annonce d’accords électoraux pour battre la Nouvelle Gauche pourrait amorcer la rénovation de la droite. Ligne droite préconise en tout cas que la droite nouvelle se positionne clairement en faveur de tels accords.


Accords électoraux FN LR, un tabou jusqu’à présent incontournable

Depuis que le Front national a émergé sur la scène politique, la question des alliances n’a cessé d’être un sujet de polémique. Instrumentalisée par la gauche, la question a été d’emblée érigée en tabou. L’idée que la droite dite républicaine puisse passer des accords électoraux avec la droite dite nationale a de tout temps été présentée par les tenants du Système comme une grave faute morale. Ceux qui, ponctuellement, se sont risqués à franchir la ligne rouge, notamment lors des régionales de 1998, ont été diabolisés et définitivement marginalisés.

Un cordon sanitaire au service de la gauche

Cette frontière infranchissable, encore qualifiée de cordon sanitaire, démontre combien la gauche a toujours été au cœur du Système quand la droite dite républicaine n’était en réalité que tolérée, même si elle se soumettait à la pensée unique. Cet oukase était en effet totalement asymétrique puisqu’au moment même où cet interdit était posé, le parti socialiste de son côté multipliait les accords électoraux avec le parti communiste. Mais, peu importe la contradiction, le tabou sur les alliances a permis à la gauche pendant plusieurs décennies de diviser structurellement une droite qui était en réalité majoritaire parmi les Français. Mieux encore pour le Système, cette règle lui a permis de stériliser l’électorat qui osait s’opposer à lui, transformant le Front national en une espèce de trou noir politique où disparaissaient toutes les voix de ceux dont les opinions n’étaient pas conformes.

Des partis de droite réticents par manque de réalisme et de pragmatisme

Au-delà des interdits de l’oligarchie, la question des alliances entre la droite “républicaine” et la droite nationale n’était pas non plus sans soulever des débats de fond à l’intérieur même des partis concernés.

Du côté des républicains, le sujet mettait en exergue la ligne de fracture qui divise ce parti depuis sa création, une ligne qui sépare les tenants d’un positionnement droitier de ceux qui se réclament du centre et ont toujours été radicalement hostiles à de tels accords. Très proches de la pensée unique, ces derniers étaient à l’origine peu nombreux mais, à mesure que la droite “républicaine” se soumettait au politiquement correct, leur poids n’a cessé d’augmenter au sein de la direction comme parmi les élus du parti.

Du côté du FN, la réticence à passer des alliances avec la droite dite républicaine n’était paradoxalement pas moindre. Dénonçant à juste raison la soumission de la droite LR au Système, les dirigeants du FN considéraient que rien de positif ne pouvait être réalisé dans le cadre d’une alliance avec ce parti qu’ils plaçaient sur le même plan que les partis de gauche.

Ligne droite considère que ces deux postures, celle du FN comme celle de LR, sont apolitiques car elles manquent de réalisme et de pragmatisme et servent in fine leurs adversaires communs de la gauche. Dans cet esprit, elle estime que la droite nouvelle doit se positionner clairement comme favorable à des accords électoraux à droite.

Des accords entre les droites pour battre la Nouvelle Gauche

De tels accords sont en effet logiques car ils répondent à la réalité de l’antagonisme droite gauche. Or, celui-ci est plus actuel que jamais. D’un côté, la gauche s’est entièrement rénovée pour prendre la forme hégémonique de la Nouvelle Gauche incarnée par M. Macron. Et de l’autre, pour s’opposer à l’idéologie ultralibérale, déconstructiviste et mondialiste de cette Nouvelle Gauche, c’est la droite nouvelle qui devrait s’affirmer. Aussi, dans le contexte de ce nouveau clivage, les accords électoraux à droite deviennent-ils à la fois logiques et nécessaires. Il s’agit en effet de s’entendre avec celui qui est le moins éloigné pour éliminer celui qui est le plus dangereux. Pour battre la Nouvelle Gauche, il est donc naturel que la droite nouvelle se déclare favorable à des accords électoraux avec les autres forces de droite. Des accords qui à ce stade n’ont nullement besoin de porter sur un quelconque programme de gouvernement. L’objectif d’éliminer l’adversaire commun est en lui-même suffisant selon la formule du moindre mal, même si une convergence programmatique pourrait être mise en avant sur quelques points fondamentaux comme la sécurité.

Pour des accords même purement déclaratoires

Aujourd’hui, alors que la droite, qu’elle soit nationale ou “républicaine”, est un champ de ruines, cette question doit être posée à nouveau. Ligne droite estime à cet égard que ce n’est pas à la Nouvelle Gauche de trancher de cette question et que la droite LR n’a pas à se soumettre aux diktats du Système. Elle a d’autant moins à le faire que son espace politique, comme l’explique par ailleurs Ligne droite, se situe désormais en dehors du politiquement correct. Quant aux personnalités qui, en son sein, se déclarent résolument hostiles à de tels accords, elles sont pour la plupart idéologiquement ralliées au Système et leur présence freine, voire empêche, la rénovation du parti. En réalité, une déclaration de la direction de LR annonçant qu’elle ne rejette plus l’éventualité d’accords avec le FN pourrait constituer la pierre angulaire de la rénovation du parti et même d’ailleurs de la vie politique française. En montrant ainsi qu’elle se libère des oukazes du Système, la droite LR ne pourrait que gagner en crédibilité auprès de son électorat potentiel.

De l’autre côté, le FN aurait tout intérêt à se déclarer favorable au principe d’accords électoraux avec la droite dite républicaine. Il y gagnerait en crédibilité et en clarté. Encore faut-il que ce parti se positionne clairement à droite et désigne la Nouvelle Gauche de Macron comme l’ennemi prioritaire.

Nul ne sait par quel cheminement la droite nouvelle émergera sur la scène publique. Viendra-t-elle d’une rénovation de LR, d’une refondation du FN ou d’une création ex nihilo ? Dans tous les cas, la droite nouvelle devra se positionner clairement comme favorable au principe d’accords électoraux à droite.

Ligne droite
12/08/2018

Source : Ligne droite

Crédit photo : Geralt via Pixabay cco


4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !