Accueil | Europe | Face à l’invasion, les Grecs peuvent compter sur la solidarité européenne

Face à l’invasion, les Grecs peuvent compter sur la solidarité européenne

Face à l’invasion, les Grecs peuvent compter sur la solidarité européenne

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La France est un pays formidable. Alors qu’en ce début du mois de mars, un pays européen est agressé par la Turquie, les médias français de grand chemin réduisent cet événement majeur à un entrefilet présentant tout au plus des « incidents » à la frontière gréco-turque. L’annulation d’épreuves sportives à cause du coronavirus semble bien plus importante dans la hiérarchie de l’information que la défense du territoire grec.
Il y a pourtant des motifs d’espérer : les soutiens au peuple grec dans sa résistance à la tentative de submersion migratoire organisée par le gouvernement turc sont nombreux. Et ils ne se limitent pas à un soutien humanitaire, comme celui proposé par les institutions européennes, qui refusent de comprendre que l’on ne défend pas un continent avec de bons sentiments et en donnant de l’argent au pays qui vous agresse.


Les douaniers grecs, rapidement débordés par la manœuvre du président Erdogan, qui a poussé des milliers de migrants vers la frontière grecque, ont pu compter rapidement sur de nombreux soutiens. Ces soutiens prennent de multiples formes : renforts à la frontière avec la Turquie, propositions d’appui logistique, manifestations, déclarations de solidarité au peuple grec, etc.

Le renfort en Grèce

Rapidement après l’annonce du président Erdogan le 29 février de laisser ouverte la frontière gréco-turque et ses manœuvres pour pousser les migrants vers la Grèce, le gouvernement grec déploie l’armée et la police à la frontière. Le 2 mars, l’agence de garde-frontières et de garde-côtes FRONTEX envoie une mission d’intervention rapide en Grèce. Ces renforts « officiels » sont rapidement complétés par de très nombreuses initiatives de pays et de citoyens souhaitant défendre l’intégrité territoriale menacée de la Grèce.

Le soutien de la population

De nombreux Grecs sont venus prêter main-forte aux forces de l’ordre : agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, retraités, ils sont plusieurs milliers à patrouiller à la frontière. Ils arrêtent parfois des clandestins qui veulent passer illégalement. Ils bénéficient d’un large soutien de la population, qui apporte des vivres aux forces de l’ordre. À Évros, de nombreux agriculteurs sont venus avec leurs tracteurs pour éclairer la frontière et faciliter le travail des douaniers. Le 7 mars, le chef de l’Église orthodoxe grecque est venu bénir les soldats qui patrouillent à la frontière.Le chef des gardes-frontières d’Évros affirme : « Il y a une grande unanimité et de nombreuses expressions de soutien, une solidarité touchante[…].Des bénévoles, des entrepreneurs, des associations culturelles soutiennent activement les gardes-frontières. » « L’État turc transporte les migrants, les criminels libérés, et parfois ses propres compatriotes aux frontières », ajoute un journaliste de Tichys Einblick, un site d’information allemand.

Le soutien international

Rapidement, un soutien international s’organise. Le hashtag #Istandwithgreece sur Twitter rencontre un grand succès et permet à de très nombreux internautes de marquer leur solidarité avec le peuple grec.

Des militants identitaires allemands sont venus sur place manifester leur solidarité avec les Grecs. Ils se font agresser par des antifas sur l’île de Lesbos le 7 mars. Le chef du parti Les Démocrates de Suède est venu distribuer des tracts aux migrants à la frontière : « Ne venez pas chez nous. Nous ne pouvons pas vous donner plus d’argent ou vous fournir un logement. Désolé. »À Paris, des militants identitaires manifestent le 7 mars leur soutien au peuple grec. Certains sont arrêtés et passent la nuit au poste de police.À New York le 9 mars, plusieurs centaines d’Américains d’origine grecque manifestent leur soutien à la Grèce. L’organisateur de la manifestation affirme qu’il veut envoyer un message fort et amical aux Grecs qui protègent leurs frontières.

Pour couper court à tout appel d’air qui serait également préjudiciable à la Grèce, le gouvernement hongrois annonce suspendre les demandes d’asile et interdit l’accès à ses centres aux nouveaux requérants. Le Premier ministre autrichien annonce le déploiement de 2 200 soldats pour assurer la protection des frontières autrichiennes. Le 5 mars, la route des Balkans semble fermée.

Plusieurs pays manifestent rapidement leur soutien à la Grèce.

Le gouvernement estonien propose deux patrouilleurs et vingt gardes-frontières. C’est le cas également de plusieurs pays d’Europe de l’Est, qui savent ce qu’est une invasion : la Hongrie, la Pologne qui propose 100 gardes-frontières et 100 policiers, la Slovaquie et la République tchèque.

Le Premier ministre autrichien envoie à la frontière gréco-turque plusieurs policiers, l’équivalent du RAID, un drone et un véhicule blindé. Il ne mâche pas ses mots : « Il s’agit d’une agression contre l’Union européenne et la Grèce. » Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán se réjouit le 5 mars au sommet du V4 à Prague que l’UE adopte sa politique de migration. « Nous étions les premiers à prendre des mesures contre l’immigration musulmane. » Un député européenpolonais, Dominik Tarczynski, met en ligne une vidéo expliciteà l’attention des clandestins : « Ne venez pas à la frontière polonaise[…].Si vous avez des problèmes avec nos forces de l’ordre, c’est parce que vous essayez de transgresser les lois de notre pays. »

Le 4 mars, le gouvernement danois propose un soutien au gouvernement grec sous la forme de surveillance aérienne. Le ministre danois des Affaires étrangères affirme que son pays n’acceptera pas une répétition de la situation de 2015.

Le soutien politique

Alors que les Verts allemands font pression pour l’ouverture des frontières, c’est une personnalité politique de gauche, Sahra Wagenknecht, qui juge cette position « malhonnête et facile ».

Le Bundestag allemand vote le 4 mars contre l’accueil d’un contingent de 5 000 migrants en provenance des îles grecques.

Le Rassemblement national lance début mars une pétition pour le contrôle de nos frontières. Le député européen Jordan Bardella, accompagné par Jérôme Rivière, se rend le 10 mars à la frontière gréco-turque menacée. Sur son fil Twitter, il témoigne : « Agressions, saccages d’église et pillages ont lieu dans la région, obligeant les habitants à s’organiser eux-mêmes pour assurer leur sécurité. Ces migrants ont un seul objectif : l’Europe de l’Ouest[…].Des élus et militaires grecs confirment que les Syriens sont ultra-minoritaires. Les migrants sont en fait Afghans, Pakistanais, Marocains, Somaliens, etc. »

Si cette liste d’actes et de témoignages de solidarité avec le peuple grec n’est pas exhaustive, elle reflète un fort mouvement populaire européen de soutien à un pays agressé. Contrairement à 2015, la prise de conscience des enjeux d’une immigration débridée a progressé en Europe. Elle s’est manifestée dans les urnes, ce qui prouve que le vote a toute son importance. Gageons maintenant que le rapport de force engagé par le président Erdogan tourne en faveur de la Grèce. Il y va de l’avenir de l’Europe.

#IstandwithGreece

Paul Tormenen
11/03/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Juvénal, les satires de notre temps ?

Par Laurène Jacquerez, étudiante en Grandes Ecoles ♦ Juvénal, comme Cicéron et Salluste...

Covid-19. Des héros et des salauds

Par Dominique Remmaker, biologiste et chercheur ♦ Dresser un bilan provisoire de l'épidémie...

Les dépenses pour l’immigration selon la Cour des comptes : toujours plus ! [Partie 3]

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Après avoir fait une présentation générale du rapport de la...

I-Média n°306 – Français tués : le silence des médias

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Vague verte et racialisme – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Coronavirus : le péril algérien à nos frontières ?

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

De SOS Racisme à la guerre ethnique, l’antiracisme contre la France

Par Clément Martin, porte parole de Génération Identitaire ♦ L’antiracisme des années 80...

Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2]

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du...

Black Lives Matter, indigénisme, décolonialisme… Bienvenue dans le XXIe siècle !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

L’idéologie « verte » comme nouvel avatar de la fracture sociale

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Avec 7 villes de plus de 100 000...