Articles

Pol Pot et Ian Smith : le bourreau et le patriote

Pol Pot et Ian Smith : le bourreau et le patriote

Print Friendly

Note de lecture de Camille Galic, journaliste, essayiste, écrivain…

♦ « On ne peut lire ce Pol Pot et ce Ian Smith, qui participent d’une très nécessaire réinformation, sans ressentir une grande nostalgie et surtout une profonde amertume ».

Quarante ans après l’entrée des Khmers rouges à Phnom-Penh, trente-cinq ans après l’instauration du pouvoir noir en Rhodésie, deux événements ont provoqué d’épouvantables drames humains ainsi que des catastrophes économiques dans l’indifférence des « civilisés » généralement si sourcilleux sur les droits de l’homme : il est temps de rappeler qui en fut responsable, au-delà des psychopathes Pol Pot et Mugabé. Sont également accablantes les responsabilités d’un Occident rendu complice des horreurs alors perpétrées, car systématiquement désinformé et lobotomisé par la Pensée unique.


Notre nomenklatura de gauche n’avait pas attendu les tueries de Charlie Hebdo et de l’hyper casher de Vincennes pour se livrer à une gigantesque opération de sidération. Il y aura quarante ans le 18 avril prochain, elle avait mêmement manipulé le peuple français en lui présentant comme « la fête à Phnom-Penh » (cf. Patrice de Beer, correspondant du Monde ayant donné le la à tous ses confrères) l’entrée dans la capitale cambodgienne des Khmers rouges qui, en moins de quatre ans, allaient se livrer à des massacres entrainant 1,7 million de morts selon l’hypothèse basse. Plus du cinquième de la population cambodgienne fut anéanti, soit par des purges et des massacres planifiés, soit par l’exode forcé des urbains vers les campagnes, où nombre des citadins transplantés périrent d’épuisement et d’inanition. Il en fut de même de la liquidation de la quasi-totalité du personnel médical et il en résulta quantité de morts par épidémies et le décès des blessés laissés sans soins.

Cambodge : c’est la faute à Robespierre, c’est la faute à Rousseau

A l’occasion de ce tragique anniversaire qui, n’en doutons pas, sera occulté par ceux-là mêmes qu’enchanta en 1975 la victoire du Kampuchéa démocratique, Nicolas Tandler publie sous le titre Pol Pot un portrait terrifiant de ce dernier, de son vrai nom Saloth Sar. Né en 1928 dans une famille de paysans très aisés jouissant en outre de la protection d’une parente, concubine du roi Norodom Sihanouk, et donc vivant à l’occasion au palais, le jeune Saloth, bien qu’élève médiocre, bénéficia en 1949 d’une bourse pour étudier à Paris. Là, comme d’autres Asiatiques avant lui, le Chinois Chou En-lai et le Vietnamien Hô Chi Minh notamment, il s’initia essentiellement aux beautés de notre Grande Révolution. Adhérent en 1952 au PC«F» et cornaqué par l’activiste eurasien Jacques Vergès qui devait jusqu’au bout veiller sur sa carrière, il voua ainsi un culte à Rousseau et à Robespierre dont les utopies devaient inspirer son futur programme, notamment sur la création d’un « homme nouveau », et la régénération des autres, que « nous contraindrons d’être libres », selon la formule du divin Jean-Jacques, par le « retour à la nature ».

camille Pol PotSpécialiste des régimes communistes avec lesquels il se familiarisa très jeune comme collaborateur de la revue Est & Ouest et de l’institut d’Histoire social fondés par Georges Albertini bien connu des habitués de Polémia (1), Nicolas Tandler relate avec précision la montée de Saloth Sar, qui ne deviendra officiellement Pol Pot qu’en mars 1974, dans la hiérarchie marxiste khmère : un parcours exemplaire à la faveur de la délation des camarades catalogués tièdes ou renégats, de règlements de comptes et de purges internes à l’issue desquels ce terne apparatchik triomphera comme « Frère numéro 1». Bourreau de son propre peuple avant de mourir en 1998 dans son lit, il fut veillé dans la jungle où il s’était réfugié par une toute jeune épouse, tout cela sans avoir jamais eu le moindre compte à rendre.

Il serait toutefois trop simple de faire de Pol Pot et de ses acolytes les seuls responsables et coupables de la tragédie et de la saignée dont le peuple khmer ne s’est toujours pas remis, coincé qu’il est entre la mainmise de Pékin sur ses ressources naturelles (avec notamment une déforestation frénétique de ses côtes au profit de gigantesques plantations de palmiers à huile) et la prééminence du dollar-roi.

Dès la signature par Pierre Mendès-France des Accords de Genève scellant en 1954 la perte de l’Indochine française, le petit royaume s’était retrouvé au centre des appétits chinois, vietnamiens et américains attisés par les multiples intrigues, souvent brouillonnes et contradictoires, d’un Norodom Sihanouk uniquement soucieux de préserver son pouvoir et ses avantages personnels.

A partir de 1973, c’est Washington qui, pour se venger de Hanoï et du Vietcong, finança les Khmers rouges réputés à juste titre antivietnamiens, puis qui les aida à obtenir et à conserver leur siège à l’ONU malgré les accusations filtrant du Cambodge sur la cruauté du régime. Ce financement considérable ne cessa qu’en juillet 1990, donc après l’occupation vietnamienne (1979-1989) décidée pour secourir les Vietnamiens du Cambodge persécutés, tout comme les Cham musulmans, par le racialiste Pol Pot, et qui, au début du moins, fut perçue par beaucoup de Khmers comme un soulagement après ces années d’un calvaire sans équivalent dans l’histoire contemporaine.

Reste que ce calvaire avait été de longue main imaginé et programmé par Pol Pot, protégé de l’esthète Vergès et pseudo-intellectuel hors-sol se prenant pour un démiurge : la pire race de révolutionnaires, hélas pour l’honneur de la France imitateurs de nos Grands Ancêtres et adorateurs de nos Immortels principes.

 *

*    *

Rhodésie : un avant-poste trahi par l’Occident

A l’opposé d‘un Pol Pot totalement déculturé, apparaît le fermier (d’origine écossaise) Ian Smith, artisan en 1965 de l’indépendance de la Rhodésie du Sud, devenue en 1970 République de Rhodésie dont il fut le premier ministre jusqu’à juillet 1979, quelques mois avant la dévolution du pays au pouvoir noir, voulue et signée par le gouvernement britannique en décembre de la même année. La voie était ainsi ouverte, après la sanglante guerre civile (et tribale) entre les Ndébélés de Joshua Nkomo et les Shonas de Robert Mugabé, à la dictature marxiste (et raciste) instaurée par ce dernier.

Depuis trente-cinq ans omnipotent président du Zimbabwe sans que nul ne s’en indigne sous nos climats, Mugabé aujourd’hui nonagénaire a, par sa politique de terreur, de spoliation et de redistribution clientéliste des terres en vertu de la rolinat-smith« réorganisation socialiste », vidé l’ancienne Rhodésie de ses élites – pas uniquement blanches, même si celles-ci furent les premières victimes – et l’a menée au chaos économique doublé d’une famine endémique.

Tout le contraire de Ian Smith qui, en quelques années et en dépit de la guerre et du terrorisme, avait fait de sa patrie un pays médicalement très avancé, ce qui profita avant tout aux Bantous, et si prospère sur le plan agricole qu’il servait de garde-manger (viande et céréales) à ses voisins noirs, notamment la Zambie. Pourtant ces derniers furent les plus acharnés à réclamer officiellement à son encontre la prise de sanctions toujours plus sévères par l’ONU, tout en organisant eux-mêmes la contrebande de produits agro-alimentaires afin de nourrir leurs populations.

Dans son Ian Smith, paru curieusement en même temps que le Pol Pot de Tandler dans la même collection, Jean-Claude Rolinat relate avec sympathie l’itinéraire de cet homme quelconque, modeste et discret, patriote britannique engagé comme pilote dans la RAF et plusieurs fois blessé pendant la Seconde Guerre mondiale et qui tout naturellement, devint patriote rhodésien effrayé par les horreurs tribales commises au Kenya puis dans l’ex-Congo belge, qu’il voulait à tout prix épargner aux siens.

Il s’acharna donc à la survie de ce « pays des Anglais heureux » dont Agatha Christie, qui y séjourna dans les années 1920, écrit dans L’homme au complet marron qu’elle « n’avai[t] jamais vu et ne verrai[t] jamais rien d’aussi magnifique » que ses paysages, qu’elle « aimai[t] follement » (2). Cet enthousiasme ne pouvait qu’être partagé par ceux qui, comme moi, eurent la chance de les contempler avant le lâchage du régime par l’allié sud-africain soucieux de se concilier les grandes puissances et les Nations Unies, qui ne lui en surent d’ailleurs aucun gré, et la trahison des politiciens britanniques — conservateurs compris dont Margaret Thatcher et sir Christopher Soames, gendre de Churchill.

Mais déjà la Rhodésie n’était plus le « pays des Anglais heureux » : à l’initiative de la Zapu de Nkomo et du Zanu de Mugabé lançant leurs raids depuis la Zambie, les massacres de Blancs se multipliaient (notamment en 1979 celui de toute la famille d’un pasteur, le bébé Natacha de six mois retrouvé la tête éclatée à coups de pierre), les incendies de récoltes se développaient ainsi que les abattages de bétail ; la ravissante capitale Salisbury (désormais rebaptisée Hararé) était elle aussi visée et les rares touristes qui s’aventuraient sur le Zambèze aux chutes Victoria étaient la cible de tirs d’obus tirés depuis la Zambie.

Dans la plus parfaite indifférence de la « communauté internationale » qui n’avait d’yeux que pour les « nationalistes » noirs… stipendiés par Moscou et Pékin mais aussi par certains intérêts américains louchant sur l’exploitation du chrome et autres minerais précieux, seuls sauvèrent alors l’honneur de l’Occident des hommes venus des anciens dominions de la Couronne mais aussi de France et engagés dans les Selous Scouts – pour une solde dérisoire ainsi que le souligne Jean-Claude Rolinat dans son livre chaleureux – aux côtés de leurs frères d’armes rhodésiens.

On ne peut lire ce Ian Smith et ce Pol Pot, qui participent d’une très nécessaire réinformation, sans ressentir une grande nostalgie et surtout une profonde amertume. Car si les populations du Kampuchéa hier et du Zimbabwé aujourd’hui ont connu et connaissent encore, toutes races confondues, une telle souffrance, c’est à l’égoïsme des « civilisés » qu’on le doit. Et surtout à leur passivité devant le mensonge pratiqué à une très grande échelle par les médias internationaux.

Camille Galic
20/01/2015

Nicolas Tandler, Pol Pot, Ed. Pardès, novembre 2014, collection « Qui suis-je ? », 128 pages avec iconographie.

Jean-Claude Rolinat, Ian Smith, Ed. Pardès, décembre 2014, collection « Qui suis-je ? » 128 pages avec iconographie

Notes :

(1) Georges Albertini : voir sur notre site les recensions des trois livres de Morvan Duhamel :

Les écrits en prison de Georges Albertini, par Morvan Duhamel

Entretiens confidentiels de Georges Albertini, par Morvan Duhamel

En mission pour Georges Albertini, par Morvan Duhamel

(2) Camille Galic, Agatha Christie, 128 pages avec iconographie. Ed. Pardès, décembre 2013, collection « Qui suis-je ? »

http://www.polemia.com/agatha-christie-de-camille-galic/

Correspondance Polémia – 27/01/2015

Image : 1res de couverture