Articles

Gourévitch répond et persiste à nier le Grand Remplacement

Posokhow répond à Gourévitch, qui nie le Grand Remplacement

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Par André Posokhow, consultant ♦ Jean-Paul Gourévitch a accordé au Monde et Vie du 10 mai 2018 un entretien dans lequel il affirme que le grand remplacement n’est pas pour demain mais que la population résidant en France se transforme. Il s’en est suivi des échanges avec Jean-Yves Le Gallou sur le site de Polémia et une confrontation sur la chaine de réinformation TV Libertés. Jean-Paul Gourevitch a tenu à publier, le 20 juin sur Polémia, une réponse à un article du 7 juin dans lequel j’ai présenté les flux à l’origine du grand remplacement et ajouté un certain nombre de commentaires. Dans cette réponse, il persiste à nier l’application à la France du concept du grand remplacement.
En retour je souhaite présenter les raisons pour lesquelles ce déni du grand remplacement ne m’apparaît pas convaincant et apporter quelques précisions sur cette question qu’un nombre croissant de Français et d’Européens jugent de plus en plus angoissante.


A aucun moment Jean-Paul Gourévitch n’a été soupçonné de refuser de débattre sur des chiffres

Contrairement à ce qu’il laisse entendre, il n’a jamais été reproché à Jean-Paul Gourévitch de refuser de débattre de chiffres. En revanche nous ne pouvons que tomber d’accord avec lui sur le fait que ceux-ci « peuvent être légitimement contestés compte tenu de l’imprécision parfois volontaire des sources officielles ».

En fait nous affrontons des mensonges par omission et brouillage de la part d’organismes publics payés par nos impôts. Le meilleur exemple est la lacune scandaleuse de la part des organismes statistiques d’estimations, fussent-elles approximatives, des flux et des stocks d’immigrants clandestins ou illégaux comme on voudra. Mais n’est-ce-pas le meilleur moyen pour devenir titulaire d’une chaire au collège de France ?

Il est question de submersion migratoire et de mutation ethnique et non plus simplement d’immigration

Les chiffres cités en tête de mon article sont bien ceux de Jean-Paul Gourévitch qui, compte tenu d’un solde migratoire des immigrés de 180 000, d’un départ définitif d’expatriés de 80 000 et d’un solde naturel des naissances d’origine étrangère de 150 000, aboutit à un total annuel de 410 000 personnes,

Il faut savoir de quoi on parle.

Que dans le cadre d’une immigration raisonnable et on peut citer celle des Portugais à titre d’exemple, on distingue immigrés et étrangers qui n’ont pas vocation à s’implanter durablement dans un pays d’accueil, on peut le comprendre, quoique ceux-ci se transforment souvent en immigrés naturalisés.

En revanche, ce dont nous parlons ne relève plus de l’immigration. Il s’agit d’un déversement massif de population, d’un raz-de-marée migratoire de longue durée vers l’Europe occidentale en provenance principalement d’Afrique qui, pour reprendre les termes de Jean-Paul Gourévitch transforme la population résidant en France. Celle-ci est menacée de ne plus être en majorité un peuple européen de race caucasienne, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Dans ces conditions, la France ne serait plus la France comme le disait Charles de Gaulle et – peut-on ajouter -, l’Europe ne serait plus l’Europe. C’est à cette mutation civilisationnelle et biologique que se réfère, me semble-t-il, le concept de grand remplacement initié par Renaud Camus.

Dans ce contexte, il parait indispensable de se référer non au «  solde naturel des naissances d’origine étrangère » de Jean-Paul Gourévitch mais aux chiffres relevant du test de drépanocytose qui fait apparaître l’africanisation et la maghrébisation de notre population, les chiffres des DOM-TOM pouvant être considérés comme non significatifs.

Il a bien été fait une balance entre ceux qui arrivent et ceux qui partent et même d’une manière trés prudente

L’évaluation d’un solde migratoire, insiste à juste titre Jean-Paul Gourévitch, ne peut être faite qu’en faisant la balance entre ceux qui arrivent et ceux qui partent. C’est, me semble-t-il ce que j’ai fait. En effet, j’ai retenu des chiffres INSEE de 79 000 en 2015 pour les retours et de 50 000 pour les décès contre 10 000  dans le rapport pour Contribuables associés de Jean-Paul Gourévitch. Ces chiffres ne sont pas explicités par l’INSEE ce qui met en cause leur fiabilité. Je les ai retenus par prudence et afin de ne pas apparaître comme  gonflant les chiffres en faveur de la thèse du grand remplacement, ce qui n’a d’ailleurs pas recueilli le plein assentiment de tous.

Je ferais d’ailleurs à Jean-Paul Gourévitch le doux reproche d’avoir retenu en faveur de sa thèse le chiffre minimum : 180 000, de sa fourchette de solde migratoire venu de l’étranger 180 000/280 000 et non un chiffre intermédiaire.

Concernant les mineurs isolés non-accompagnés, il ne s’agit pas d’une extrapolation mais d’un cri d’alarme

Concernant les mineurs non accompagnés, je renvoie aux articles des 7 et 6 juin 2018 sur Polémia qui traitent de l’article de Monde et Vie et du rapport bipartite sur cette question d’où sont tirés les chiffres cités.

Jean-Paul Gourévitch estime qu’il est hasardeux d’extrapoler des évolutions linéaires sur des données qui ne sont connues que depuis 5 ans. Je n’ai rien extrapolé du tout. La vérité – que rappelle d’ailleurs Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des départements de France, qui n’est pas un dangereux extrémiste – est que les chiffres ont explosé depuis 3 ou 4 ans et que les départements sont financièrement étranglés. Tenir compte de cette réalité d’un passé récent pour avertir des dangers à en attendre dans les années qui viennent est simplement de la lucidité. C’est un lancer d’alerte. La meilleure preuve que ce phénomène est dangereux pour notre pays est que les pouvoirs publics l’encouragent et le subventionnent.

On ne peut dédaigner les tests de drépanocytose  qui sont particulièrement adaptés à cette problématique du Grand Remplacement

Mon interlocuteur estime que le test de drépanocytose n’est pas un critère infaillible pour juger des naissances d’origine étrangère.

Peut-être mais, pour juger de la transformation de notre population et de sa mutation ethnique et civilisationnelle, c’en est un. Et au vu des lacunes statistiques c’est même le seul.

Il me semble, à l’encontre de Jean-Paul Gourévitch, que le fait que ces tests aient été faits en 2015 sur 73,4 % des nourrissons en Île-de-France constitue la preuve la plus affolante de cette mutation biologique de notre pays. Jean-Yves Le Gallou a d’ailleurs souligné sur TV Libertés la progression du ratio de ces tests depuis quelques années.

Il est  tentant de demander à ceux qui nient le grand remplacement à partir de quel niveau d’invasion ils estiment que celui-ci sera atteint. Pour ma part, il me  semble que le chiffre de 410 000 nouveaux entrants, soit l’équivalent de la ville de Toulouse, tous les 365 jours sur lequel se fonde Jean-Paul Gourévitch pour affirmer que le grand remplacement n’est pas pour demain, constitue bien le meilleur argument de son existence.

Quelles responsabilités ?

Concernant ce qui n’est de ma part qu’un  commentaire sur les descendants d’immigrés, population que Jean-Paul Gourévitch n’évoque pas dans Monde et Vie, il me laisse des responsabilités que j’assume.

Il n’est pas nécessaire de faire référence aux livres de Michèle Tribalat : Assimilation la fin du modèle français et de Malika Sorel-Sutter : Immigration-intégration ; le langage de vérité et Décomposition Française pour rappeler l’existence dans notre pays des très nombreuses zones de non-droit où règnent le communautarisme, les visages barbus, l’islam, le droit musulman, les imams agressifs, le voile mais surtout où sont pratiqués le mépris et la détestation de la France et des Français.

La réalité est pire. Que l’on relise les confidences sidérantes de Hollande aux deux journalistes du Monde avant la fin de son mandat sur la sécession de territoires : «Comment peut-on éviter la partition? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire: la partition.». C’est à lui, à ses semblables et à ceux qui ferment les yeux qu’il faut rappeler leurs responsabilités.

La vraie question n’est pas politique. Elle est civilisationnelle et vitale

Jean-Paul Gourévitch souligne que mon texte relève d’une prise de position politique. Comment, une fois qu’ont été présentés le plus sincèrement possible les chiffres, peut-on rester sur de simples constats distanciés ? La question est plus que politique ; elle est civilisationnelle et vitale.

Je ferais observer aimablement à Jean-Paul Gourévitch qu’affirmer que la France est devenue une « copropriété » (P 179 de son livre Les Véritables enjeux des migrations constitue une prise de position politique extrêmement grave.

L’Europe occidentale est elle aussi devenue une copropriété ? Et l’Allemagne, pays de Goethe, et l’Italie, pays de Dante ?

En dernier lieu

Enfin, être qualifié dans le dossier éminemment public de Contribuables associés d’économiste de droite ou d’extrême droite c’est subir le même traitement que l’AFP et la gauchosphère subventionnée ont administré à Jean-Paul Gourévitch lors de la parution des Migrations pour les nuls.

André Posokhow
21/07/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay

André Posokhow

André Posokhow

André Posokhow, Sciences Po Paris, officier supérieur de réserve est expert-comptable diplômé. Au plan professionnel, il a animé son propre cabinet de commissariat aux comptes d’une quinzaine de personnes. Consultant chez Polémia, il est spécialiste de l’invasion migratoire, de l’économie et de l’énergie. André Posokhow a livré en 2013 pour Polémia une étude sur le coût de l’immigration pour les finances publiques de la France.
André Posokhow

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !