Accueil | Exclusivité Polémia | La révolution culturelle raciale

La révolution culturelle raciale

La révolution culturelle raciale

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain ♦ Le mouvement racialiste, dont la spontanéité est des plus douteuses, venu des États-Unis à l’occasion de la mort de George Floyd, a trouvé en France un écho particulier grâce à la préexistence du mouvement Justice pour Adama Traoré. Il est remarquable de constater que, dans un cas comme dans l’autre, des activistes ont réussi à faire des icônes politiques, morale et sociales, de délinquants et de ce type de délinquants asociaux qui empoisonnent la vie quotidienne des honnêtes gens. Est-il raciste de constater qu’on a les héros, ou plutôt les martyrs, que l’on mérite ? Peu importe, la réalité est là.
En arrière-fond des manifestations agressivement victimaires qui se déroulent à cette occasion dans tout l’Occident décadent, il y a un détestable aspect de soutien à une sorte de syndicat du crime allogène. Le sens commun n’est plus le bon sens, seule l’émotion a cours forcé, liquéfiant les capacités de la raison chez les âmes faibles, réparties du bas jusqu’au haut de la société. Cf. les propos de consternants de Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur par défaut, pour qui l’émotion peut prendre le pas sur les règles juridiques !


Conditionnement du public

Le public est, depuis des décennies, crétinisé par un antiracisme subversif qui sait exploiter les vertus chrétiennes devenues folles, pour emprunter l’expression de Chesterton, conduisant à un ethnomasochisme qui abaisse certains pauvres Blancs à faire la génuflexion devant ces nouvelles icônes. La situation est d’autant plus grave que le mal frappe aussi les autorités politiques, même si nos policiers et gendarmes sont moins touchés que leurs homologues de Minneapolis qui, lorsqu’ils ne se mettaient pas à genoux, faisaient le salut militaire solennellement devant le cercueil d’un braqueur récidiviste et drogué !

La culture de l’émotion permet de telles extrémités, délégitimant la raison, dans le désarmement moral et la crétinisation. Le regretté Jean Raspail avait analysé ce syndrome dans le Camp des Saints ; il imaginait déjà des militaires, inhibés par la pitié, incapables de tirer sur des envahisseurs venus délibérément désarmés et avec femmes et enfants. Aujourd’hui le cas de figure est devenu ordinaire : il n’est même plus imaginable de tirer pour défendre nos frontières européennes ou de ne pas secourir des naufragés volontaires agissant par tactique subversive et hostile.

Hommage à Jean Raspail

De véritables masses fanatisées et suicidaires, françaises ici, européennes là, réclament véhémentement que soit revisitée l’Histoire à l’aune de la morale, demandant que soient débaptisées des rues, détruits des cénotaphes ou saccagées des statues. Il y là un parfum de révolution culturelle, comme l’a connue la Chine en 1967, détruisant les symboles du passé. Nuance : les héritiers supposés des mandarins ou les dissidents chinois se voyaient imposer des séances d’humiliation et d’agenouillement, aujourd’hui, ici et aux États-Unis, ces gestes de soumission et d’humiliation sont volontaires…

La République, il est vrai, a donné l’exemple, notamment avec la loi Taubira (2001), déclarant la traite transatlantique des Noirs par des Européens « crime contre l’humanité », au nom d’un impératif moral. Cette loi, proprement contre-révolutionnaire, a totalement renversé à bas bruit notre ordre juridique issu de la sagesse romaine, des Lumières, de la Révolution et de Napoléon, qui voulait que les lois pénales ne fussent pas rétroactives (article 8 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen – 1789). La place est faite pour la régression et *donc pour le droit anglo-américain.

Morale et alcoolémie

La morale qui infeste de plus en plus la société et le droit, n’est-elle pas comme l’alcool, à consommer avec modération ? Les libertins français, gloire du Grand siècle, ne doutaient pas de la nécessité de la morale, mais pas au-delà de la prudhommie, savoir : ne pas voler, ne pas tuer, ne pas violer, ne pas faire aux autres ce que l’on ne veut pas que l’on nous fasse et respecter sa parole. Ce sont là les sucreries indispensables à toute esthétique de vie sociable. Au-delà, le sucre risque bien vite de tourner en mélasse… Nos libertins philosophiques estimaient que les inhibitions morales, prétendument imposées par Dieu ou le Bien, n’étaient que des interdits subjectifs et dangereusement incapacitants.

Dieu c’est effacé, même semble-t-il au Vatican (c’est dire !), mais le Bien est toujours là, derechef et sous le vocable cette fois de droits de l’homme, sous le joug de puritanisme américain (politically correctness). L’individu-dieu, englué dans la mélasse, étant justifié par les droits de l’homme contemporains[1] devenus la morale transcendantale descendue des cintres du théâtre progressiste et manœuvré par des illusionnistes. Aussi Floyd et Traoré sont-ils sanctifiés et ne doivent donc pas être blasphémés, ce qui explique qu’il faille s’agenouiller à l’évocation de leur martyr.

Sachons braver le nouvel ordre moral !

Antiracisme et police : merde au nouvel ordre moral !

Retour de la question raciale

Ce que nous vivons, aux États-Unis et en Europe suggère la recherche de ce qui est commun aux deux cas. Est-il possible de faire cohabiter des masses noires avec des masses blanches ? En effet, d’emblée, il est remarquable de constater que, du point de vue de l’ordre public, la question ne se pose pas avec les Asiatiques d’origines chinoises ou vietnamiennes, par exemple.

Des études universitaires faites de 1969 (Arthur Jensen) à nos jours se multiplient et apportent des informations dont on ne saurait ignorer les conséquences sociales. Pour s’en tenir à la France, il semble que la communauté noire se caractérise par un quotient intellectuel moyen inférieur de plusieurs points à celui des Français de souche. Le QI de la population de France ayant d’ailleurs chu de 3,8 points de 101,1 à 97, entre 1999 et 2009. Les Asiatiques étant au-dessus de 100 (Hong-Kong, 108 !)…

Des populations moins intelligentes que d'autres ? 🌍📏
Lire cette vidéo sur YouTube.

Nous pouvons formuler une hypothèse raisonnable, savoir que le désordre est inévitable quand cohabitent, sur une même terre, des populations ayant des QI trop distancés. Le problème des Noirs, en France comme aux États-Unis, réside-t-il dans les discriminations injustes dont ils feraient l’objet, ou ces discriminations sont-elles la conséquence de quelques quinze points d’intelligence formelle en faveur des Blancs ? Certes, il y a des Blancs stupides et des Noirs intelligents, mais socialement et à grande échelle, ce n’est évidemment pas le problème.

Les questions qui taraudent les manifestants de la nouvelle révolution culturelle ne se posent pas, en termes de frustrations ou d’ordre public, avec les Asiatiques. Là est la vraie question, mais l’ordre moral s’y oppose…

Mais cela est, en l’état d’avant apocalypse, moralement indicible.

Eric Delcroix
20/06/2020

[1] La Déclaration française de 1789, évoquée plus haut, n’avait pas le caractère moral et délirant des nouvelles déclarations et conventions qui foisonnent depuis 1948, notamment à l’exemple de la Nouvelle Église (l’ONU).

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Covid-19. Des héros et des salauds

Par Dominique Remmaker, biologiste et chercheur ♦ Dresser un bilan provisoire de l'épidémie...

Les dépenses pour l’immigration selon la Cour des comptes : toujours plus ! [Partie 3]

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Après avoir fait une présentation générale du rapport de la...

I-Média n°306 – Français tués : le silence des médias

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Vague verte et racialisme – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Coronavirus : le péril algérien à nos frontières ?

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

De SOS Racisme à la guerre ethnique, l’antiracisme contre la France

Par Clément Martin, porte parole de Génération Identitaire ♦ L’antiracisme des années 80...

Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2]

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du...

Black Lives Matter, indigénisme, décolonialisme… Bienvenue dans le XXIe siècle !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

L’idéologie « verte » comme nouvel avatar de la fracture sociale

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Avec 7 villes de plus de 100 000...

I-Média n°305 – L’offensive anti-blanc se poursuit

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...