Articles

Nicolas, reviens vite !

Nicolas, reviens vite !

Print Friendly

Certains de nos compatriotes, apparemment privés d’entendement ou de mémoire, regrettent déjà Nicolas Sarkozy et réclament bruyamment, sur tous les tons et toutes les ondes, son retour aux affaires (1). Ils ont même été jusqu’à créer une association  « les Amis de Sarkozy », véhicule indispensable, comme on sait,  pour recueillir de l’argent et faire parler de soi en toute occasion.


On les comprend. Nicolas Sarkozy a effectivement un bilan exemplaire :

– 5oo Milliards d’endettement public supplémentaire pendant son mandat : c’est Sarkozy ;

– 250 000 immigrés de plus par an : c’est toujours Sarkozy ;

– cerise sur le gâteau : le cher homme, devenu un vrai foudre de guerre, va chercher gratuitement noise à Kadhafi en Libye (2). Moyennent quoi, Il a fait prestement sauter le verrou Kadhafi qui contenait Touaregs et islamistes, lesquels se sont empressés de dévaler sur le Mali. Ce  qui a rendu obligatoire une nouvelle intervention de l’armée française. Et ce n’est probablement pas fini.

Pour faire simple, on peut rappeler, comme suit, les réalisations remarquables de Maître Sarkozy pendant son mandat :

– Les 35h : elles sont toujours là, fidèles au poste ;

– Le collège unique : il est toujours là, pour la plus grande joie de nos chers petits, dont beaucoup terminent leurs études quasiment illettrés ;

– la méthode globale, toujours appliquée, pour fabriquer des ignares en série ;

– l’impôt sur la fortune, toujours  présent.

Et nous n’évoquerons pas ici la longue liste des réformes en trompe l’œil, inachevées ou carrément bâclées  : les retraites (encore à réviser), la justice (toujours aussi bancale), l’université (à réformer) etc .etc. etc.

Et dire que son slogan pour la campagne présidentielle était « la France Forte » ! Quelle galéjade.

On comprend que l’on puisse regretter un homme providentiel de ce calibre.

 Yves-Marie Laulan
7/07/2013

Notes :

Yves-Marie Laulan est l’auteur des  Années Sarkozy, chez  Philippe Randa ,Ed de l’AEncre, 2012, (NDLR).

(1) Pour dire vrai, la motivation principale de ces séides est l’espoir d’obtenir un poste en cas de retour de Sarkozy à la tête de l’Etat.

(2) Pour effacer élégamment certaines dettes malencontreuses prétendent certains mauvais esprits. Mais allons donc ! .Pas un président de la République française quand même!

Correspondance Polémia – 8/07/2013

Image : L’ex-président Nicolas Sarkozy arrive au siège de l’UMP à Paris, le 8 juillet 2013