Accueil | Politique | Présidentielle américaine. L’aube après la nuit

Présidentielle américaine. L’aube après la nuit

Présidentielle américaine. L’aube après la nuit

par | 4 novembre 2020 | Politique

Par Frédéric Eparvier, cadre dirigeant d’un grande entreprise française à caractère stratégique ♦ Le raz-de-marée démocrate annoncé par tous les médias français et américains n’a finalement pas eu lieu. Dans un scénario incroyable, Donald Trump est en train de réitérer son exploit de 2016 : montrer que les médias se trompent complètement dans leurs analyses politiques et électorales. Cependant, rien n’est encore gagné pour lui au niveau électoral puisque l’issue finale semble extrêmement indécise. Point d’actualité sur cette situation avec Frédéric Eparvier.
Polémia

Comme prévu la nuit a été longue devant la télévision que je regardais en même temps que les sites américains : Fox News, NBC, CNN, Red Eagle Politics… Et franchement regarder la tête de tous les spécialistes français qui voyaient la perspective d’un raz de marée de Biden s’éloigner d’heure en heure valait quand même la peine.

Petit point de détail, je trouve extrêmement surprenant que les chaines de télévisions françaises annoncent les résultats avec plus d’une heure de retard par rapport aux chaines américaines… Prétendre que la Floride était encore un État « pivot » ou le score était très serré, alors que cela faisait une heure que toutes les télés américaines donnaient plus de 3 % d’avance à Donald Trump et une claire victoire – notamment grâce aux américains d’origine cubaine – laisse rêveur. Passons.

En ce mercredi 4 novembre, alors que les bureaux de vote ont fermé pour permettre aux compteurs de se reposer, quelle est la situation ?
Et bien, conformément à ce que j’avais écrit, six États restent en lice, avec un avantage à Donald Trump, même si le résultat final sera extrêmement serré, et vraisemblablement contesté en justice.

Présidentielle américaine. Vers une victoire de Trump dans le Midwest ?

Les 46 États ou les résultats sont finaux donnent 229 Grands Électeurs à Joe Biden, et 221 à Donald Trump.  Il reste 88 Grands Électeurs à départager.

Regardons la situation États par États, par ordre du nombre de Grands Électeurs :

  • Wisconsin avec 10 Grands Électeurs : Avec 82 % des suffrages comptés Donald Trump mène par 1 514 750 voix contre 1 396 865. Il faudrait donc que Joe Biden remonte 120 000 voix avec 550 000 environ à venir. Pas impossible mais compliqué. Avantage Trump.
  • Arizona avec 11 Grands Électeurs : Avec 82 % des suffrages comptés, Joe Biden mène par 1 367 211 voix contre 1 236 546. Il faudrait donc que Donald Trump rattrape 130 000 voix sur 480 000 à dépouiller. Pas impossible mais très compliqué, sauf que 400 000 suffrages vont venir de « comtés » que Donald Trump avait très largement gagnés en 2016. Donc cela devrait se jouer à très peu de voix, mais cela, évidemment les télévisions françaises ne vous le disent pas. Et Fox News, après avoir annoncé la victoire de Biden en Arizona a rétracté son jugement plus tard dans la nuit…. Avantage Biden.
  • Caroline du Nord avec 15 Grands Électeurs : Avec 95% des suffrages comptés Donald Trump mène par 2 732 120 voix contre 2 655 383. Il faudrait donc que Joe Biden remonte 76 737 voix avec 260 000 environ à venir. Pas impossible mais quasi impossible. Avantage Trump.
  • Géorgie avec 16 Grands Électeurs : Avec 92 % des suffrages comptés Donald Trump mène par 2 381 870 voix contre 1 853 6026. Il faudrait donc que Joe Biden remonte 100 000 voix avec 350 000 environ à venir. Pas impossible mais quasi impossible. Avantage Trump.
  • Michigan avec 16 Grands Électeurs : Avec 72 % des suffrages comptés Donald Trump mène par 2 160 349 voix contre 2 655 383. Il faudrait donc que Joe Biden remonte 300 000 voix avec 1 100 000 environ à venir. Pas impossible mais compliqué. Avantage Trump.
  • Pennsylvanie avec 20 Grands Électeurs : Avec 74 % des suffrages comptés Donald Trump mène par 2 964 853 voix contre 2 286 865. Il faudrait donc que Joe Biden remonte 670 000 voix avec 1 300 000 environ à venir. Pas impossible mais très compliqué. Avantage Trump. Maintenant c’est bien dans cet État que le vote par correspondance va être le plus problématique.

On serait donc à 278 Grands Électeurs en faveur de Donald Trump contre 240 en faveur de Joe Biden, avant la prise en compte des suffrages en Pennsylvanie…. Il est donc certain que la contestation va dépasser la Pennsylvanie même si à ce stade, c’est Avantage Trump

Voilà il ne reste plus qu’à attendre, mais cela, je l’ai déjà écrit….

Frédéric Éparvier
04/11/2020

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

17 octobre 1961 : un « massacre » imaginaire, par Bernard Lugan

Par Bernard Lugan, historien spécialiste de l'Afrique, notamment auteur de Algérie, l'histoire à...

Union européenne : taper du poing sur la table, avant de la renverser !

Par Paul Derey ♦ Les critiques de l’Union européenne sont omniprésentes à droite, mais les...

Immigration : comment expulser tous les étrangers en situation irrégulière ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 (3) Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...

L’Union européenne, source de nos problèmes… vraiment ?

Par Paul Derey ♦ L’ancien commissaire européen et deux fois ministre des Affaires...

Fact checkers ou désinformateurs ? Trois questions à Jean-Yves Le Gallou

Entretien paru par l'Observatoire du journalsime ♦ “Fact checkers”, vérificateurs,...

Éric Zemmour a raison, la guerre des prénoms a bien un sens

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous constatons une focalisation sur les propos d’Éric...

« Grandeur et décadence de l’Europe », plaidoyer pour la longue mémoire identitaire

Par Johan Hardoy ♦ Écrivain et historien bien connu de Polémia, Dominique Venner est...

Quand l’idéologie médiatique récupère Bernard Tapie

Par Pierre Boisguilbert ♦ Emporté par un cancer le 3 octobre à l’âge de 78 ans, Bernard...

Zemmour versus Marine Le Pen – La diabolisation : s’y soumettre ou y faire face ?

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ La présidentielle s'annonce...

« La France n’a pas dit son dernier mot » – Éric Zemmour entretient le suspense

Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe...