Articles

1984 orwellisé : la "novlangue" devient "néoparler" dans une nouvelle traduction déplorable

1984 orwellisé : “novlangue” devient “néoparler” dans une nouvelle traduction déplorable

Par Fortunin Revengé ♦ La nouvelle traduction de 1984 de Georges Orwell : traduction, escroquerie ou réécriture ? C’est la question à laquelle tente de répondre Fortunin Revengé dans cet article. En effet, une nouveauté énorme de la traduction 2018 du célèbre romain 1984 d’Orwell est le remplacement du terme “novlangue” par “néoparler”.


Une modification qui avait de quoi rendre perplexe chez Polémia, qui utilise régulièrement le terme “Novlangue” pour dénoncer l’aseptisation volontaire des discours politiquement corrects visant à masquer le réel, très souvent dérangeant pour les élites. Jean-Yves Le Gallou et Michel Geoffroy ont même publié un très complet Dictionnaire de novlangue. Les Républicains parisiens ont également récemment eu recours à ce terme pour dénoncer l’une des championnes de novlangue : Anne Hidalgo.
C’est pourquoi Jean-Yves Le Gallou a lancé un appel sur le réseau Twitter à une analyse poussée de cette nouvelle traduction et de ce qu’elle impliquait.
Polémia remercie Fortunin Revengé d’avoir relevé ce défi dans les lignes qui suivent.
Polémia

Suite à un appel de Jean-Yves Le Gallou sur twitter, j’ai entrepris une comparaison du texte original en anglais du livre 1984 de Georges Orwell, de la traduction en français de 1950 due à Amélie Audiberti et de la nouvelle traduction par Josée Kamoun publiée récemment en mai 2018.

Pour ce faire, nous avons mis en regard les trois textes dans un tableau à trois colonnes, paragraphe par paragraphe. L’analyse porte, pour être précis, sur les premières pages qui sont mises en ligne sur le site de Gallimard. Notre examen est donc partiel, sur une dizaine de pages, mais il permet sans doute de cerner un nombre de faits essentiels.

Il est facile de trouver sur internet différentes versions en anglais et en français. Nous avons réassemblé les versions en vis-à-vis dans un tableau unique. Nous avons également parcouru par curiosité une version en allemand (et en roumain), pour vérifier quelques points précis.

Le texte original en anglais

En premier lieu, il faut dire que le texte anglais est rédigé dans une langue littéraire, à la fois élégante, fluide et de bonne tenue, tout en évitant précisiosité, pédantisme ou affectation particulière. Le texte respecte les canons classiques de rédaction littéraire au passé à la 3ème personne. Pour dire les choses simplement, l’auteur maîtrise sa langue et son style.

D’une certaine façon, le livre ressemble à un reportage semi-journalistique sur l’ambiance de vie en zone totalitaire, mais qui serait écrit comme un roman, avec un personnage central, appelé Winston Smith. C’est en quelque sorte le projet éditorial du livre.

On peut relever le pronom relatif whom ‘qui, que’, qui est un peu à l’anglais ce que l’imparfait du subjonctif est au français. Néanmoins, il est probable, sinon certain, qu’un locuteur anglophone compétent peut lire la prose d’Orwell sans difficulté, et même y prendre quelque plaisir.

Critères d’évaluation des traductions

Dans les codes de déontologie des diverses associations de traducteurs, un critère fréquemment mis en avant est la fidélité en terme de contenu, de style et de registre de langue. Il s’y ajoute la maîtrise de la langue cible et, bien sûr, la compréhension de la langue source. C’est la grille d’évalution à laquelle les traductions disponibles doivent être soumises.

La traduction de 1950 : plusieurs erreurs grossières mais satisfaisante

De façon préliminaire, il faut dire que la traduction (AA1950) n’est pas à l’abri de certaines critiques.

Par exemple, le texte en français respecte les paragraphes de l’original, mais tend à segmenter en phrases séparées ce qui est membre de phrase dans l’original. Un élément déclencheur de la resegmentation est la présence de gérondifs qui sont généralement remplacés par des verbes conjuguées dans des phrases séparées. De ce fait, la traduction de 1950 tend à augmenter le nombre de phrases, et le bornage en phrases n’est pas celui de l’original en anglais, ce qui change un peu le rythme et la respiration du texte, un point évidemment critiquable.

Un autre problème est la présence de mots franglais : by leaving the Ministry => en laissant [sic] le ministère, gulped it down like a dose of medecine => avala le gin comme une médecine [sic], he realized now => il réalisa [sic] maintenant. Egalement étrange : his wrist-watch => son bracelet-montre [sic].

Il y a aussi des erreurs : within half a kilometre => à moins d’un[sic] kilomètre[plutôt: à moins d’un demi-kilomètre], his predicament =>sonenseignement [plutôt: sa situation difficile].

Certaines traductions sont contestables voire inventées : on to the floor => sur le parquet [plutôt: par terre ou sur le sol], with thick hair => avec d’épais cheveux noirs [plutôt: à l’épaisse chevelure], the shapeliness of her hips =>la forme agile et dure de ses hanches[plutôt: le galbe de ses hanches], with black terror => d’une atroce terreur [plutôt: d’une terreur noire].

Curieusement, la traduction en allemand (et en roumain) partage certaines anomalies avec la version française : (hallucination) mit üppigem schwarzen Haar [avec une luxuriante chevelure noire].Il ne fait aucun doute que rien dans les versions anglaises que nous avons pu consulter ne motivent ce genre d’erreur ou d’hallucination.En revanche, la traduction allemand dit bien : nur auf einen halben Kilometer [seulement à un demi-kilomètre], qui est fidèle à l’original.

Le synoptique comparé des différentes versions montre que la traduction de 1950 est plus longue que l’original anglais, puisque le français a souvent des mots plus longs et utilise plus volontiers certains articles ou “petits mots” que l’anglais.Il est tout à fait logique que la traduction en français tende à être plus longue que l’original anglais, à contenu sémantique équivalent.

Cela étant observé, dans l’ensemble, la traduction de 1950 est convenable, sensiblement satisfaisante, même si des améliorations sont certainement possibles, comme il est montré ci-dessus. Par rapport à l’asymptote de la perfection idéale, la traduction de 1950 présente un écart, certes, mais qui en soi n’est pas choquant ou démesuré.

Les nombreuses trahisons de la nouvelle traduction de Josée Kamoun

La couverture de la nouvelle version arbore la mention « Nouvelle traduction, Roman traduit de l’anglais par Josée Kamoun ».
Comme on va le voir ci-dessus, la nouvelle version JK2018 est extrêmement problématique pour de nombreuses raisons.

Pour commencer, le texte de la version JK2018 tend à être systématiquement le plus court, d’une, deux voire trois lignes par paragraphe, y compris en comparaison de l’original en anglais, ce qui est clairement étonnant. La conclusion est d’emblée que le contenu de cette version ne peut pas être le même et qu’il y a nécessairement perte.

Un autre problème sérieux est que la version JK2018 tend à être rédigée au présent, alors que l’original en anglais utilise les différents temps du passé, comme il est d’usage dans les textes littéraires. Outre le fait que le français n’a qu’un seul présent, ce qui aggrave la dégradation linguistique, la rédaction au présent est louvoyante. Certains passages sont malgré tout en partie au passé composé ou à l’imparfait. De ce point de vue, la nouvelle version trahit l’original en lui faisait perdre sa tenue littéraire classique.

Une autre question concerne les liens possibles entre la traduction AA1950 et la nouvelle version JK2018. Autrement dit, s’agit-il d’une nouvelle traduction ab initio, de l’original anglais vers une page blanche ? Ou bien, le texte de l’ancienne traduction AA1950 sert-il de point de départ, de substrat implicite à la nouvelle version JK2018 ? Pour répondre à cette question, plusieurs indices convergent.

On peut noter que certaines phrases de la version JK2018 sont rédigés au passé, un peu comme si l’ancienne traduction faisait résurgence dans la nouvelle. Un louvoiement étrange est par exemple :

« Quoi qu’il en soit,il offre l’apparence de quelqu’un à qui on aimerait parler si on parvenait à ruser le télécran pour se trouver en tête à tête avec lui. Winston n’a jamais fait le moindre effort pour vérifier cette hypothèse – comment le pourrait-il ?C’est alors qu’O’Brien, ayant jeté un coup d’œil à sa montre, a vu [sic] qu’il était[sic] presque 11:00 et a manifestement décidé de rester jusqu’à la fin des Deux Minutes de Haine. Il a pris[sic] une chaise dans la même rangée que Winston, deux places plus loin. Entre eux s’était assise[sic] une petite femme aux cheveux blond-roux qui travaille dans la cabine voisine de celle de Winston. Quant à la brune, elle se trouvait[sic] juste derrière eux.

