Articles

Polémia

Une France d’en haut structurée autour d’Emmanuel Macron pour protéger ses intérêts…

Nous reproduisons ci-dessous un entretien donné par Christophe Guilluy à Atlantico, relayé par Métapo infos, dans lequel il évoque les premiers mois de la présidence Macron à la lumière de ses analyses… Géographe, Christophe Guilluy est déjà l’auteur de trois essais importants, Fractures françaises (Flammarion, 2010), La France périphérique (Flammarion, 2014) et Le crépuscule de la France d’en haut (Flammarion, 2016).

♦ Christophe Guilluy : « La France d’en haut s’est structurée autour d’Emmanuel Macron pour protéger ses intérêts, le monde d’en bas, lui, est complètement dispersé ».


Atlantico : À la rentrée 2016, vous publiiez Le crépuscule de la France d’en haut. Selon un sondage Viavoice publié par Libération en début de semaine, 53% des Français jugent que la politique du gouvernement bénéficiera en premier lieu aux plus aisés, quand 60% d’entre eux craignent une précarisation. Un an après, quel constat portez-vous sur cette France d’en haut ?

Christophe Guilluy : Nous sommes dans la continuité d’une société qui se structure autour de la mondialisation depuis 20 ou 30 ans. Ce qui est validé ici, c’est une logique de temps long, avec un monde d’en haut que j’ai décrit dans La France périphérique mais aussi dans Le Crépuscule de la France d’en haut. C’est un monde qui vit en vase clos, je parle de “citadellisation” des élites, des classes supérieures, et tout cela ne cesse de se creuser.

Il faut revenir au 2e tour de l’élection présidentielle. Ce que nous avons vu, c’est une structuration de l’électorat qui suit la dynamique économique et sociale de ces 30 dernières années. Le grand sujet caché depuis 30 ans, c’est la disparition de la classe moyenne au sens large, c’est-à-dire telle qu’elle l’était hier, celle qui regroupait la majorité des catégories sociales, de l’ouvrier à l’employé en passant par le cadre. Les gens étaient intégrés économiquement, donc socialement, politiquement, et culturellement.

Ce qui explose avec le modèle mondialisé, c’est la classe moyenne occidentale. On va retrouver ces gens dans les territoires qui ne comptent peu ou pas : France périphérique, Amérique périphérique, Grande Bretagne Périphérique etc. Inversement, des gens qui vont être de plus en plus concentrés dans les endroits ou “ça” se passe : les grandes métropoles mondialisées. C’est ce qu’on a vu avec la carte électorale, qui était assez claire : les bastions d’Emmanuel Macron sont ces grandes métropoles mondialisées qui reposent sur une sociologie d’un front DES bourgeoisies.

Ce qui est frappant, c’est en regardant Paris. La bourgeoisie de droite n’a qu’un vernis identitaire, car même les bastions de la “manif pour tous” ont voté pour Emmanuel Macron qui est pourtant pour les réformes sociétales à laquelle elle s’oppose. Dans le même temps, les électeurs parisiens de Jean Luc Mélenchon, au 1er tour, ont aussi voté Macron au second tour. Ils n’ont pas voté blanc. Cela veut dire que le monde d’en haut est de plus en plus dans une position de domination de classe qui est en rupture avec la France d’en bas. C’est la grande nouveauté. Parce qu’une société ne marche que si le haut parle au bas. C’était le parti communiste, constitué d’une frange d’intellectuels qui parlaient aux classes ouvrières. Aujourd’hui le monde d’en haut ne prend plus du tout en charge le monde d’en bas, qui est pourtant potentiellement majoritaire. C’est un processus long, qui est celui de la sortie de la classe moyenne de toutes les catégories sociales. Cela a commencé avec les ouvriers, cela s’est poursuivi avec les employés, et cela commence à toucher les professions intermédiaires. Demain ce sera les retraités. Il suffit de regarder ce qui se passe en Allemagne. La mondialisation produit les mêmes effets partout et les spécificités nationales s’effacent. Sur le fond, même si l’Allemagne s’en sort un peu mieux en vendant des machines-outils à la Chine, la précarisation touche largement l’Allemagne avec des retraités qui sont obligés d’empiler les petits boulots pour s’en sortir.

Ce qui est derrière tout cela, c’est cette fin de la classe moyenne occidentale qui n’est plus intégrée au modèle économique mondialisé. À partir du moment où l’on fait travailler l’ouvrier chinois ou indien, il est bien évident que l’emploi de ces catégories-là allait en souffrir. Nous sommes à un moment où les inégalités continuent à se creuser. Je le répète, le monde d’en haut ne prend plus en charge les aspirations du monde d’en bas, c’est une rupture historique. On parle beaucoup du divorce entre la gauche et les classes populaires, c’est très vrai, mais ce n’est pas mieux à droite.

Selon un sondage IFOP de ce 20 septembre, 67% des Français jugent que les inégalités ont plutôt augmenté en France depuis 10 ans, un sentiment largement partagé en fonction des différentes catégories testées, à l’exception d’écarts notables pour les électeurs d’Emmanuel Macron (54% soit -13 points). Votre livre décrit une nouvelle bourgeoisie cachée par un masque de vertu. Alors que le Président a été critiqué pour ses déclarations relatives aux fainéants et aux cyniques, n’assiste-t-on pas à une révélation ?

Aujourd’hui nous avons un monde d’en haut qui se serre les coudes, des bourgeoisies qui font front ensemble, qui élisent un Emmanuel Macron qui va être l’homme qui va poursuivre les grandes réformes économiques et sociétales de ces 30 dernières années. La seule différence entre Macron et Hollande ou Sarkozy, c’est que lui, il n’avance pas masqué. Il assume complètement. Il a compris qu’il ne s’agit plus d’une opposition gauche-droite, mais d’une opposition entre les tenants du modèle et ceux qui vont le contester. Les gens l’ont compris, et c’est de plus en plus marqué, électoralement et culturellement. Ce qui complique les choses, c’est qu’il n’y a plus de liens. Le monde politique et intellectuel n’est plus du tout en lien avec les classes populaires, et il ne les prendra plus en charge. Les gens savent que les réformes vont les desservir et l’impopularité d’Emmanuel Macron va croître. Le crépuscule de la France d’en haut découle de cette absence de lien, parce qu’une société n’est pas socialement durable si les aspirations des plus modestes ne sont pas prises en compte.

Mais la bourgeoisie d’aujourd’hui est plus intelligente que celle d’hier car elle a compris qu’il fallait rester dans le brouillage de classes, et officiellement le concept de classes n’existe pas. La nouvelle bourgeoisie n’assume pas sa position de classe. Elle est excellente dans la promotion de la société ou de la ville ouverte, alors que ce sont les gens qui sont le plus dans les stratégies d’évitement, de renforcement de position de classe, mais avec un discours d’ouverture. Et quand le peuple conteste ce modèle, on l’ostracise. C’est pour cela que je dis que l’antifascisme est devenu une arme de classe, car cette arme n’est utilisée que par la bourgeoisie. Ce n’est pas un hasard si les antifascistes dans les manifestations sont des enfants de la bourgeoisie. Et tout cela dit un mépris de classe. Parce que personne ne va être pour le racisme et pour le fascisme. En réalité, derrière tout cela, il s’agit d’ostraciser le peuple lui-même, les classes populaires. C’est aussi une façon de délégitimer leur diagnostic, parce qu’en réalité, le populisme, c’est le diagnostic des gens d’en bas, et la bourgeoisie s’en démarque en se voyant en défenseur de la démocratie. Et si Jean Luc Mélenchon monte trop haut, on utilisera ces méthodes-là.

Vous êtes géographe. Quel verdict dressez-vous des différentes mesures prises par le gouvernement, et comment s’articulent-t-elles autour de votre constat d’une France périphérique ?

On a un processus de plus en plus fort, avec la dynamique économique, foncière, territoriale. Le gouvernement ne fait que suivre les orientations précédentes, les mêmes depuis 30 ans. On considère que la classe moyenne n’a plus sa place, qu’elle est trop payée quand elle travaille et qu’elle est trop protégée par un État providence qui coûte trop cher si on veut être compétitif. La loi Travail n’est que la suite d’une longue succession de mesures qui ne visent qu’à dépouiller une classe moyenne qui ne sert plus à rien.

Il y a aussi un jeu pervers avec l’immigration puisqu’on va concentrer les budgets sur les plus démunis qui vont souvent être les immigrés, ce qui va permettre d’entraîner un ressentiment très fort dans les milieux populaires qui se dira qu’il ne sert qu’aux immigrés, ce qui aboutira à dire « supprimons l’État providence ». Il y a une logique implacable là-dedans :’aussi bien ce monde d’en haut a pu se structurer autour d’Emmanuel Macron pour protéger ses intérêts, le monde d’en bas est complètement dispersé.

Christophe Guilluy
(Atlantico, 23 septembre 2017)

Source : Métapo infos

Correspondance Polémia – 29/09/2017

Image : « La France d’en haut »