Accueil | Exclusivité Polémia | Erdogan contre les Kurdes : la honte après l’incohérence

Erdogan contre les Kurdes : la honte après l’incohérence

Erdogan contre les Kurdes : la honte après l’incohérence

par | 15 octobre 2019 | Exclusivité Polémia, Géopolitique

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ La situation géopolitique au Proche-Orient est actuellement très complexe. Les Kurdes, dont certains sont aujourd’hui en lutte contre la Turquie, doivent-ils être aidés ? Si oui, de quelle manière ? La région est évidemment une poudrière et les réponses à ces questions sont peu évidentes. Pierre Boisguilbert, excellent et régulier contributeur de Polémia, livre son avis tranché sur cette situation.
Polémia


Faute de faire la guerre à la Turquie, ce qui est évidemment exclu compte tenu de sa puissance militaire, la seule solution pour sauver les Kurdes de Syrie, serait de soutenir l’armée de Bachar Al-Assad. Voilà où, huit ans après la croisade lancée contre « le boucher de Damas » par Laurent Fabius, alors ministre français des Affaires étrangères, l’on en est arrivé…

On va bien sûr noyer la cruelle vérité dans un flot de discours humanitaires et de généralités sur le (vrai) danger d’un retour de Daesh et de ses tueurs de masse. Il n’est décidément pas bon de faire confiance aux démocraties occidentales. Les Kurdes auraient pu le savoir en examinant les précédents algériens ou vietnamiens : que d’alliés dévoués abandonnés par les Français et les Américains à l’égorgement FLN ou à l’oppression marxiste ! Les Kurdes qui ont combattu pour nous au sol, avec leurs femmes, n’ont plus d’espoir que dans le régime syrien.

Ce qui se passe est la conséquence de notre incohérence politique au nom d’une idéologie à géométrie variable. La coalition occidentale s’est toujours opposée à celle de la Russie et de l’Iran, et pourtant l’ennemi était commun, comme Vladimir Poutine n’a cessé de l’expliquer. La Turquie était notre alliée, ce qui ne l’a pas empêché de se rapprocher de Moscou. La Turquie a été la route triomphale pour les combattants étrangers du califat et très longtemps, par haine du régime syrien, son allié objectif. Une Turquie islamiste préférée à une dictature laïque. Un allié de l’OTAN qui aujourd’hui tourne ses armes contre les Kurdes, alliés de pays membres de l’OTAN. Une Turquie qui menace l’Europe aux pieds d’argile de la submerger par plus de 3 millions de réfugiés si elle n’accepte pas l’épuration ethnique annoncée.

La responsabilité première de ce drame, la première incohérence, est une fois de plus américaine. Washington, allié des Kurdes, est en effet accusé de les avoir abandonnés, en autorisant le transfert de 50 à 100 soldats américains stationnés à la frontière turco-syrienne vers d’autres bases en Syrie, quelques jours avant le début de l’offensive turque. Un redéploiement suivi de l’annonce le 13 octobre du retrait de jusqu’à 1 000 autres militaires de la zone. Trump s’est rendu compte trop tard de son erreur. Il se dit prêt à activer des sanctions fermes contre Ankara, visant son économie, a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Mais Washington estime que la Turquie n’a pas encore, « à ce stade », franchi la ligne rouge. Une « solution négociée » est pour l’instant l’option privilégiée. De son côté, Ankara fait la sourde oreille aux pressions. « Ceux qui pensent pouvoir nous contraindre à reculer avec ces menaces se trompent », a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan. Il sait que, nul n’ayant envie d’intervenir, cela lui laissera le temps peut être de terminer son nettoyage.

Quant aux prisonniers membres de Daech et à leurs nombreuses familles, ils vont tenter d’en profiter si les Turcs laissent faire. La menace terroriste pourrait être renforcée avec de nouvelles zones contrôlées par les évadés du défunt califat.

Une situation aussi dangereuse qu’absurde. Une alliance objective sans idéologie des ennemis de Daech aurait tout réglé. Il aurait fallu manger son chapeau démocratique face à Assad, certes. Mais n’est-ce pas pire de voir aujourd’hui « le boucher » se transformer en protecteur de ceux que nous avons trahis.

Tout est perdu… surtout l’honneur, une fois de plus !

Pierre Boisguilbert
15/10/2019

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Juvénal, les satires de notre temps ?

Par Laurène Jacquerez, étudiante en Grandes Ecoles ♦ Juvénal, comme Cicéron et Salluste...

Covid-19. Des héros et des salauds

Par Dominique Remmaker, biologiste et chercheur ♦ Dresser un bilan provisoire de l'épidémie...

Les dépenses pour l’immigration selon la Cour des comptes : toujours plus ! [Partie 3]

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Après avoir fait une présentation générale du rapport de la...

I-Média n°306 – Français tués : le silence des médias

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Vague verte et racialisme – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Coronavirus : le péril algérien à nos frontières ?

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

De SOS Racisme à la guerre ethnique, l’antiracisme contre la France

Par Clément Martin, porte parole de Génération Identitaire ♦ L’antiracisme des années 80...

Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2]

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du...

Black Lives Matter, indigénisme, décolonialisme… Bienvenue dans le XXIe siècle !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

L’idéologie « verte » comme nouvel avatar de la fracture sociale

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Avec 7 villes de plus de 100 000...