Aussitôt, un grincement de mécanique monstrueuse aux rouages mal huilés a crevé[sic] le grand télécran, au fond de la pièce – un bruit à mettre les nerfs à vif, à hérisser les cheveux de la nuque. La Haine venait de commencer.

Comme d’habitude, le visage d’Emmanuel Goldstein, l’Ennemi du Peuple, a surgi sur l’écran. Coups de sifflets dans le public. La petite femme rousse a poussé un couinement où la peur le disputait au dégoût. Goldstein,c’est le renégat, l’apostat […] »

On peut s’interroger sur cette mixture de présent, de passé composé, d’imparfait et même de plus-que-parfait dans le même texte, parfois dans la même phrase.

On peut aussi noter que la version JK2018 présente la même hallucination lexicale que l’ancienne traduction : with thick hair => avec d’épais cheveux noirs [AA1950], une opulente chevelure brune [JK2018]. On ne voit pas dans le texte original la moindre mention de couleur. On peut noter aussi que, dans le premier paragraphe du livre, le simple verbe to enter ‘entrer’ est curieusement traduit par ‘engouffrer’ dans les deux versions. La traduction allemand utilise eindringen ‘pénétrer’.

Ces différents indices laissent ainsi à penser que la nouvelle version embarque une part d’héritage de l’ancienne traduction. En particulier, on ne voit pas comment les mots “with thick hair” peuvent motiver “une opulente chevelure brune [sic]” [JK2018], si la traduction existante (et fautive) “avec d’épais cheveux noirs [sic]” [AA1950] n’intervient pas dans le processus à un moment quelconque. La même chose vaut pour le simple verbe to enter ‘entrer’ traduit par ‘engouffrer’ dans les deux versions. Il est plus qu’étrange que les deux versions partagent les mêmes hallucinations et traductions contestables exactement aux mêmes endroits.

Le diagnostic est donc que la nouvelle version JK2018 est (au moins en partie) une paraphrase de l’ancienne traduction. L’hypothèse d’une nouvelle traduction ab initio ne permet pas d’expliquer certaines anomalies manifestes communes aux deux versions, que rien ne motive dans le texte original en anglais. Pour cette raison, nous préférons parler de nouvelle « version »plutôt que de nouvelle « traduction ».

L’ancienne traduction est paraphrasée dans la nouvelle version, par différents procédés, en particulier par la transposition (incomplète) du passé au présent, la réécriture et aussi, de façon massive, par le jeu des synonymes. Par exemple : horloges [AA1950]> pendules [JK2018],pas assez rapidement cependant [AA1950] >pas assez vite tout de même [JK2018], comme une flèche [AA1950] > comme une fusée [JK2018], etc. Le jeu des synonymes s’applique aussi à l’hallucination lexicale : “avec d’épais cheveux noirs [sic]” [AA1950]>“une opulente chevelure brune [sic]” [JK2018]. Ce jeu de synonymes est plus ou moins opportun, et dans le cas de flèche>fusée, il faut préférer flèche pour rendre l’original dart.

La nouvelle traduction ; une baisse globale de qualité

Comme nous l’avons indiqué ci-dessus, l’ancienne traduction présente un écart à l’asymptote de la perfection idéale et pourrait certainement être améliorée. Le plus simple d’ailleurs serait sans doute de partir de l’ancienne traduction et de l’amender pour la rapprocher autant que possible de l’original en anglais, tout en écrivant en bon français.

La nouvelle version JK2018 rectifie certaines choses marginales : certains mots de franglais et certaines erreurs sont éliminés. Par exemple : living-room > séjour, à moins d’un [sic] kilomètre> à moins de cinq cents mètres.

Mais, globalement, la nouvelle version JK2018 augmente de façon massive l’écart à l’asymptote de la perfection idéale, sur de nombreux points.

Le contenu est en partie sabordé. Par exemple : He could be heard, of course, but so long as he stayed in his present position he could not be seen =>Il pouvait être entendu, bien sûr, mais aussi longtemps qu’il demeurait dans sa position actuelle, il ne pourrait être vu [AA1950] =>On peut l’entendre, certes, mais pas le voir [JK2018]. Autre exemple : That, it was true, was very unlikely =>C’était à vrai dire très improbable [AA1950] =>Peu probable, certes[JK2018].

La tenue littéraire est abîmée par la transposition au présent et aussi par un niveau de langue, un peu erratique, argotique, familier ou vulgaire : se blinder au choc, l’hélico, Quant à la brune, elle […],dégueulasse, etc. On peut comparer par exemple : One very good one => Un très bon film [AA1950] =>Un fameux[JK2018]. La maîtrise du style et du registre de langue fait clairement question.

Le texte de la version JK2018 est également problématique en ce qui concerne la langue française, elle-même. Outre la mixture de présent, de passé composé, d’imparfait et même de plus-que-parfait, signalée plus haut, on peut relever différentes choses : l’hiver qui finit tout juste [franglais], son écriture gondole [sic], ruser le télécran [sic], etc. Ces faits contrastent avec la langue élégante, maîtrisée et surtout correcte (!) du texte original.

Une autre anomalie est l’introduction d’une forme de subjectivité sensorielle, alors que le texte original prend au contraire un soin particulier à éviter les modalisations plus ou moins subjectives, hormis pour le vécu de Winston Smith. Par exemple :  Outside, even through the shut window-pane, the world looked cold =>Au-dehors, même à travers le carreau de la fenêtre fermée, le monde paraissait froid [AA1950] =>Même fenêtre fermée, on sent qu’il fait froid dans le monde extérieur [JK2018]. Autre exemple, mais de confusion entre conscience et sensation : He was conscious of nothing except the blankness of the page in front of him =>Winston n’était conscient que du vide de la page qui était devant lui[AA1950] =>Il perd toute sensation sinon celle de la page blanche devant lui [JK2018].

De façon générale, on peut considérer la nouvelle version JK2018 comme une paraphrase de l’ancienne traduction,extrêmement dégradée, discordante, non-professionnelle et faisant outrage au texte original.

On peut se demander si un recours auprès de Gallimard ne serait pas opportun, voire nécessaire, pour faire retirer de la vente cette nouvelle version JK2018.

Le néoparler, une réécriture orwellienne d’Orwell

Le mot novlangue est maintenant largement passé dans la langue courante. On se demande un peu pourquoi la nouvelle version JK2018 s’ingénie à inventer « néoparler ».

Le mot forgé par Orwell est Newspeak. On peut souligner au moins deux choses. La première est que Newspeak en deux syllabes est cohérent avec l’espèce de charabia soviéto-russe où on accole des mots tronqués : gaz-prom, gos-plan, russ-neft, etc. La deuxième, encore plus notable, est que, normalement, en anglais, speak est uniquement un verbe. Son emploi en tant que nominal dans Newspeak est hautement transgressif, beaucoup plus transgressif que novlangue, auquel on pourrait presque reprocher d’être trop normal. De ce point de vue, « néoparler » est totalement minable. A la rigueur, on pourrait proposer de traduire Newspeak par nouvparl, qui rend assez bien cette dislocation transgressive du lexique. Une autre idée serait de combiner nov avec charabia pour former novabia, néologisme que je trouve assez séduisant.

Autre source de perplexité : pourquoi traduire Thought Police par « Mentopolice », un mot incompréhensible et, qui plus est, mal construit, plutôt que par Police de la Pensée, qui est attesté au moins depuis les années 1940 et 50 dans l’une et l’autre langue. « Mentopolice » est typiquement du novabia. Autre exemple, mais en prime, de novabia genré : « une agente de la Mentopolice ».

Je conclurai avec un extrait : « C’est une patrouille de police qui vient mettre son nez aux fenêtres. Mais les patrouilles, ce n’est pas grave. La grande affaire, c’est la Mentopolice. » Il me semble que Josée Kamoun n’a pas pris la mesure du sujet avec le sérieux qui convient…

Fortunin Revengé
24/06/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédits photos : Big Brother is watching you – Sstrobeck23 [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons / George Orwell – Cassowary Colorizations [CC BY 2.0], via Flickr / IngSoc – Nirwrath [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons / Big Brother Inc. – MTT [CC BY 2.0], via Flickr


Événement le 2 octobre à Paris