Articles

Condamnation d’Orbán : l’UE, une démocratie limitée

Condamnation d’Orbán : l’UE, une démocratie limitée

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Dans le Figarovox, Jérôme Fourquet a fait paraître une analyse aussi intéressante qu’inquiétante. L’auteur met en évidence le clivage entre ce qu’il appelle ouverts-gagnants/fermés-perdants par rapport à la mondialisation. Cette distinction paraît pour le moins péjorative vis-à-vis de la seconde catégorie qui se trouverait par les termes employés disqualifiée. La position prise par l’électeur ne serait guidé que par son seul intérêt individuel à l’exclusion de toute vision collective. Le critère de discrimination relève alors, d’une certaine manière, comme approche, de l’individualisme méthodologique évoqué par Michel Geoffroy dans son livre sur la Super-classe mondiale.


L’État de droit, un corpus de normes surplombant toute volonté souveraine des peuples

Le point le plus important de l’article concerne la conception de la démocratie au sein de l’Union européenne. A l’instar de la souveraineté limitée mise en avant par Leonid Brejnev à la veille de l’invasion de la Tchécoslovaquie, l’Union européenne pratique la démocratie limitée. Elle a pour fondement l’Etat de droit, c’est-à-dire un corps de normes et de règles qui se situe au-dessus de toute volonté souveraine des peuples. Si l’on prolonge le raisonnement de Jérôme Fourquet, en se fondant notamment sur la notion de société ouverte et de libre circulation des biens, des services, des capitaux et des hommes, nous pouvons saisir la réelle dimension de l’Union européenne. L’accueil des migrants, c’est-à-dire de personnes hors des frontières de l’Union compte parmi les principes fondamentaux. Les éventuelles restrictions annoncées par les dirigeants ne sont que des déclarations opportunistes qui visent à rassurer les peuples.

Europe-puissance ? Non, Europe projet mondial

En fait l’Union est une construction sui generis qui, contrairement à ce qui peut être dit, n’a pas pour objet de transférer à un niveau européen les attributs traditionnels de la puissance, ce qui est déjà une illusion, mais à renoncer à l’idée même de puissance telle qu’elle s’entend. Ce que François Duchêne appelait dans les années soixante-dix la puissance civile. Partant d’une conception libérale de l’économie dans son acception théorique de libre circulation des biens et des hommes, ceux-ci étant considérés dans leurs fonctions de producteurs et de consommateurs, l’Union européenne n’a donc pas pour vocation l’Europe puissance mais une Europe projet, étape d’un ensemble mondial unifié où il n’y aurait pas des peuples avec leur identité et leur histoire mais une humanité faite d’hommes au destin purement individuel. A l’image de la commission européenne, ces hommes seraient dirigés par un cercle d’experts, le cercle de la raison.

Tout en s’inscrivant dans une optique de démantèlement de l’Etat providence, le projet nécessite une réussite économique afin d’assoupir par l’aisance matérielle la conscience des peuples. Si l’Europe centrale, dans une phase de rattrapage économique, connait une amélioration progressive des conditions de vie, pour autant, les pays qui la composent demeurent profondément attachés à leur identité. S’agissant des sanctions que l’Union voudrait prendre à leur égard, il est rare que soit évoquée la position spécifique de l’Allemagne. Celle-ci en apparence est favorable aux sanctions. Cependant, il faut observer que l’Allemagne après la chute des régimes communistes a constitué avec ces pays une forme de Mitteleuropa économique. Leur industrie est pour une part sous-traitante de celle de l’Allemagne. Elle produit à des coûts avantageux ce qui représente un facteur essentiel pour la compétitivité des biens allemands. La relation économique induit donc des limites dans l’orientation politique de l’Allemagne.

Quant à l’Europe occidentale, l’Italie, avec sa nouvelle majorité parlementaire, est un exemple emblématique. Le rejet de l’immigration a convergé avec le constat d’une situation économique particulièrement préoccupante, sans espoir de redressement avec les gouvernements précédents. La confluence des deux facteurs a conduit à la constitution d’une nouvelle majorité dont les deux formations incarnent respectivement les inquiétudes migratoire et économique.

Les tenants de l’Europe projet restent persuadés à ce jour qu’ils ne sont confrontés qu’à des aléas momentanés qu’il faut réduire d’une manière ou d’une autre. Ils s’imaginent probablement que l’évolution des choses, le renouvellement des générations et leur conditionnement amèneront inéluctablement à l’accomplissement de leur objectif. Rien n’est moins sûr. D’autant que l’Europe ne fait plus l’Histoire.

Michel Leblay
19/09/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Kremlin.ru [CC BY 4.0]


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018