Accueil | Europe | Il faut lire le manifeste identitaire de Maximilian Krah, figure de l’AfD attaquée par le RN

Il faut lire le manifeste identitaire de Maximilian Krah, figure de l’AfD attaquée par le RN

Il faut lire le manifeste identitaire de Maximilian Krah, figure de l’AfD attaquée par le RN

par | 25 mai 2024 | Europe, Médiathèque

Il faut lire le manifeste identitaire de Maximilian Krah, figure de l’AfD attaquée par le RN

Maximilian Krah est au cœur d’une tourmente politique puisque ce sont ses déclarations – nous laisserons nos lecteurs juger du fond, de la forme et de l’opportunité de celles-ci par eux-mêmes  – qui ont déclenché l’expulsion de l’AfD du groupe ID au Parlement européen, à la demande du Rassemblement national. En réalité, la crise couvait depuis des mois entre le RN et l’AfD et Maximilian Krah n’a sans doute été qu’un prétexte à cette rupture vue comme inévitable par beaucoup de cadres du RN. Reste que Maximilian Krah est en fait très éloigné de la caricature qu’en font les journalistes ! En témoigne son passionnant livre-programme pour ces élections européennes. Michel Geoffroy l’a lu et il a été conquis.
Polémia

Les amateurs de scandales entre le RN et l’AfD seront déçus

Les éditions La Nouvelle Librairie ont eu la bonne idée de traduire le livre publié en 2023 par Maximilian Krah qui sera candidat de l’AfD pour les élections européennes de 2024 : Politik von rechts, sous le titre Allemagne : plaidoyer pour une droite identitaire, avec une préface de François Bousquet[1].
Cette publication vient à propos, au moment où les polémiques enflent contre l’AfD, des deux côtés du Rhin, puisque les sondages annoncent une percée électorale qui inquiète le Système.

Mais les amateurs de scandales médiatisés en seront pour leurs frais : le « plaidoyer pour une droite identitaire » de Maximilian Krah n’évoque ni la Seconde Guerre mondiale, ni les SS, ni la chevauchée des Walkyries. Et il ne propose pas de trucider les immigrants.
Le livre rassemble en réalité un ensemble de réflexions – de « vues de droite » pour reprendre le titre d’un essai fondateur d’Alain de Benoist – sur l’état de l’Allemagne, de l’Europe et du monde en général. Avec un fil conducteur, d’où le titre français de l’essai : quel serait la déclinaison d’un programme identitaire de droite, appliqué à différents domaines tels que l’État, l’économie, le social, les relations internationales, l’Europe ou le politique.

Maximilian Krah embrasse donc un très vaste champ de réflexion qui, bien que faisant évidemment souvent référence à la situation particulière de l’Allemagne, vaut aussi pour nous puisque l’Europe se trouve soumise à des maux convergents. Ce qui rend cet essai intéressant pour un Français aussi.

L’Institut Iliade nous invite à vouloir une autre Europe

Il n’y a pas de solution progressiste à la crise du progressisme pour Maximilian Krah

« Ce ne sont pas les problèmes qui sont trop grands, mais le cadre du débat qui est trop étroit. Cela empêche l’application d’idées et de solutions qui pourraient sauver ce qui semble perdu[2] », écrit d’emblée Maximilian Krah dans son introduction, donnant le sens de l’ouvrage.

La crise de civilisation que nous vivons vient en effet de la mise en œuvre de l’idéologie progressiste (l’idéologie de la gauche dans sa forme libérale libertaire actuelle) et par conséquent, dès lors que le débat politique est monopolisé et censuré par les mêmes, aucune solution ne pourra en sortir. Cela explique la vanité du débat électoral actuel en Europe.

Il est donc temps d’oser une politique qui ne soit pas de gauche : une politique de droite et donc une politique identitaire. Car « la promesse de la droite politique est une vie en harmonie avec soi-même, la nature et les valeurs ancestrales, une vie qui vaut donc la peine d’être transmise[3] », écrit l’auteur. Tout ce que récuse la gauche quelle qu’en soit la forme ; car « l’identité de la gauche est la rupture avec ce qui est réellement[4] », écrit Maximilian Krah, qui a le sens des formules.

L’intellectualisme contre la nature et la tradition

L’auteur fait d’ailleurs justement remarquer que la gauche domine sur le plan idéologique parce que précisément elle ne peut exister qu’en faisant de très gros efforts de justification abstraite et intellectuelle pour prétendre qu’il faut s’écarter de la tradition et de la nature. Alors qu’être en accord avec la nature et la tradition, ce qui constitue le véritable positionnement de la droite à ses yeux, ne nécessite pas de tels efforts.

