Articles

Le chômage ? La faute à l’extrême droite certainement

Le chômage ? La faute à l’extrême droite certainement

Print Friendly

« Si François Hollande n’a pu infléchir la courbe du chômage, n’est-ce pas à cause de ces ringards de Français pétainistes qui refusent de travailler ? »

♦ Chaque nouvel échec, chaque nouveau ridicule, chaque nouvelle crise qui marque la lamentable présidence Hollande devient l’occasion de dénoncer les vrais coupables : les dangereux saboteurs d’extrême droite. La gauche voit la main de l’extrême droite partout, ce qui est bien commode. Mais cela traduit aussi un penchant inquiétant pour la démocratie.


Les noirs desseins de la manif pour tous

Ainsi l’invocation de l’ombre de l’extrême droite a permis de museler l’ampleur de la manifestation populaire contre les projets Taubira. La médiatisation systématique de quelques « incidents » spectaculaires – peut-être provoqués, d’ailleurs – a permis de mettre en scène les dangereux fachos qui s’en prendraient à nos paisibles forces de l’ordre républicaines, et, bien sûr, à notre si gentille ministre de la Justice.

Le rose fushia de la manif pour tous masquait de noires intentions factieuses assurément.

Les bonnets bruns

Puis quand les Bonnets rouges ont commencé en Bretagne à faire reculer le gouvernement, les médias se sont efforcés de mettre en avant une collusion des mécontents avec une louche revendication identitaire. Identité ? Voilà un mot qui sent le soufre.

Les Bonnets rouges ne seraient-ils pas, finalement, des Bonnets bruns ? Kolossale finesse, aurait dit le regretté Francis Blanche.

Maréchal nous voilà

Même Dieudonné, qui pourtant clame haut et fort son identité franco-camerounaise et son islamophilie, est désormais présenté comme une référence d’extrême droite. Quand les caméras officielles filment les spectateurs du Théâtre de la Main d’Or, on ne voit ainsi que les Français de souche au cheveu court. Pas les spectateurs ni les supporters maghrébins ou d’origine africaine, les plus nombreux.

Normal : Dieudonné, l’odieux antisémite, ne peut être que d’extrême droite. Le « philosophe » Roger-Pol Droit voyait bien dans l’humoriste « la France rance » de Vichy (article « La république et le rire obscène », Les Echos du 9 janvier 2014)… Dieudonné : Maréchal nous voilà ! Il fallait y penser.

Salauds de parents

L’opération Dieudonné a permis aussi de roder le discours qu’on nous ressert maintenant à propos de la théorie du genre.

Rappelons les faits : un nombre croissant de familles s’inquiètent à juste titre des délires pédagogiques, en particulier en maternelle, autour de la théorie du genre et de la lutte contre les prétendus stéréotypes sexuels. Notamment les familles d’origine immigrée qui ne veulent pas que l’on lobotomise ainsi leurs bambins.

Alors que fait-on ? On accuse évidemment les parents.

Comme le titre Le Monde du 30 janvier 2014 : « Des opposants à la théorie du genre perturbent l’école ». Perturbent l’école : vous avez bien lu. L’école marcherait si bien sans cela, c’est sûr.

Que se passe-t-il donc ? « Une association hétéroclite de militants musulmans et d’extrême droite fait courir de fausses rumeurs sur le contenu des enseignements scolaires », écrit Le Monde, en supporter zélé du ministre de l’Education.

Bref, la théorie du genre c’est la faute encore à l’immonde extrême droite qui fait courir des rumeurs. Ah les rumeurs ! Cela ne vous rappelle rien ?

Et ne vous y trompez pas : les islamistes appartiennent bien à l’extrême droite musulmane (c’est Charlie Hebdo qui nous le dit). Bon sang mais c’est bien sûr ! Tout s’éclaire : voilà l’extrême droite encore à l’œuvre derrière la théorie du genre. Et puis la couleur verte et le brun vont bien ensemble, n’est-ce pas ?

La  colère est d’extrême droite

Vous voici révolté par l’état de votre pays ? Vous ne vous sentez plus en France chez vous ? Vous faites pipi debout ? Vous ne voyez pas François Hollande en sauveur ? C’est que vous êtes d’extrême droite. On nous l’a bien dit dimanche dernier, sur tous les écrans. On nous le dit aussi lorsqu’on commente gravement les sondages d’opinion et qu’on ne peut plus cacher la coupure croissante entre le pays réel et le pays légal (encore une formule d’extrême droite, d’ailleurs…).

Alors, mesdames et messieurs les commentateurs médiatiques, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ?

Si François Hollande n’a pu infléchir la courbe du chômage, n’est-ce pas à cause de ces ringards de Français pétainistes qui refusent de travailler ? Si la réforme fiscale s’annonce mal, n’est-ce pas à cause du sabotage des fonctionnaires d’extrême droite ? Si la rupture entre François et Valérie est de notoriété publique, n’est-ce pas la faute aux bloggeurs fachos dont il serait urgent, enfin, de censurer sur Internet le « discours de haine » ?

Vous auriez ainsi une nouvelle belle occasion de montrer votre… extrême aveuglement et votre… extrême servilité.

 Michel Geoffroy
30/01/2014

Correspondance Polémia – 1/02/2014

Image : la presse de la droite nationale