Articles

Les mécanismes de l’immigration humanitaire

Les mécanismes de l’immigration humanitaire

Print Friendly

*

*

L’immigration humanitaire,

Némésis d’une Europe compatissante

 Colloque organisé par

L’Institut géopolitique des populations

Jeudi 3 avril 2014

Intervention de  Françoise Monestier

Les mécanismes de l’immigration humanitaire

 

♦ A l’heure de la communication mondiale instantanée, les mécanismes de l’immigration humanitaire sont naturellement le bouche à oreille, mais aussi et surtout le téléphone satellitaire qui permet de communiquer instantanément avec n’importe quel point du vaste monde et, depuis quelques années, pour un coût mineur. Aussi est-il courant de voir, avachies sur nos trottoirs parisiens, des matrones roms en grande conversation avec leurs correspondants restés au pays… tout en jetant un œil sur une soucoupe qu’elles voudraient voir se remplir au fur et à mesure de la conversation. On peut parler également des images diffusées par Internet ou les chaînes télévisuelles du câble et qui projettent des images paradisiaques de la vie en Europe. Mais tout cela n’est rien comparé au rôle délétère des associations de soutien aux immigrés qui ont leurs relais en Afrique, en Asie et dans l’Europe orientale.


Il convient également de rappeler le détestable appui apporté par les organisations internationales onusiennes confites dans la dévotion à la bien-pensance et à l’antiracisme de rigueur et qui font pression de toutes les manières possibles sur les gouvernements pour imposer leurs funestes diktats.

Mais on ne saurait passer sous silence également les sermons et surtout directives de Bruxelles enjoignant aux gouvernements européens de boire le calice de l’immigration jusqu’à la lie. Viviane Reding, commissaire européenne, qui a fait débloquer la coquette somme de 50 milliards d’euros pour l’intégration des Roms, est exemplaire dans ce rôle de vigie, ou plutôt de naufrageur, en particulier quand elle menace la France de sanctions si cette dernière s’avisait d’entraver la libre circulation des Tsiganes.

Le Traité de Schengen n’est pas en reste, grâce auquel la libre circulation sur tout le territoire européen a constitué un formidable appel d’air pour toutes les populations subsahariennes, arabes ou appartenant au monde balkanique et qui savent toutes que les aides aimablement fournies par notre pays sont légion.

Compassion et connivence

Les médias de l’oligarchie jouent un rôle désastreux dans ce soutien sans faille aux immigrés de tout poil qui déferlent sur le continent européen avant de s’abattre sur notre pays. Comme le rappelait en 2004 Serge Halimi dans Les nouveaux chiens de garde :

  • « Les médias adorent relayer ces grandes causes associant tout et chacun sans déranger rien ni personne. Le consensus “humanitaire” a la même utilité que les “débats” entre journalistes. Ils brassent du vent pour détourner l’orage. »

Et que dire des associations qui, régulièrement depuis plus d’un demi-siècle, et avec la complicité d’un certain clergé, catholique ou protestant, n’a eu de cesse de soutenir  les immigrés ? Dans un livre récent Les Yeux grands fermés, la  démographe Michèle Tribalat dénonce les actions délétères du GISTI et de la CIMADE, véritables bras armés des clandestins dans notre pays :

  • « Les ONG et les associations doivent assumer que leur idéal passe avant le bien-être des Français et plus largement avant celui des habitants de la France. Que la détresse qu’elles veulent secourir nécessite la mise de côté des intérêts de ces derniers, lesquels se trouveraient ainsi dessaisis de leur pouvoir d’influer et de décider de l’avenir de leur pays. Dans une telle utopie, l’Etat est supposé mettre sur un pied d’égalité ses propres citoyens et les étrangers auxquels il a apporté sa protection d’une part et tout candidat à l’immigration d’autre part. En somme, devenir un gestionnaire, parmi d’autres, de la population de la planète entière. »

Tout n’est-il pas dit dans cette phrase ?