Donc, dans les joutes intellectuelles, la gauche est toujours mieux armée que la droite, mais cette domination ne traduit pas le fait que la gauche ait raison pour autant, comme nous le voyons clairement aujourd’hui.

La gauche déteste le peuple

Maximilian Krah montre que le libéralisme de gauche dominant en Europe déteste le peuple, car il rejette tout ce qui le constitue : le collectif, l’identité et le destin. Et, pour cette raison, la droite qui « tient au peuple comme communauté de tradition et de destin[5] » – l’AFD en Allemagne – est considérée comme l’adversaire principal du Système, qu’il faut abattre. Sous prétexte que l’identité collective serait incompatible avec la dignité humaine universelle.

Mais ce prétendu humanisme individualiste néglige que « dans les luttes pour la répartition des richesses qui s’intensifient, l’individu n’a une chance que s’il fait partie d’une communauté[6] ».

Maximilian Krah explique aussi que les progressistes perdent de vue que la démocratie exige un consensus volontaire sur le bien commun (notion de toute façon étrangère à l’idéologie libérale) : « il n’y a pas de démos sans ethnos[7] », écrit-il. La société multiculturelle qu’ils prétendent imposer en Europe avec l’immigration de masse sape donc les bases de la démocratie et devient de plus en plus autoritaire et chaotique à la fois. L’humanité n’est pas un cadre politique de référence valable : « Qui s’y réfère veut dominer et non pas servir[8] », une formule qui n’est pas sans rappeler celle de Proudhon.

L’inversion accusatoire : un artifice de propagande aux mains de l’oligarchie, qu’il faut dénoncer

Refonder sa propre communauté

L’auteur affirme qu’à l’âge des sociétés hétérogènes les autochtones européens doivent refonder leur propre communauté dans laquelle s’intégrer. Ce n’est donc qu’en préservant le peuple que l’Europe restera européenne et l’Allemagne de culture allemande.

Maximilian Krah écrit en effet, à rebours de la doxa immigrationniste, que les migrants doivent s’assimiler à la culture d’accueil et non « les migrants à égalité avec les autochtones qui devraient s’assimiler à une culture migratoire sans traditions[9] ». Sinon, ceux qui ne le veulent pas ou ne le peuvent pas n’ont pas vocation à rester.

Mais l’auteur affirme cependant que la remigration suppose une certaine coopération de la part des immigrants concernés, qui repose sur de bonnes incitations[10] : en particulier, cela implique de réformer l’État social pour qu’il n’incite plus à l’inactivité et pour qu’aucune prestation ne soit accordée sans contrepartie.

Une droite pour demain

Dans son essai, Maximilian Krah, au fil de ses analyses qu’on ne peut évidemment détailler dans le cadre de cette courte présentation, contribue en réalité à définir les contours de ce que devrait être une véritable droite moderne. C’est-à-dire une droite qui prenne la relève d’une gauche qui nous conduit à la catastrophe dans tous les domaines.

Une droite fidèle à l’ordre naturel, à la nature et aux traditions culturelles, bien sûr. Une droite qui se fonde sur le christianisme aussi mais qui ne peut que constater, pour le déplorer, son délabrement en Europe occidentale : elle ne peut donc qu’être areligieuse pour le moment.

Une droite qui préfère l’ordre et qui a une confiance mesurée dans l’État comme instrument du bien commun. Car « pour changer un pays le gouvernement n’est qu’un levier, certes extrêmement important, mais ni indispensable ni décisif[11] », écrit l’auteur.

Une droite qui renonce aussi à l’universalisme, renonciation difficile puisque celui-ci a des racines religieuses, mais « condition indispensable pour éviter que toutes les identités traditionnelles – à commencer par la [nôtre] – ne soient balayées par l’ordre unitaire mondialiste du nouvel homme unique[12] ». La droite doit donc reconnaître aux autres groupes culturels le droit de vivre selon leur identité sur leurs territoires ancestraux et rejeter le colonialisme (qui est d’ailleurs une invention de gauche). Maximilian Krah écrit d’ailleurs que « la philosophie du décloisonnement du libéralisme, qui juge tout selon des critères prétendument rationnels et donc universels et ne veut plus admettre de différences, est inhumaine et n’est donc pas de droite[13] ».

Le marché n’est pas de droite selon Maximilian Krah

Une droite dont la politique économique repose également sur le principe de la propriété privée à responsabilité sociale, comme cela figure dans la Loi fondamentale de la RFA. Parce qu’un vrai programme économique de droite doit servir des objectifs qui ne sont pas seulement économiques mais politiques.

