La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Politique | Lucide et courageux, affable et modéré, hommage à Jean-Marie Le Chevallier

Lucide et courageux, affable et modéré, hommage à Jean-Marie Le Chevallier

Lucide et courageux, affable et modéré, hommage à Jean-Marie Le Chevallier

par | 3 novembre 2020 | Politique, Société

Par Françoise Monestier, journaliste pour Présent ♦ Député européen, maire de Toulon, Jean-Marie Le Chevallier était un homme situé à la charnière de la droite classique et du Front National. Un homme qui aurait pu jouer un rôle majeur dans une Union des droites. Union impossible, il faut bien le dire, dans le climat des années 1990 et 2000.
Comme maire de Toulon Jean-Marie Le Chevallier eut à faire face à d’incessantes diffamations médiatiques et à une persécution judiciaire acharnée. Plus de 10 « affaires » furent ainsi montées par ses opposants contre lui. Affaires dont il finit par sortir vainqueur en appel ou en cassation, sauf dans un cas.
Jean-Marie Le Chevallier était un combattant lucide et courageux, en même temps qu’un homme courtois, affable et profondément modéré de tempérament. À l’occasion de sa mort, nous publions l’hommage que lui a rendu Françoise Monestier dans le Quotidien Présent.
Jean-Yves Le Gallou

 

Jean-Marie Le Chevallier est parti sur la pointe des pieds, terrassé par une crise cardiaque, deux jours avant la Fête des Morts sur cette terre de Vendée qu’il chérissait tant, loin du tumulte parisien.
Après des débuts en politique chez les Républicains indépendants, pour cause d’antigaullisme, le beau-frère de Jean-François Chiappe, dont il avait épousé la sœur Bianca, quitte la Bretagne et la Chambre de commerce de Rennes pour rejoindre, en 1976, Jacques Dominati (secrétaire d’Etat aux rapatriés dans le gouvernement Barre) qui fait de lui son directeur de cabinet.
Ami de Jean-Marie Le Pen, il lui offre son hospitalité ainsi qu’à Pierrette et à leurs trois filles, chassés de chez eux par l’explosion criminelle de leur appartement Villa Poirier.

En 1983, et alors qu’il était toujours proche de l’UDF, il rejoint le Front national — une première dans ce monde feutré de la droite parisienne — et devient directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen. Lors des élections européennes de 1984 qui verront l’élection de dix députés frontistes, il use de toute sa diplomatie et de son habileté auprès des italiens du MSI et des Grecs de l’Epen pour créer le groupe des Droites européennes présidé par Jean-Marie Le Pen. Pendant quinze ans, il veillera sur les finances du groupe.

En 1989, il avait publié un livre qu’Angela Merkel et Macron devraient avoir sur leur table de nuit, Immigration en Europe, attention danger.

Aux Municipales de 1995, il est le premier responsable frontiste à emporter de haute lutte une ville de plus de cent mille habitants, Toulon, gangrénée par le clientélisme et les dérives mafieuses. Lui et son épouse Cendrine, également élue, devront faire face à toute la haine de l’extrême-gauche et de la gauche mais également de la droite affairiste, opposées à la politique de préférence nationale qu’ils voulaient mettre en place et décidés à ne rien abandonner sur le plan culturel. Charlie-Hebdo mènera une sale campagne au moment de la création de la Fête de la Liberté du Livre créée « pour se libérer de la dictature de Saint-Germain des Prés ». Le quotidien Présent était, bien sûr, de la fête avec Jean Madiran, Georges-Paul Wagner ou Alain Sanders, mais également tous les auteurs et toutes les maisons d’édition qui n’étaient pas dans le vent de l’histoire politiquement correcte.

Contrairement à ce que ressassaient les médias qui daubaient sur la gestion de la ville, cette dernière fut saluée dans un rapport de la Cour régionale des Comptes qui notait que l’encours de la dette chuta de 1491 € par personne à 1382 € de 1997 à 2000. En 2010, le Conseil d’État tranchera en faveur de Jean-Marie Le Chevallier, lors d’un litige qui l’opposait à son successeur Hubert Falco. C’est tout dire.

Attaché à la défense du combat national, ce catholique traditionaliste était d’une extrême courtoisie et connaissait son histoire de France sur le bout du doigt. Nous présentons toutes nos condoléances à ses filles et à sa famille.

Françoise Monestier
03/11/2020

Source : Présent

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Callac, laboratoire du peuplement de la France profonde par l’immigration

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le président de la...

« La société de propagande », le nouvel ouvrage de Jean-Yves Le Gallou

Dans le monde orwellien qui est désormais le nôtre, il est une réalité que les nowhere aiment à...

Éric Zemmour : « Je me battrai de toutes mes forces contre la répartition de migrants dans la ruralité »

Par Éric Zemmour ♦ Dans son discours aux préfets du 15 septembre, Emmanuel Macron a acté le...

À l’ONU, la leçon du président Serbe sur l’Ukraine et l’OTAN

Par Pierre Boisguilbert ♦ Le discours le plus pertinent n’a pas été le plus médiatisé. Les...

Disparition de François-Bernard Huyghe, un phare en pleine tempête

Par Goulven Laënnec ♦ Penseur joyeux et tragique de la modernité et de la post modernité,...

Le syndrome du canard : comment les organisations en déclin s’habituent à la médiocrité

Par Philippe Silberzahn, auteur et professeur de stratégie ♦ Les lecteurs de Polémia...

Propagande, censure… Le « tournant environnemental » de Radio France

Par Rémy Prud’homme, professeur des universités (émérite) ♦ Nous partageons ici avec les...

Viktor Orbán, le bilan de douze années au pouvoir

Par Johan Hardoy ♦ En 2016, le journaliste franco-hongrois Ferenc Almássy (bien connu de...

Allemagne. Entretien avec Stefan Marzischewski-Drewes, candidat de l’AfD en Basse-Saxe

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure...