Accueil | Politique | Nouveau Front populaire : anatomie d’un monstre

Nouveau Front populaire : anatomie d’un monstre

Nouveau Front populaire : anatomie d’un monstre

par | 17 juin 2024 | Politique

Nouveau Front populaire : anatomie d’un monstre

Comment, en quatre jours, avec tant de partenaires improbables et au prix d’abyssales ambiguïtés, s’est constituée contre un fantasmatique « péril fasciste » la nouvelle Union de la gauche, aussi idéologique que bassement politicienne. Analyse de Camille Galic.

Législatives 2024 : Nouveau Front populaire contre “extrême droite”

De Lille à Papeete le 14 juin, et à l’appel d’une partie de la presse (les journalistes de BFMTV s’étaient même mis en grève pour participer aux réjouissances), des élus de gauche et de tous les représentants des « forces laborieuses », de SUD-Rail au Syndicat de la magistrature regroupant hélas 32 % des magistrats, on a compté 265 000 manifestants “contre l’extrême droite” selon le ministre de l’Intérieur et même 630 000 selon la CGT familière des grands chiffres.

Motif de ces rassemblements qui en annoncent sans doute bien d’autres d’ici au 7 juillet : faire barrage au « péril fasciste » et surtout remettre dans le droit chemin, fût-ce contre son gré, le peuple souverain, qui s’est égaré lors des élections européennes en donnant la préférence à la liste Bardella. Incompréhensible, et scandaleux, aux yeux des démocrates patentés.

 Il était d’autant plus vital d’agir que, simultanément, une rafale de sondages créditait le « rassemblement des Droites » composé du RN renforcé par soixante-dix élus Les Républicains ayant suivi leur président Éric Ciotti d’un nombre record d’intentions de votes au premier tour des législatives : avec un électorat sûr de son vote à 87 %, le RN pourrait en effet obtenir 235 à 265 sièges, contre 89 actuellement avec 29,5 % selon le Cluster 17 du Point, 34 % pour l’institut Opinion Way et même 35% pour l’IFOP, résultat selon Le Journal du dimanche des « deux coups politiques réussis en à peine une semaine : récupérer Marion Maréchal en écrasant Éric Zemmour et faire exploser les Républicains avec le ralliement d’Éric Ciotti ».

Face à ce déferlement, qui devra toutefois être vérifié dans les urnes le 6 juin, le parti présidentiel et ses alliés du Modem et d’Horizons jouent les utilités avec au mieux 19%, loin devant Les Républicains tendance Bertrand-Larcher-Wauquiez, réduits à 9%, mais loin derrière le Nouveau Front populaire (NFP) crédité au maximum par les sondeurs de 28,5% des intentions de vote. Mais qu’est donc ce conglomérat concocté à la va-vite après la victoire de Jordan Bardella aux élections européennes et la dissolution par Macron de l’Assemblée nationale qui s’ensuivit ?

Dissolution : quand Macron l’enfant-roi joue avec des allumettes

Le choix de la référence au Front populaire constitué en 1936 par le socialiste Léon Blum peut sembler curieux puisque Jean-Luc Mélenchon, qui se sent « capable » d’être Premier ministre, affirme lui-même que quand le vénérable Blum arriva au pouvoir, « il n’avait pas le niveau qu’ont aujourd’hui Manuel Bompard et Mathilde Panot », deux des députés les plus frénétiques de La France Insoumise.

Nouveau Front populaire : Glucksmann cocufié

D’autre part, nombre de sénateurs et de députés membres de cette coalition devaient quatre ans plus tard voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Ce souvenir ne gêne-t-il pas Raphaël Glucksmann qui, tête de liste de Place publique/PS, faisait figure le 9 juin au soir de vainqueur à gauche du scrutin européen avec 13,83 %, à peine moins que la candidate macroniste Valérie Hayer, quand LFI devait se contenter de 9,89 % des suffrages, Europe Écologie les Verts de 5,50% et le PC de 2,36 %?

Mais la Roche tarpéienne est proche du Capitole et, star des plateaux télés pendant quelques dizaines de minutes, Glucksmann devait s’effacer sitôt après l’annonce de la dissolution. Avec Manon Aubry et François Ruffin appelant aussitôt à l’union sacrée contre l’« extrême droite », La France Insoumise reprenait la main et c’est autour d’elle que s’édifiait le nouveau rempart contre « la petite bête qui monte, qui monte » jusqu’au sommet, comme prophétisait Jean-Marie Le Pen.

Cela n’est pas allé sans réticences. Présidente de l’Occitanie mais ayant des visées sur la mairie de Toulouse et, dit-on, l’Élysée, Carole Delga renâclait ainsi que d’autres hiérarques socialistes ou EELV tel leur ancien patron Yannick Jadot. Mais, quelques heures après sa rédaction, la pétition unitaire lancée par François Ruffin recueillait plusieurs centaines de milliers de signatures, et 350 « personnalités » suivaient le mouvement en publiant dans Le Monde une tribune dont les premières signataires étaient Esther Duflo, prix Nobel d’économie, et Annie Ernaux, prix Nobel de littérature. Du beau linge. Car il fallait mettre la pression en prévision des législatives souverainement fixées par Emmanuel Macron aux 30 juin et 7 juillet, la campagne électorale la plus courte dans l’histoire de la Vème République. Devant l’urgence de faire front contre le Rassemblement national et son nouvel allié Éric Ciotti, président des Républicains — destitué par ses pairs mais reconduit dans ses fonctions par la Justice qu’il avait saisie —, tout était rapidement bouclé.

Le 11 juin, Delga cédait et, le 14 juin, Glucksmann qui avait le 11 repoussé les conditions imposées par La France Insoumise, se résignait à les accepter. Au grand désarroi de ses électeurs modérés, mais l’essentiel était que l’on pouvait produire une séduisante photo de famille. D’ailleurs uniformément blanche, ce qui est surprenant de la part d’une gauche qui a pour mots d’ordre inclusion et diversité.

Un programme commun pour les Français ou pour les immigrés ?

Regroupant finalement autour des pères fouettards LFI les écologistes, le PS, le PC, Place Publique, la Gauche républicaine et jusqu’au Nouveau Parti anticapitaliste (issu de la Ligue communiste révolutionnaire d’Alain Krivine), aux ultras basques de Euskal Herria Bai, aux indépendantistes polynésiens d’Oscar Tomaru ou aux Maghrébins de Génération.s, ce rassemblement de bric et de broc a fini par s’accorder sur un programme commun attrape-tout assorti d’un « contrat de législature » et surtout à se distribuer les rôles afin de présenter avant la date fatidique du 16 juin pour le dépôt des candidatures un candidat dans les 577 circonscriptions de France et d’Outre-mer— dont 229 pour les mélenchonistes qui se sont taillé la part du lion.

Comme on pouvait s’y attendre, figurent dans ce programme commun des mesures financières extravagantes ou démagogiques comme la généralisation du « remboursement du sport sur ordonnance » et d’autres carrément inquiétantes. Ainsi de la promesse de donner à la justice encore plus de « moyens pour poursuivre et sanctionner les auteurs de propos ou actes racistes, islamophobes et antisémites » (pas un mot évidemment sur les actes antichrétiens, de loin les plus fréquents) ou du « remplacement de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et de l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGPN) par un nouvel organisme indépendant rattaché au Défenseur des droits » — autorité administrative créée en 2008 par un certain Sarkozy et disposant de prérogatives particulières en matière de promotion des droits de l’enfant, de lutte contre les discriminations, du respect de la déontologie des des activités de sécurité et d’orientation et de la protection des lanceurs d’alerte. Sauf ceux d’« extrême droite », bien sûr, traqués et condamnés avec la plus extrême sévérité— voir le site Asla.fr qui organise la « résistance judiciaire » pour défendre les nationaux.

L’actuel Défenseur des droits (concept imaginé par… Gracchus Babeuf !) est la journaliste Claire Hédon, ancienne présidente d’ADT Quart Monde, en pointe justement contre les contrôles d’identité « au faciès » ou les « violences policières » ; elle s’était d’ailleurs déchaînée après l’«exécution» du délinquant récidiviste Nahel Merzouk, le « petit ange » dont la mort consécutive à un refus d’obtempérer fut le prétexte des émeutes de juin 2023 avec leurs cortèges d’incendies et de destructions aveugles d’écoles ou de médiathèques flambant neuf — coût : plus de 900 millions d’euros.

Naturellement, le programme et le contrat de législature du NFP abordent longuement la question des immigrés. Ils prévoient ainsi la régularisation des « travailleurs, étudiants, parents d’enfants scolarisés », la « création d’un statut de “déplacé climatique” », l’instauration d’une « voie légale et sécurisée d’immigration » avec « mise en place d’une agence de sauvetage en mer et sur terre » et un « accès garanti à l’Aide médicale d’État » qui nous coûte déjà 1,2 milliard par an.

À combien la note s’élèverait-elle si la Marine nationale recevait l’ordre d’amener à bon port (français) toutes les cargaisons exotiques acheminées par les passeurs et s’il nous fallait-il accueillir tous les réfugiés climatiques ?

Les Insoumis sont-ils d’extrême gauche ? Un simple “ressenti”

Mais que le bon peuple se rassure et que les milieux financiers s’apaisent : il est erroné de considérer La France Insoumise comme d’extrême gauche. C’est du moins le quotidien gratuit 20 minutes (qui a renoncé à sa version papier mais reste très actif sur « la Toile » où il affiche ses partis-pris sociétaux, en faveur des immigrés et des LGBT notamment) qui l’assurait le 16 juin, dans un entretien avec Aurélien Dubuisson. Pour ce chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences po, LFI est « un mouvement réformiste qui ne vise pas une rupture nette avec le capitalisme mais désire plutôt, au moins dans un premier temps, l’adoption de mesures limitant les effets des formes débridées du libéralisme économique actuel ». C’est donc « une erreur » que de le cataloguer à l’extrême gauche alors que les fondateurs, dirigeants et militants du Rassemblement national, eux, « inscrivent indubitablement l’histoire de ce parti dans la filiation de l’extrême droite française ». «Erreur notamment provoquée par la droitisation de l’échiquier politique ces dernières années ».

En somme, si vous vous méfiez de LFI, c’est seulement du « ressenti », comme pour la météo ! Même si Mélenchon a tenu absolument à investir à Lyon le voyou Raphaël Arnault, porte-parole du mouvement antifa La Jeune Garde, tabasseur de jeunes royalistes dont l’un fut sérieusement blessé puis agresseur d’Alice Cordier, présidente du groupe d’action identitaire et alterféministe Némésis — et dont les interventions furent très appréciées en février dernier lors de notre cérémonie des « Bobards d’or ». Ces exploits n’avaient d’ailleurs pas empêché le camarade Arnault d’être invité le 3 avril dernier à l’Assemblée nationale pour débattre de « la lutte contre le terrorisme d’extrême droite », en dépit des protestations de divers élus de droite… tel Éric Ciotti.

Rififi à LFI

Et si vous n’êtes pas convaincu, vous pouvez toujours vous consoler avec l’espoir de l’implosion — moins grave toutefois que celle qu’a connue Reconquête — de ce parti après l’exclusion de cinq de ses députés sortants, les « mutins » Danielle Simonnet, dont Sophia Chikirou, la muse de Mélenchon — qui l’avait fait élire en 2022 député de Paris, s’est réjoui publiquement d’avoir « enfin eu la peau », Hendrik Davi et Frédéric Mathieu ainsi que les époux Alexis Corbière et Raquel Garrido — la Franco-Chilienne devant céder sa circonscription, où elle se maintient, de Seine-Saint-Denis au bénéfice du Franco-Gambien Aly Diouara. Pendant la campagne des élections européennes, ce fonctionnaire de la mairie de Drancy s’était pourtant distingué par des tweets vengeurs contre « le candidat sioniste de la droite libérale de gôche » Raphaël Glucksmann ; lequel, apparemment sonné, n’a pas moufté devant ce choix délibérément insultant à son égard (2). Pas de réactions non plus du côté du revenant François Hollande qui, investi dans son ancien fief de Tulle sous l’égide du NFP, rêve de revenir à l’Assemblée et, « pourquoi pas ? », selon ses termes, de décrocher Matignon pour se venger du « traître » Macron… dont lui-même avait fait un fleuron de son quinquennat et favorisé le vedettariat.

Macron : moi ET le chaos

Nul n’ignore cependant que les « forces de gauche » savent mieux que celles de droite préserver leurs intérêts et donc leur unité. Si hétéroclite, bancal — et profondément amoral — soit-il, nous ne serons donc pas de sitôt débarrassés du Nouveau Front populaire qui, s’il parvenait par malheur à ses fins, ruinerait notre nation, voire l’annihilerait dans son essence même.

Mais à qui la faute ? La dissolution ne fut pas une foucade de « l’enfant roi » trônant à l’Élysée mais une stratégie longuement méditée. C’est lui-même qui l’a reconnu — et avec quel cynisme en un tel lieu ! — le 10 juin dernier, lors de la solennelle commémoration de la tragédie d’Oradour-sur-Glane. Interrogé sur les difficultés de la situation, il répondit en effet en s’esclaffant : « Mais pas du tout ! Je prépare ça depuis des semaines, et je suis ravi. Je leur ai balancé ma grenade dégoupillée dans les jambes. Maintenant on va voir comment ils s’en sortent ! »cité par Le Monde, qui n’a pas été démenti.

Emmanuel Macron, le chef d’État malade de l’Europe

Immaturité, perversité, malheur au pays dont le prince est un enfant. Mais la culpabilité doit aussi être partagé par tous ceux, politiques ou journalistes, syndicalistes ou grands patrons, obédiences maçonniques et dignitaires religieux qui, agitant l’épouvantail Le Pen, avaient concouru en 2022 à la reconduction de ce psychopathe se prenant pour un démiurge. De même d’ailleurs que les électeurs « raisonnables » qui, redoutant la peste mariniste, avaient opté pour le choléra morbus macronien. Espérons qu’ils ne referont pas en juillet cette erreur diabolique.

Camille Galic
17/06/2024

Notes

(1) Hostile au contraire à « une extrême gauche qui est sous l’emprise de La France Insoumise avec des relents antisémites et un violent antisionisme », Serge Klarsfeld a déclaré le 15 juin sur LCI : « En cas de duel avec la gauche lors des législatives, je voterai pour le Rassemblement national. » Pour savourer ce virage, se souvenir que le fondateur du lobby Fils et filles de déportés juifs de France fut à l’origine de maints procès contre des journaux, en particulier Rivarol pour une interview de Jean-Marie Le Pen accusé par Arno Klarsfeld de « négationnisme ».

Camille Galic

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Je fais un donSoutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Voir aussi

Fight ! La France cherche un Trump, désespérément

Fight ! La France cherche un Trump, désespérément

L’image a fait la une du magazine Time et le tour du monde par la même occasion. On y voit Donald Trump se relevant de son attentat, le visage en sang et levant le poing en signe de défi, sur fond de bannière étoilée. L’image est un chef-d’œuvre du genre, mais elle...