L’auteur écrit que la patrie se situe là où l’on crée de la valeur, là où on est inscrit au registre du foncier, « pas là où l’on ouvre son ordinateur portable[14] » et que « le marché n’est pas de droite[15] ».

L’économie de droite repose donc sur l’idée que les États doivent avoir leur propre économie et non qu’une économie globale aurait des États comme sites. La droite voit de même d’un œil critique l’accumulation de la richesse entre les mains de quelques super-riches et doit au contraire se préoccuper de la classe moyenne, en voie de déclassement. « Nous voulons enrichir les pauvres et non l’inverse[16] », écrit d’ailleurs Maximilian Krah.

Une droite européenne enfin, c’est-à-dire qui rejette le super-État européen à la sauce bruxelloise qui ne tient pas compte des peuples, c’est-à-dire l’anti-Europe. Mais aussi une droite qui n’entend se soumettre ni à l’anglosphère atlantiste ni au rêve eurasiatique[17], mais qui veut promouvoir une Europe indépendante qui conduit son propre destin.

Pourquoi l’oligarchie s’attaque à la liberté d’expression

Pour une nouvelle politique

L’essai s’achève sur une réflexion sur ce que doit être le politique comme « art du faisable ».

Maximilian Krah oppose les dirigeants actuels « qui ne cherchent pas le pouvoir parce qu’ils ont la volonté de façonner notre avenir, mais [qui] façonnent notre avenir parce qu’ils possèdent le pouvoir[18] », à une future élite de droite qui affronte les nouvelles réalités du monde d’aujourd’hui au lieu de se réclamer du monde d’hier.

Car, pour l’auteur, le mal ne vient pas des autres, des Russes, des Chinois ou des islamistes : il est avant tout en nous, en effet, à l’image de l’idéologie woke qui est une invention occidentale ou du climato-catastrophisme.

Mais l’auteur met aussi en garde contre un populisme d’autant plus bruyant qu’il ne change rien au Système, dont il fait partie en réalité car il en est en quelque sorte le bouffon.

Pour lui, la droite ne doit pas vociférer mais opposer au Système une conception du monde et la vision cohérente qui en découle pour ancrer sa crédibilité. Car ce n’est pas « la fermeté des convictions qui rend la droite faible mais au contraire le doute de soi et le manque de clarté[19] » : un constat qui nous concerne aussi !

***

Allemagne : plaidoyer pour une droite identitaire, l’essai de Maximilian Krah, n’a, on le voit, aucun rapport avec la caricature politico-médiatique extrémiste que l’on fait habituellement de la tête de liste de l’AfD aux élections européennes de 2024. Une nouvelle preuve des mensonges du Système.
Il émane au contraire de ce livre pesé et pensé, une grande sérénité et un sérieux certain dont l’intérêt dépasse en outre le seul cadre de la politique allemande.
Ce livre donne en effet à réfléchir et c’est sans doute ce qui inquiète le plus le Système orwellien qui se met en place en Europe !

Michel Geoffroy
25/05/2024

Notes

[1] Krah (Maximilian), Allemagne : plaidoyer pour une droite identitaire, éditions La Nouvelle Librairie, 2023, 21 euros.
[2] Ibid., p. 17.
[3] Ibid., p. 47.
[4] Ibid., p. 46.
[5] Ibid., p. 70.
[6] Ibid., p. 71.
[7] Ibid., p. 73.
[8] Ibid., p. 92.
[9] Ibid., p. 76.
[10] Ce que ne semble pas avoir compris Marine Le Pen dans sa condamnation de la remigration…
[11] Krah (M.), op. cit., p. 114.
[12] Ibid., p. 142.
[13] Ibid., p. 143.
[14] Ibid., p. 159.
[15] Ibid., p. 191.
[16] Ibid., p. 195.
[17] L’auteur ne considère pas la Russie comme européenne, même si elle a subi l’influence de notre civilisation.
[18] Krah (M.), op. cit., p. 197.
[19] Ibid., p. 267.

Michel Geoffroy

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Je fais un donSoutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Voir aussi

Pour Henry de Lesquen, l’Europe est un mythe

Pour Henry de Lesquen, l’Europe est un mythe

Après quelques recensions consacrées à rendre compte de la ferveur manifestée par l'Institut Iliade à l'égard de l'héritage européen, la parole est donnée à un éminent représentant de la tendance souverainiste : Henry de Lesquen. En avril 2023, le président du Parti...