Articles

Jean-Yves Le Gallou sur Tommy Robinson : « Il faut briser le silence ! »

Jean-Yves Le Gallou sur Tommy Robinson : « Il faut briser le silence ! »

Lundi 4 juin 2018, à 18h30, un rassemblement de soutien à Tommy Robinson, prisonnier politique anglais récemment emprisonné pour 13 mois, était organisé par le Conseil national de la résistance européenne. A cette occasion, Jean-Yves Le Gallou a pris la parole afin de rappeler que le système était en train de tout faire pour réduire au silence les défenseurs de l’identité européenne.


Le discours de Jean-Yves Le Gallou

Merci à vous, Karim. Merci à Renaud Camus d’avoir organisé cette manifestation.
Merci à vous d’être venus.

Rien n’est pire que le silence ! Le système veut censurer et veut emprisonner dans le silence. Il faut donc briser le silence et cette manifestation y contribue.
Alors, je voudrais faire un rapide point de la situation. La situation, c’est quoi ?
C’est Renaud Camus, Eric Zemmour, Pierre Cassen, Robert Ménard… poursuivis et condamnés par les tribunaux français.
C’est Génération Identitaire censurée par Facebook, à la demande du préfet Dilcrah, placé directement sous l’autorité du Premier ministre Edouard Philippe.
C’est la ministre de la culture qui, aujourd’hui même, présentant un programme de développement de l’audiovisuel public, explique qu’elle est là pour changer les mentalités par ce que trop de Français sont d’esprit réactionnaire.
C’est cela le totalitarisme quotidien !

Et c’est, en Angleterre, une étape supplémentaire qui est franchie puisque le système politique, ou plus exactement le système judiciaire, organise le silence autour des viols de jeunes filles blanches par des gangs pakistanais. Après avoir organisé le silence sur ces viols, il organise le silence sur le procès et, quand un reporter indépendant – Tommy Robinson – veut parler du procès, alors il est mis en prison pour 13 mois et le système organise le silence autour de sa détention.

Alors, si l’on rapproche tous ces événements, et bien on comprend mieux quelle est la situation.
Le système politique et le système judiciaire imposent une immigration massive. Il est rentré en France l’an passé 420 000 étrangers recensés. Plus les clandestins non-recensés. C’est-à-dire de l’ordre de 500 000 personnes minimum. En un an. Cela n’est pas supporté par l’opinion.
Et la seule manière de faire supporter l’immigration de masse aux opinions européennes, en France, en Grande-Bretagne ou en Allemagne, c’est la dictature, c’est la fin de nos libertés publiques.

Les libertés, c’est ce qui constitue le fond européen. Depuis les libertés grecques, les libertés romaines, les libertés franques, les libertés qui se développent au Moyen-âge… En Angleterre, en 1215, c’est la Grande Charte. Et puis, c’est l’Habeas Corpus en 1679. Et puis l’Angleterre c’est Hyde Park Corner, où jusqu’à il y a quelques années encore, on pouvait dire ce qu’on voulait. Et l’Angleterre aujourd’hui est à la pointe de la répression de la liberté d’opinion, interdisant les opinions dissidentes de s’exprimer et emprisonnant les dissidents qui s’expriment.

Imaginez ce que nos médias diraient si un dissident en Russie, en Pologne ou en Hongrie avait été simplement – parce qu’il faisait un reportage en périphérie d’un tribunal – incarcéré. Et bien ce serait un scandale absolu. Là, c’est le silence absolu, y compris de Reporters Sans Frontières qui devrait défendre la liberté d’expression mais qui ne s’intéresse pas aux dissidents.

Voilà pourquoi il faut rompre la chape de silence par tous les moyens possibles, par les réseaux sociaux. Et au delà des réseaux sociaux, qui sont en train d’être censurés, en recourant à la vieille technique que je trouvais périmée il y a 5 ans, mais qui redevient d’actualité : la chaîne de courriels.

Il faut que vous fassiez connaitre ce qui se passe car, si nous laissons les choses se faire dans le silence, et bien nous perdrons nos libertés et nous perdrons notre identité.
Mais nous nous battrons. Nous nous battrons pour notre liberté et pour notre identité.

Source : TV Patriotes

Crédit photo : Capture d’écran Youtube


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018