Accueil | Société | Vaccins : bons baisers de Russie

Vaccins : bons baisers de Russie

Vaccins : bons baisers de Russie

par | 7 février 2021 | Europe, Géopolitique, Politique, Société

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ Le débat sur les vaccins fait rage. Si de nombreuses personnes estiment que certains vaccins sont dangereux pour plusieurs raisons, certains pensent aussi que la vaccination – avec un vaccin sûr – est le seul moyen de sortir enfin de la spirale interminable des confinements à répétition. Et parmi les vaccins qui semblent efficaces à première vue, le vaccin russe, après avoir été moqué, est diabolisé par l’inénarrable Bernard-Henri Lévy ! Comme si tout ce que faisait la Russie de Poutine était sujet à polémique.
Polémia

Extraordinaire Bernard-Henri Lévy. Il a donné sur CNews une leçon de totalitarisme idéologique impeccable, en adjurant de refuser le vaccin russe pour défendre la cause d’Alexeï Navalny et de ses partisans. Au nom de l’idéologie des droits de l’homme, il ne faut donc pas hésiter à priver les hommes d’un vaccin qui peut sauver des vies. Périsse l’humanité plutôt que nos principes !

Le virage de l’Europe

Ainsi donc parlait BHL qui, pour éliminer Kadhafi, a poussé Nicolas Sarkozy et quelques autres à une guerre qui, depuis, fait le malheur du peuple libyen. Sa détestation des dictateurs – ou de ceux qu’il considère comme tels – passe avant tout.
Ce ne sera pas le cas heureusement de nos démocraties prêtes à tout pour se sauver du naufrage politique, variant du virus. Et c’est ainsi que de Berlin à Paris après Budapest, on a maintenant pour le vaccin de Poutine les yeux de Rodrigue pour Chimène. Quel virage ! Après l’humiliation britannique pour l’Europe en général et la France en particulier, voici l’humiliation russe.

Il faut tout de même se souvenir de l’ironie méprisante de nos sachants et de nos commentateurs médiatiques quand Poutine annonça, avant tout le monde, que son pays disposait d’un vaccin. Il était même plus en avance que Trump et Boris Johnson. Mais c’était impossible, de la simple propagande ! La presse comme L’Opinion remet les pendules à l’heure. « Quand on parle produit pharmaceutique, en ce moment, on a un peu trop tendance à ne voir les Russes que comme les empoisonneurs de Navalny, avec des substances manipulées dans des laboratoires datant de l’URSS. La réalité est donc tout autre et voici les Russes, tellement moqués jusqu’ici pour leur Spoutnik, en passe de nous aider à obtenir des doses de vaccins, et de savourer une petite vengeance à leur humiliation. »

Un vaccin qui, de plus, parait avoir des avantages. La revue médicale The Lancet établit à 91,6 % son efficacité contre le Covid-19, à peine en-dessous de Moderna (94,5%) et de Pfizer (95%), et nettement mieux qu’AstraZeneca (59,5%). Il est aussi peu moins cher — moins de dix dollars la dose selon le Fonds russe d’investissement direct, contre 19 dollars pour Pfizer — et plus facile à conserver — entre 2 et 8 degrés contre -70 degrés pour Pfizer.

En raison du cours de l’épidémie dans le pays, le gouvernement allemand se voit aussi contraint à l’efficacité. Si le nombre de contaminations baisse à nouveau outre-Rhin, l’Allemagne a connu plus de morts liés au Covid-19 depuis décembre que pendant toute la période entre mars et novembre 2020.

Ce n’est pas un hasard si le ministre-président de Bavière et le ministre de la Santé ont tous deux appelé l’UE à approuver le vaccin russe : « Markus Söder jouit toujours de la bonne gestion de la crise qu’on lui a attribuée [en Bavière lors de la première vague], et Jens Spahn est appelé à des postes plus importants », rappelle un chercheur. Les deux hommes sont en lice pour représenter les conservateurs à la chancellerie lors des élections fédérales, en septembre prochain.

L’exemple hongrois

Budapest avait donné l’exemple. 40 000 premières doses du Spoutnik anti-Covid sont arrivées le 2 février en Hongrie, dont le ministre des Affaires étrangères s’est réjoui sur son compte Facebook : « Les doses ont été transportées sans délai au Centre national de santé publique afin que les derniers tests nécessaires soient effectués avant que les Hongrois puissent les obtenir selon le calendrier de vaccination arrêté ».
Au total, ce sont deux millions de doses du Spoutnik V qui sont attendues d’ici trois mois dans ce pays de 9,7 millions d’habitants. Avec cette livraison, Budapest devient ainsi le premier pays de l’Union européenne à recevoir le fameux vaccin russe, pas encore homologué par l’Agence européenne du médicament.
« Nous avons été les premiers dans l’UE mais nous ne serons probablement pas les derniers », a insisté ce proche du Premier ministre Viktor Orban, évoquant « les voix qui s’élèvent en Europe occidentale pour demander l’examen des vaccins russe et chinois ».

Le 29 janvier, les Hongrois ont d’ailleurs donné leur feu vert au vaccin chinois Sinopharm, précommandant cinq millions de doses.
Pour le Sinopharm subsiste en France une très forte réticence, soulignée par le président Macron lui-même, alors que celle sur le russe a cédé.
La France parait s’aligner sur le pragmatisme allemand. On ne s’en plaindra pas, n’en déplaise à BHL.

Pierre Boisguilbert
07/02/2021

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Un juriste allemand attaque le confinement : « Le politique a perdu toute mesure ! »

Par François Stecher, correspondant en Allemagne de Polémia ♦ François Stecher a récemment...

« Une Justice politique » – État de droit et coup d’État judiciaire

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et...

Napoléon – 1969, 2021 : heurs et malheurs de deux bicentenaires

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ En 2005, Jacques Chirac n’écoutant que son courage avait renoncé...

« La Grande Réinitialisation » – Le plaidoyer cynique de Davos pour un monde post-covid

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

Covid-19. « Être en bonne santé, quitte à ne plus vivre ? »

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous sommes assaillis par ce slogan martelé : « Prenez...

Espagne : du putsch Tejero aux émeutes pour un rappeur

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

« Anahita et la vipère des sables » : conte philosophique et covidien d’André Archimbaud

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°337 – Islamo-gauchisme : une réalité malgré le déni

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Grand remplacement en Europe : la Hongrie à l’avant-poste de la résistance

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Polémia continue son...

« Droit, conscience et sentiments » : réquisitoire éclairé contre le nouvel ordre moral occidental par Éric Delcroix

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...