Accueil | Exclusivité Polémia | Face au Coronavirus, la stratégie de la grande muraille de Chine

Face au Coronavirus, la stratégie de la grande muraille de Chine

Face au Coronavirus, la stratégie de la grande muraille de Chine

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ La muraille de Chine a-t-elle été efficace ? Certes, la route du coronavirus a remplacé au pays de Marco Polo, la Route de la soie. Cette nouvelle Route de la soie qui devait assumer la suprématie économique des Hans est remise à une date très ultérieure. Mais la muraille de l’isolement de l’empire du Milieu, qui n’avait pas arrêté les barbares, a peut-être confiné le péril virus. Le président chinois, Xi Jinping n’a sans doute pas perdu le mandat du ciel. Il essaye en tout cas d’en convaincre son peuple et le monde.


Alors que le coronavirus se répand dans le monde, la Chine reprend espoir et activités. Ceux qui avaient annoncé que cette épidémie serait terrible pour le régime se font étrangement discrets.

Le totalitarisme plus efficace que la démocratie ?

Le totalitarisme serait-il plus efficace que nos démocraties ? On en tremble. «L’épidémie est pratiquement jugulée à son épicentre», s’est vanté Xi Jinping lors de sa visite à Wuhan le mardi 10 mars. Un discours sans doute optimiste et dangereusement prématuré, mais un signe fort envoyé aux Chinois et au monde entier. L’empereur en tout cas est sorti de la Cité interdite.

Officiellement, plus de 80.000 personnes ont été contaminées par le nouveau coronavirus, dont plus de 3 000 sont mortes et 60 000 désormais guéries. Tout a commencé au mois de décembre à Wuhan sur un marché animalier. En tout cas pour les Chinois, l’image — même avec un masque — de leur président au cœur du bassin de l’épidémie est une bonne nouvelle. Cela devrait également être une bonne nouvelle pour le monde entier : on peut s’en tirer. Mais on avait critiqué vertement la méthode autoritaire de confinement adopté par un le régime. Force est de constater que la démocratique Italienne a suivi avec du retard le même processus. En Chine, il y a eu au départ des erreurs et des négligences, en Italie aussi. Le régime ne fait rien à l’affaire, sauf que la démocratie pour lutter contre le virus doit limiter les libertés de circulation, tout comme un pays totalitaire. Le risque est par la suite dans le respect des consignes par la population, il est sûr qu’un Conte romain fait moins peur qu’un Xi Jinping Pékinois. « Je reste chez moi », a résumé en Italie le chef du gouvernement Giuseppe Conte qui a étendu par décret à toute la péninsule le dispositif de confinement.

L’embarras de l’Europe

Ce pays, membre du G7, est ainsi devenu le premier à généraliser des mesures aussi draconiennes, qualifiées d’« audacieuses » par l’Union européenne, afin de tenter d’enrayer la progression du virus, qui y a déjà fait plus de 600 morts sur plus de 10.100 cas détectés en début de semaine.

Le coronavirus, peste noire pour le mondialisme

La méthode française et pour le moment différente. Le confinement est diversifié. Mais l’avis général est qu’on n’y échappera pas. On retarde pour être mieux préparé, dans l’espoir que le système sanitaire sera adapté et que l’on trouvera un médicament. Le problème, c’est que la psychose s’installe dans le temps et que l’économie est tétanisée. Pas question en France ou en Italie de construire en quelques jours des hôpitaux supplémentaires. En Chine , c’est possible mais dans nos pays si développés, ce ne l’est pas.

Le désastre italien mérite donc réflexion comme l’impossible action commune de l’Europe aussi inefficace que la mondialisation est néfaste. Tout sera à revoir. Le bon sens pourrait signer un grand retour

Une idée vient pour conclure tout de même sur un sourire. Pour nos amis italiens qui ne peuvent ni s’embrasser (le baiser de la mort n’est plus un label de la mafia) ni même se serrer la main, on pourrait rétablir le salut romain… « Ave Conte, ceux qui vont mourir te saluent… » Mais qui oserait le proposer dans notre monde pour le moment toujours sans défenses contre les virus autrement mortifères de l’idéologie dominante ?

Pierre Boisguilbert
14/03/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Les dépenses pour l’immigration selon la Cour des comptes : toujours plus ! [Partie 3]

Par Paul Tormenen, juriste ♦ Après avoir fait une présentation générale du rapport de la...

I-Média n°306 – Français tués : le silence des médias

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Vague verte et racialisme – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Coronavirus : le péril algérien à nos frontières ?

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

De SOS Racisme à la guerre ethnique, l’antiracisme contre la France

Par Clément Martin, porte parole de Génération Identitaire ♦ L’antiracisme des années 80...

Sonia Krimi, Mounir Mahjoubi… Enrichissement racial à l’Assemblée nationale [Partie 2]

Par Maxime Jacob, diplômé de science politique, Gilet jaune et coauteur avec Fiorina Lignier du...

Black Lives Matter, indigénisme, décolonialisme… Bienvenue dans le XXIe siècle !

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

L’idéologie « verte » comme nouvel avatar de la fracture sociale

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Avec 7 villes de plus de 100 000...

I-Média n°305 – L’offensive anti-blanc se poursuit

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Un regard écologique sur le Covid-19 – La crise sanitaire

Par Frédéric Malaval, essayiste, auteur de Vers l’EcoHumanisme ♦ La crise du Covid-19 est...