Prenons le cas  de la CIMADE, « association de solidarité active avec les réfugiés et les demandeurs d’asile » et dont plus des trois quarts des ressources proviennent de l’argent public. En 2007, ses ressources s’élevaient  à près de 8 millions d’euros ! C’est dire… Grande donneuse de leçons devant l’Eternel, elle  vient d’adresser (avec le GISTI et la Ligue des droits de l’homme) un « courrier d’alerte » au Conseil de l’Europe afin de freiner les expulsions depuis les départements français d’outre-mer, et particulièrement depuis Mayotte, le cent unième département français qui vit au rythme de l’islam et de l’immigration clandestine incontrôlée, véritable Lampedusa français selon l’expression de Bernard Lugan.

S’agissant du GISTI, Groupement d’information et de soutien des immigrés, très actif auprès des médias pour obtenir leur soutien dans la défense des immigrés et grand contributeur de la doxa antiraciste, il vient d’écrire à Marisol Touraine, ministre de la Santé. La raison de sa missive ? Une note présumée de la Caisse primaire d’assurance maladie de Seine-Saint-Denis demandant à ses services de ne pas traiter les demandes d’Aide médicale d’Etat (AME) non instruites au 6 décembre 2013. Pour le GISTI, cette « décision porte atteinte aux normes garantissant le droit fondamental à la santé ». Fermez le ban !

Le GISTI – toujours lui – portait plainte en juin dernier, avec la Ligue des droits de l’homme et deux autres associations, contre la France et l’Espagne pour établir la responsabilité des deux pays après la dérive en Méditerranée d’un canot de migrants qui avait fait 63 morts en 2011. Faut-il préciser que deux rescapés du naufrage ont, eux aussi, porté plainte ?

Pas plus tard que la semaine dernière, une vingtaine d’associations de soutien aux clandestins ont exigé le retrait d’une circulaire de Manuel Valls encourageant les préfets à lutter contre l’immigration irrégulière.

Mais revenons sur le scandale des subventions d’Etat distribuées chaque année par le gouvernement et les différentes collectivités territoriales afin d’acheter la paix sociale, religieuse ou raciale et de se donner bonne conscience. La foire aux subventions et la distribution de la manne publique s’organisent à grands renforts de lobbying auprès des organisations antiracistes. C’est à qui sera le plus généreux, de l’Etat, des Régions ou des Départements quand ce ne sont pas les trois réunis qui financent le même « client » !

Près de 35 milliards d’euros sont ainsi généreusement distribués à plus de 18.000 associations, dont de nombreuses structures étrangères depuis la loi Mauroy du 9 octobre 1981 qui ne soumet plus la constitution d’associations étrangères à l’autorisation du ministère de l’Intérieur. Cette désastreuse initiative a créé un véritable appel d’air et permis à des associations aussi bien turques que kurdes, burkinabées ou algériennes de toucher le gros lot.

La distribution des subventions, qualifiée par la Cour des comptes de « machine sans compteur », progresse chaque année, selon que le gouvernement en place ne veut pas être taxé de « raciste » ou, au contraire, apporte une aide « politique » à ces relais des clandestins et de demandeurs d’asile en progression de 90% depuis 2006.

Un appel d’air à l’immigration

Les aides sociales font partie de ces pompes aspirantes qui, chaque année, attirent un nombre de plus en plus important de migrants, à commencer par les clandestins qui considèrent notre pays comme la patrie de l’assistanat, ce que démontrent nos amis de Contribuables associés dans un récent numéro consacré à ce thème.

Près de 6 millions de personnes, en comptant les clandestins, figurent parmi les principaux bénéficiaires des aides sociales largement distribuées dans notre pays. Un réseau, dirigé par un Egyptien, a récemment été démantelé. Il profitait d’une largesse de notre système de santé consistant à délivrer des titres de séjour pour les étrangers dont les pathologies ne sont pas prises en charge dans leur pays d’origine. Le gang trouvait des étrangers réellement malades, leur faisait passer des examens médicaux et revendait ensuite les permis de séjour ainsi délivrés – sans oublier d’écouler contre espèces sonnantes et trébuchantes les médicaments délivrés. L’histoire ne dit pas ce que sont devenus les vrais malades !

Mais revenons à nos clandestins dont le nombre a progressé de 48% dans l’Union européenne en 2013. Ces derniers, qu’ils viennent de l’Afrique sub-saharienne, des anciennes républiques d’Asie Centrale, de Roumanie ou de Bulgarie, connaissent le mot-clef en arrivant chez nous : AME, comme Aide médicale d’urgence, véritable exception française créée par Lionel Jospin et Martine Aubry en 1999. En effet, nos voisins sont moins généreux que nous envers les étrangers en situation irrégulière, qu’il s’agisse de l’Autriche qui n’accorde pas aux clandestins l’accès gratuit aux soins, de la Grande-Bretagne qui, depuis 2004, limite la gratuité de ces mêmes soins, ou de la Suède qui n’accorde aux étrangers en situation irrégulière aucun droit aux prestations de santé.

Ce système diabolique et démagogique inclut aussi bien une intervention chirurgicale, des implants dentaires que, tenez-vous bien, un traitement contre la stérilité masculine pris officiellement en charge par la Sécurité sociale. En constituant le dossier médical le plus lourd possible, les étrangers en situation irrégulière doublent leurs chances de réussir à se faire régulariser.

Avec de tels avantages, auxquels il convient d’ajouter l’école gratuite pour tous les enfants de clandestins grâce aux démagogues du Réseau éducation sans frontières, artisans principaux de la pitoyable Affaire Léonarda, ils sont nombreux à se donner le mot.

Invité de la dernière Université d’été du Parti socialiste, le Réseau éducation sans frontières aide les clandestins à tromper les préfectures en leur fournissant les questionnaires linguistiques qu’ils doivent remplir pour obtenir leur titre de séjour et soutiennent plus particulièrement les clandestins chinois dans leurs démêlés avec l’administration. Il utilise volontairement le terme de « rafles » pour qualifier les arrestations de parents clandestins d’enfants clandestins et recourt à la thématique des « heures les plus sombres de notre histoire » pour frapper les esprits. Créé en 2004 par des militants de Lutte ouvrière et de la LCR, il fonctionne de manière quasi clandestine et se définit comme, je cite : « l’insurrection des braves gens ».

Une économie souterraine florissante

Ils sont nombreux à se donner le mot, les immigrés et autres clandestins qui savent que les banlieues de non-droit largement arrosées par l’Etat sont  favorables, je cite, à une « économie souterraine puissante et beaucoup plus attractive pour certains qu’un emploi de Smicard. La protection de ces activités très lucratives est une nécessité pour ceux qui en profitent ; elle est à l’origine d’une montée des rivalités entre bandes »… et donc de la mortalité dont on feint de s’affliger. Ainsi s’exprime le géographe Christophe Guilluy dans son remarquable Fractures françaises publié en 2010.

Soucieux de ne pas déplaire aux lobbies de l’immigration, les différents gouvernements – et celui de François Fillon n’a pas été en reste – ont mis en place une politique de discrimination positive et intégré les émeutes du Ramadan de 2005 comme un mouvement social structuré, sans tenir compte de la dimension délinquante et insurrectionnelle de ces émeutes.

Sûrs de pouvoir se fondre dans l’anonymat des banlieues de l’immigration, les clandestins ou les immigrés en situation régulière affluent dans des zones où le chômage est déjà élevé et se coulent dans le système.

Contrairement à l’image complaisante qu’en donnent les médias, les quartiers et communes sensibles sont attractifs pour ces primo-arrivants qui vont se livrer aux joies de l’économie souterraine, profiter de la manne déversée dans ces quartiers ou tout simplement retrouver leurs semblables dont ils partagent l’ethnie, la langue, la religion, la nourriture. Dans son ouvrage, Christophe Guilluy cite le cas de Grigny, mise sous tutelle de l’Etat, gangrenée par les trafics et dont plus de 15% des élèves sont des enfants de clandestins.

61 milliards d’euros ont été dépensés en dix ans dans les banlieues de 2003 à 2013 et la « générosité publique profite aux zones de droit islamique ». Dès 2006, le chercheur Dominique Lorrain avait dénoncé les disparités de traitement  entre un quartier sensible des Hautes-Noues à Villiers-sur-Marne et la ville de Verdun : alors que le revenu par habitant y est de 20% supérieur à celui de Verdun, le programme de réhabilitation dont bénéficiait ce quartier prévoyait  une dotation par habitant de 12.450€, alors que celui mis en place dans les quartiers de Verdun allouait seulement 12€ par habitant. Cherchez  l’erreur !

Et quid du Plateau de Clichy-Montfermeil rénové pour plus de 600 millions d’euros en 2003 par Borloo, soit 40.000€ par habitant et dont rien ou presque ne subsiste aujourd’hui dans une zone où les habitants jettent ordures et frigidaires par les fenêtres de leur HLM ?

Les budgets affectés à la politique de la Ville ne connaissent pas la crise. On en veut pour preuve l’augmentation de 50% de la Dotation de développement urbain pour les 100 communes les plus pauvres suite à la grève de la faim entamée par l’écolo-communiste Gatignon.

En fait, la politique de la Ville traîne derrière elle trente années de mauvaise gouvernance et d’illusions. Dans un rapport publié en 2012, la Cour des comptes a recensé 751 ZUS (Zones urbaines sensibles) dont 461 en ZRU (Zone de redynamisation urbaine) et 100 en ZFU (Zone franche urbaine) – sans oublier 2493 quartiers ciblés par des Contrats urbains de cohésion sociale (CUCS) dont plus des deux tiers ne sont pas classés en ZUS.

C’est dans ce mille-feuilles administratif et ce maquis touffu, objet de toutes les attentions gouvernementales sous la pression des organisations dites humanitaires, que prospèrent combines et familles clandestines et tous les flux migratoires possibles avec l’aide d’associations favorisant leur isolement linguistique, culturel et religieux – et pour le plus grand bonheur de ces gangs qui écument notre pays.

Schengen accélérateur de la criminalité

Dans un rapport récent, le SIRASCO (Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité organisée) montre comment les groupes criminels étrangers s’implantent sur le territoire français en profitant de l’ouverture des frontières. Il confirme que les chefs de ces différentes mafias (albanaise, turque, géorgienne, russe ou africaine) savent tirer parti des failles juridiques de l’Union européenne. Il ajoute, je cite, que « la suppression des contrôles aux frontières dans un ensemble de plus en plus vaste et les exemptions de visa au bénéfice de certains Etats » a favorisé la criminalité balkanique, les ressortissants de cette région n’ayant plus besoin de visa pour entrer dans l’espace Schengen. Et pour les Kosovars ayant, eux, besoin de visa ? Pas de problème : alors même qu’ils sont protégés par la KFOR, ils brandissent la carte de réfugié politique !

Le SIRASCO rappelle que la disparition des frontières favorise les trafics dont la traite humaine. Il met également en évidence le rôle que jouent les « diasporas » tranquillement installées dans des cités sensibles, et qui fournissent aux groupes mafieux de même ethnie l’appui logistique nécessaire au développement de leurs activités illicites : un phénomène constaté en matière de narcotrafic, je cite :

  • « En France, la majeure partie des importations et des ventes de produits stupéfiants est le fait de groupes criminels (…) dont les membres, parfois des fratries entières, ont des liens ethnolinguistiques avec les producteurs marocains, facilitant les transactions commerciales et les investissements (blanchiment) au Maroc ou dans d’autres pays du Maghreb. »

Rappelons qu’en 2010 la Turquie a supprimé les visas pour les ressortissants iraniens, yéménites, libyens, syriens, marocains et tunisiens, révolutionnant ainsi les flux migratoires à destination de l’Europe et faisant de la Grèce le nouvel homme malade de notre continent.

Mais la date-clef demeure celle du 14 juin 1985, lorsque la France, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas signaient, à Schengen, la suppression à partir du 1er janvier 1990 des frontières physiques entre ces pays. Le Parlement français attendait 1991 pour ratifier les Accords de Schengen devenus Traité. En 1997, le Traité d’Amsterdam étendait les dispositions de Schengen à tous les pays de l’Union (sauf le Royaume-Uni et l’Irlande) et supprimait la clause de sauvegarde nationale permettant à un Etat de rétablir des frontières en cas de crise grave. Le piège se refermait. Quatre ans plus tard, le livre de Jean Raspail Le Camp des saints devenait malheureusement réalité avec l’échouage volontaire sur les côtes varoises, le 23 février 2001, d’un cargo transportant un millier de Kurdes bien décidés à rester… ce qu’ils ont d’ailleurs fait. Cette affaire n’était qu’un avant-goût des mouvements de population qui nous submergent aujourd’hui. Tout le reste est littérature…

Françoise Monestier
3/04/2014

 

Image : Arrivée d’immigrés tunisiens à Lampedusa