Accueil | Billets | Le bac à la dérive jusqu’à 24/20…

Le bac à la dérive jusqu’à 24/20…

Le bac à la dérive jusqu’à 24/20…

par | 6 juillet 2014 | Billets

Avec une épreuve de mathématiques notée jusqu’à… 24 sur 20, le baccalauréat prend des allures de bateau ivre. Cette redoutable dérive ne date pas d’hier. 

Celle-ci est le fruit de plusieurs décennies de démagogie des uns et de démission des autres : gouvernants, syndicats d’enseignants, associations de parents d’élèves et organisations de lycéens ont trop souvent rivalisé dans la fuite en avant vers la dégradation généralisée de ce diplôme devenu un simple assignat scolaire dévalué au point d’être devenu presque inutile.
Depuis quelques années, le ministère de l’Education nationale, enfant abâtardi de l’Instruction publique des « Hussards noirs » de la IIIe République, donne aux correcteurs l’étrange consigne de relever systématiquement les notes des candidats dans de nombreuses disciplines.

Un «rouleau compresseur pédagogique»

Plus inspiré quand il parlait d’enseigner à nouveau à « lire, écrire et compter » correctement, Jean-Pierre Chevènement avait cependant jugé bon de fixer l’objectif absurde de «80% d’une classe d’âge» titulaire du bac, comme si c’était une norme industrielle avec obligation de résultat, comme pour fabriquer des voitures ou des petits pains. Pourquoi pas des classes de 100% de perroquets au langage cloné par les utopistes de la pédagogie ? Le rouleau compresseur démagogique assomme les meilleurs et anesthésie les plus faibles : il n’est utile à personne.
Demain, peut-être en viendra-t-on à remplacer le 110 mètres-haie des compétitions sportives par un 50 mètres sans haie à sauter, affaire d’éviter les claquages musculaires, de ne pas traumatiser les candidats lymphatiques et de ne pas handicaper les asthmatiques… En attendant, la France devient la lanterne rouge de l’Europe dans le domaine scolaire, comme dans d’autres domaines. Et en aval, au nom du vieux slogan soixante-huitard « A bas la sélection », trop d’universités deviennent des parkings à futurs chômeurs, dans une ambiance de suicide collectif… D.L. (Liberté politique – 4/07/2014.)

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

L’idéologie « verte » comme nouvel avatar de la fracture sociale

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Avec 7 villes de plus de 100 000...

I-Média n°305 – L’offensive anti-blanc se poursuit

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Un regard écologique sur le Covid-19 – La crise sanitaire

Par Frédéric Malaval, essayiste, auteur de Vers l’EcoHumanisme ♦ La crise du Covid-19 est...

Avia, El Guerrab, Obono, Son-Forget… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 1]

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du...

Convention Citoyenne pour le Climat… Présidentiel !

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ Pierre...

Le temps maudit des colonies

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Heureux comme un clandestin en France

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Les Français ont des dirigeants formidables. Alors que la...

I-Média n°304 – La Convention Citoyenne : manip politique, médias complices

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Les Chrétiens et l’immigration

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ Pierre...

Un regard écologique sur le Covid-19 – Penser le virus autrement !

Par Frédéric Malaval, essayiste, auteur de Vers l’EcoHumanisme ♦ La crise du Covid-19 est...