Accueil | Billets | « Un discours vide devant des cercueils vides »

« Un discours vide devant des cercueils vides »

« Un discours vide devant des cercueils vides »

par | 1 juin 2015 | Billets

A l’occasion de la journée nationale de la résistance, François Hollande a présidé l’entrée au Panthéon de Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle‑Anthonioz, Germaine Tillon et Jean Zay. Une cérémonie ainsi résumée sur twitter « un discours vide devant des cercueils vides ».

En effet, les familles de Geneviève de Gaulle‑Anthonioz et de Germaine Tillon ont refusé le transfert des corps, enterrés auprès de leurs maris et de leur famille.

Quant à Jean Zay, son transfert au Panthéon est controversé : les députés et le comité national d’entente des associations patriotiques et du monde combattant ont critiqué la « panthéonisation » de Jean Zay. Rappelons qu’il avait dénoncé le drapeau bleu blanc rouge, en ces termes : « Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore … terrible morceau de drap collé à ta hampe, je te hais ». (*)

L’histoire réelle des figures que François Hollande a « panthéonisées » n’entre pas toujours dans le schéma du président.

Non, Pierre Brossolette est mort exclu du parti socialiste, pour avoir trop critiqué la Troisième République,

Il y a d’autres oublis présidentiels

Oubli d’autres résistants venus de la droite. Par exemple Marie‑Madeleine Fourcade qui écrivait dans un journal nationaliste avant la guerre et qui fut la seule femme, dirigeant un réseau important pendant la guerre. Oubli aussi du fait que les premiers résistants étaient de droite : comme le premier fusillé Honoré d’Estienne d’Orves : polytechnicien, officier de marine, catholique et monarchiste, issu de l’Action française. Sans parler de Frenay, Loustanau‑Lacau, Rémy, Fourcaud ou Alain Griotteray, ancien patron d’émission sur Radio‑Courtoisie.

L’histoire en noir et blanc à la Hollande ne correspond pas à la réalité !

Note de la rédaction :

(*) « Ne pas subir » (Lyautey, maréchal de France)

Quelle soit l’issue du combat, fidèle à la devise de Lyautey, notre association n’accepte pas l’inacceptable.

Le président de l’ASAF, le général (2s) Henri Pinard Legry, a fait savoir qu’il ne se ne se rendra pas au Panthéon. En revanche accompagné d’autres président d’associations  patriotiques nationales, il se rendra sous l’arc de triomphe pour saluer le Drapeau qui y flotte et rendre un hommage silencieux à toutes celles et ceux qui sont tombés les armes à la main pour l’honneur du Drapeau : « L’ASAF ne sera pas présente au Panthéon le 27 mai, journée nationale de la Résistance, afin de ne pas cautionner ce qu’elle estime être une forfaiture, une insulte inacceptable faite à l’ensemble des Françaises et des Français, en particulier à ceux qui souffrirent et sacrifièrent leur vie pour le drapeau. Elle sera à l’Arc de Triomphe et contemplera avec fierté, l’immense drapeau qui flotte au-dessus de la tombe du Soldat inconnu ».

Général (2s) Philippe SCHMITT
Délégué départemental de l’association de soutien à l’armée française pour l’Oise
www.asafrance.fr

En quelques mots et quelques photos, tout est dit (voir Prise de position de l’ASAFwww.asafrance.fr).

(Source : R.C. – Le Kiosque courtois, 30/05/2015)

 

 

Les dépenses pour l’immigration selon la Cour des comptes : toujours plus ! [Partie 1]

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La Cour des comptes vient de publier un rapport sur...

Quand Macron se réclame du général de Gaulle…

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Le gaullisme a ceci de spécial...

L’indécente candidature d’Agnès Buzyn à la Mairie de Paris

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Donald Trump veut lutter contre la censure des réseaux sociaux

Nous proposons à nos lecteurs la traduction exclusive d'un article de Breitbart sur le combat...

Sidération et soumission, effets secondaires du Covid-19

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples ♦ Le plus...

En Italie, Facebook condamné pour censure et atteinte à la liberté d’expression

C'est un revers historique pour Facebook en Europe. La justice italienne a en effet confirmé la...

I-Média n°300 – Chloroquine : ce que cache l’hystérie médiatique

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Pourquoi il ne faut pas juger pénalement les responsables politiques

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain ♦ De très nombreuses voix s'élèvent avec...

Éoliennes et remplacisme global

Par le Conseil national de la résistance européenne, présidé par Renaud Camus ♦ Nous...

Covid-19. Confinement, complotisme, Raoult… Les mots du mal

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ Un portrait...