Accueil | Société | Européen d’abord. Essai sur la préférence de civilisation : « Un maître ouvrage »

Européen d’abord. Essai sur la préférence de civilisation : « Un maître ouvrage »

Européen d’abord. Essai sur la préférence de civilisation : « Un maître ouvrage »

par | 29 octobre 2018 | Société

Par Arnaud Florac, contributeur de Boulevard Voltaire ♦ Alors que la nationalité française ne signifie plus grand-chose pour beaucoup de ceux qui la détiennent, et tandis que l’Europe, à cause de l’Union qui porte si mal son nom, renvoie de plus en plus à une sédimentation de normes absurdes, décidées contre la volonté des peuples, il est capital de rappeler ce qu’être européen signifie. Quant à savoir si c’est pour témoigner avant la submersion ou pour préparer le réarmement des esprits, chacun en jugera à l’aune de son propre optimisme.


L’ouvrage de Jean-Yves Le Gallou arrive à point nommé, comme un bacille de la lèpre populiste sur le visage lisse et bienveillant du nouveau monde. Son but est de recenser ce qui fait la singularité de notre continent, de notre peuple, de notre civilisation. En effet, bien que la pensée contemporaine nous hurle toute la journée que l’Europe a toujours été métisse, diverse, qu’elle est un carrefour (en tant que croisée des chemins, mais aussi comme le supermarché) et un hôtel, nous sentons tous malgré tout, parfois confusément, que certaines manières de voir et de penser, de sentir, d’écrire ou d’aimer nous sont propres. Il fallait formaliser et résumer cette prescience : c’est fait.

Européen d’abord, essai sur la préférence de civilisation

Au fil des pages, la culture classique et le talent philosophique de Jean-Yves Le Gallou dressent la carte d’une tectonique des peuples, d’une énergie souterraine dont il dévoile les constantes et les singularités : de la musique polyphonique à l’esprit de la Renaissance, de la science des trois derniers siècles à l’ordonnancement du monde, l’Europe a laissé un héritage si grandiose que nous en venons à considérer que c’est une œuvre universelle et non civilisationnelle. Nous avons tort de dédaigner notre talent pour battre notre coulpe.

Organisé en trois parties (constat, enjeux, solutions, pour le dire simplement), cet essai est un maître ouvrage, qui réunit toutes les conditions pour devenir un livre de chevet. Court et percutant, découpé en petits chapitres, à la fois brillant et facile d’accès, imparable mais pas dogmatique.

Avec ce livre, Jean-Yves Le Gallou fait pour l’héritage européen ce que Dominique Venner, avec Un samouraï d’Occident, avait fait pour la pensée identitaire : une vulgarisation limpide, à destination du plus grand nombre, dont la simplicité n’empêche pas l’intelligence.

Arnaud Florac
29/10/2018

Source : Boulevard Voltaire

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

« Manuel de lutte contre la diabolisation », l’arme affutée de Jean-Yves Le Gallou

Par Rémi Soulié, auteur de Racination ♦ Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation...

Covid-19. 123 morts en 24 heures, la « fake news » de la peur

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

I-Média n°314 – Deux journalistes menacées de mort par des islamistes

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Beaucoup de musulmans étrangers vivant en France votent islamiste

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La France compte la plus importante communauté musulmane...

Face à l’Iran, les pays sunnites se rapprochent d’Israël grâce à Donald Trump

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Un été meurtrier pour la macronie

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (XXXVII) Par Michel Geoffroy, auteur de La...

Peine de mort : pour un vrai débat

Rediffusion Polémia - François Mitterrand a ouvert symboliquement sa présidence en abolissant la...

Rétablir la peine de mort : une rupture nécessaire avec l’idéologie dominante

La peine de mort frappe d’effroi par son caractère implacable et définitif. Son évocation prête...

Au pays de la peine de mort réservée aux victimes innocentes

Rediffusion Polémia - Alors qu'un sondage récent IPSOS/Sopra donne le chiffre de 55% de Français...

Face au chantage aux « valeurs de la république », pourquoi pas la sécession ?

Par Julien Dir, contributeur à Breizh-Info ♦ Julien Dir, chroniqueur et polémiste officiant...