La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Politique | Un décryptage à droite de la Présidentielle, par Jean-Yves Le Gallou

Un décryptage à droite de la Présidentielle, par Jean-Yves Le Gallou

Un décryptage à droite de la Présidentielle, par Jean-Yves Le Gallou

par | 5 juin 2022 | Politique, Société

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou ♦ Interrogé par l’abbé de Tanoüarn, Jean-Yves Le Gallou effectue un retour sur l’élection présidentielle : un bilan en demi-teinte montrant qu’une fois de plus le système est parvenu à ses fins, puisqu’il a consacré Emmanuel Macron président pour la deuxième fois, sans que lui soit porté, ne serait-ce qu’une vraie contradiction. Publié dans le numéro 1010 de Monde et Vie de mai 2020, l’entretien a été réalisé le surlendemain du deuxième tour de l’élection présidentielle.
Polémia

Guillaume de Tanoüarn : Jean-Yves Le Gallou, peut-on parler à propos de la toute récente élection présidentielle, d’une « victoire éclatante du Rassemblement National », comme l’a fait Marine Le Pen le soir de l’élection ?

Jean-Yves Le Gallou : Assurément non. Dans une élection une « victoire éclatante » intervient quand la liste victorieuse l’emporte avec une large avance sur son ou ses  concurrents. A la présidentielle, Marine Le Pen a perdu avec un énorme handicap par rapport à Emmanuel Macron ; quelque 17 % de retard sur son concurrent. Certes sa défaite, en pourcentage est moins importante que lors de la présidentielle de 2017. Mais il faut garder leur sens aux mots sous peine de tomber dans la désinformation. Cela étant dit, j’ajouterai qu’en utilisant une telle expression, « victoire éclatante », elle avoue en fait que son objectif réel est atteint et qu’il n’était donc pas de gagner. On l’a vue très enjouée le soir du premier tour, comme on l’avait vu danser sur sa défaite en 2017, après le fameux débat. Je n’ai pas pu m’empêcher de noter l’énorme distorsion qu’il y avait entre la satisfaction qu’elle éprouvait visiblement et la peine immense des électeurs d’Hénin-Beaumont. Signe sans doute que la coupure entre les élites et les peuples, qui existe de manière nationale et même internationale, passe aussi au RN.

Jean-Yves Le Gallou : « Immigration, Grand Remplacement… Éric Zemmour a imposé ses thèmes dans le débat » [Entretien]

Guillaume de Tanoüarn : N’était-ce pas le même esprit que l’on a pu constater lors du grand débat Le Pen-Macron, ce soulagement visible de la candidate Marine, à la fin d’une confrontation décevante des deux côtés ?

Jean-Yves Le Gallou : Son objectif manifestement était de faire face sans prendre trop de coups. C’est la raison pour laquelle au début du débat, elle a encaissé les attaques de Macron sans répliquer. Un exemple ? Macron venait de l’accuser d’être liée au pouvoir russe par un prêt en cours de remboursement depuis 2015. Elle avait deux répliques possibles : accuser Macron d’être lui-même au service des réseaux mondialistes américains, à travers l’affaire McKinsey, dans laquelle il apparaît que des millions de données, nous concernant nous Français, ont été fournies à ces cabinets de conseil américains et  finalement par-là, au Pentagone. Item : d’avoir détruit des fleurons industriels français comme Alstom pour satisfaire les Américains qui ont mis dans cette affaire « une pression de dingue ». Mais Marine Le Pen n’a rien fait de tout cela, probablement par peur d’être accusée de « complotisme ». Elle n’a attaqué son adversaire frontalement que sur la question des éoliennes, interdites au Touquet, ce qui restait de l’ordre de l’anecdote. Elle aurait pu aussi accuser Macron de faire une campagne auprès du gouvernement algérien, alors que le président candidat avait envoyé, deux figures de la macronie l’un après l’autre, Darmanin et Castaner, à la Grande mosquée de Paris dont le recteur est nommé par Alger. Elle n’en a rien fait. Tout se passe comme si elle était habitée non par le souhait de sauver la France, mais par le désir de garder, avec la boutique « Rassemblement national », le statut d’ « opposante officielle » du Président.

Elle avait déclaré au Figaro que ce serait sa dernière campagne ?

Jean-Yves Le Gallou : Oubliée cette déclaration de campagne. Elle se voit repartie pour un tour de manège. En avant pour 2027, voire 2032 !

Guerre Russie-Ukraine. La Droite doit attaquer Emmanuel Macron !

Guillaume de Tanoüarn : Eric Zemmour marque, dans sa déclaration après le second tour de la Présidentielle, que c’est la huitième fois que le nom Le Pen est en échec lors d’une grande élection. Ne met-il pas là le doigt sur une forme de malédiction historique ?

Jean-Yves Le Gallou : Avait-il raison de donner l’impression de déterrer si vite la hache de guerre ? La remarque de Zemmour est juste factuellement. Mais pourquoi voir dans ce bilan une malédiction ? Ce qui reste à savoir, c’est s’il est possible de gagner dans un système où la totalité des journaux (Présent et Monde et vie mis à part), et les médias télévisés (au moins TF1, France 2, France 3, M6) roulent pour un seul candidat, où les corps intermédiaires du Medef à la CGT, des syndicats agricoles aux chasseurs, votent pour le même candidat. Comme l’a exprimé l’hespérialiste belge David Engels avec force au dernier colloque de notre Institut Iliade : « Ne nous trompons pas : ce n’est pas par le biais de processus démocratiques conventionnels que nous obtiendrons la victoire […] parce que l’ensemble du système politique actuel, malgré le pluralisme formel, est si unilatéralement dominé par le libéral-gauchisme qu’il rend une victoire électorale globale de la “droite” impossible dans les faits et ne peut donc être qualifié de démocratique que dans une mesure limitée. Qu’il s’agisse de l’orientation gauchiste des médias, de l’école, de l’université, du monde professionnel, des institutions de l’État ou des fonctions politiques : partout, la synchronisation idéologique est telle que seules des infimes nuances de gauchisme semblent être tolérées, tandis que tout mouvement patriotique culturel est soit étouffé, soit désintégré de l’intérieur, soit discrédité ou éradiqué. » Dans le contexte dialectique occidental, le changement par les urnes est impossible à court terme. On notera que les seuls pays qui aient des gouvernements identitaires et conservateurs ont des médias pluralistes, c’est-à-dire qu’à côté des médias financés par Soros, il y a dans ces pays des médias indépendants, à une échelle que l’on ne trouve pas en France. Regardez Victor Orban : pour lui, le combat culturel se prépare dès maintenant, il est pour l’après, quand il ne sera plus au pouvoir. Je ne résiste pas à préciser que l’interventionnisme du président ukrainien Zelensky à l’international, lui a rendu service. Les Hongrois, contrairement aux Français, ne s’y sont pas laissé prendre, sans doute parce que ce sont de proches voisins.

Guillaume de Tanoüarn : Pour finir sur Marine Le Pen, j’irais droit au but : est-elle compétente ?

Jean-Yves Le Gallou : Elle donne l’impression, même quand elle s’est bien préparée comme lors du dernier débat présidentiel, de manquer de confiance en elle sur les sujets techniques. Tout en refusant de s’aventurer par terreur du politiquement correct sur les sujets transgressifs. Mais cette avocate de formation a des qualités politiques majeures : elle sait écraser ses adversaires et purger son propre parti avec une grande constance depuis 2002. Elle n’est pas là où elle est, simplement par hasard ou par héritage. Ses compétences comme « tueuse » ne sont plus à démontrer.

Guillaume de Tanoüarn : Que signifie pour vous cette deuxième victoire – éclatante pour le coup – d’Emmanuel Macron ?

Jean-Yves Le Gallou : Victoire éclatante au vu des chiffres, je veux bien. Mais c’est un pur produit de sa stratégie médiatique depuis cinq ans. Le duel était annoncé depuis cinq ans. Il a suffi de sélectionner Marine Le Pen comme meilleure opposante, de la ménager avant le premier tour, de la tabasser entre les deux tours, en menant un procès médiatiquement unanime en diabolisation et en incompétence. Et de la re-ménager, une fois l’affaire électorale faite, pour qu’elle puisse resservir si besoin dans un nouveau duel.

Victoire de Macron : les 10 commandements des médias, par Jean-Yves Le Gallou

Guillaume de Tanoüarn : Le jeu est le même depuis longtemps. J’ai un ami médecin qui a soigné Jean-Marie Le Pen en 2002 au moment où il a dû se lancer dans une campagne de second tour. C’était exactement la même chose ; « Ils sont très gentils avec moi, disait Le Pen à l’époque en parlant des journalistes, je crois qu’ils veulent me faire monter au second tour ». Dans l’entre-deux tours, oubliées les gentillesses qui avaient pour but de faire passer Le Pen devant Lionel Jospin. Les antifascistes d’opérette étaient remontés comme des pendules. Ce théâtre-là, cette théâtrocratie antifasciste fonctionne encore. Mais le but de Chirac était, grosso-modo le statu quo. Diriez-vous la même chose de Macron ?

Jean-Yves Le Gallou : Macron est un liquidateur, au double sens du mot liquide et liquider. Il promeut une société liquide, où les invariants, les institutions structurantes, les repères français sont appelés à disparaître. Et il se livre à cette liquidation en toute discrétion. Un exemple : Il supprime les grands corps de l’Etat (en ce moment-même les concours du Quai d’Orsay) pour les remplacer par des Cabinets de conseil ; il laisse les fonds de pension faire main basse sur l’industrie française. Il crée de la dette et considère comme parfaitement acceptable un déficit de la balance commercial de 85 milliards d’euros. Voyez la formidable escroquerie de la campagne du Premier tour sur le pouvoir d’achat : la vérité, c’est que quand un pays achète plus qu’il ne vend à l’étranger, il n’a pas d’argent magique à distribuer. Il doit se serrer la ceinture (et serrer la ceinture des citoyens bien sûr) pour payer ses dettes. Et quand il a le choix entre des étrangers et des citoyens, il doit limiter les dépenses d’assistance aux étrangers et à leurs descendants pour ménager les citoyens. La Campagne a laissé l’impression que le meilleur président est celui qui ouvrirait le plus vite le chéquier de la nation. Macron joue ce jeu avec cynisme pour mieux faire sortir la France de l’histoire. Il gagne du temps en augmentant la dette, pour mieux liquider l’identité culturelle de la France, à travers l’éducation nationale (la récente destruction du Bac est tellement flagrante qu’on veut déjà la réformer), les arts et la place toujours plus grande faite aux populations d’origine étrangère.

Guillaume de Tanoüarn : Macron rencontre du point de vue catégoriel, deux succès écrasants : auprès des personnes âgées et auprès des plus jeunes (18-24 ans). Comment expliquez-vous ce double succès d’apparence contradictoire ?

Jean-Yves Le Gallou : Oh ! Très simplement. En ce qui concerne les vieux, c’est la génération soixante-huitarde : ils sont viscéralement progressistes même si ce sont des progressistes installés, ils n’ont jamais vraiment pensé à leur descendance. On a dit que la Du Barry disait au temps de sa gloire ; « Après moi le déluge ». Aujourd’hui cette formule identifie toute une génération – ceux que vous appelez « les personnes âgées » – une génération qui nous a préparé l’enfer par son insouciance. Leurs petits enfants seront minoritaires dans leur propre pays. Quant à ce que vous dites des jeunes qui voteraient Macron, ces 18-24 ans, ce sont les plus sensibles à la propagande d’Etat. Ils s’en guériront avec l’âge et les leçons que la vie ne va pas manquer de leur donner. Pour l’instant le vote des jeunes est la seule « réussite » de l’Éducation nationale.

Les lemmings votent Macron !

Guillaume de Tanoüarn : Que vous évoque la géographie électorale de ce scrutin ?

Jean-Yves Le Gallou : Il faut mesurer à leur juste valeur les analyses de Christophe Guilluy sur l’opposition entre les centres urbains et les périphéries. Je prendrais l’exemple de la Nièvre, un département marqué par François Mitterrand et par le socialisme dans les années 70. J’ai connu une époque où le Front National faisait moins de 5 % dans ces terres qui lui étaient peu favorables. Aujourd’hui, dans la Nièvre, Marine a fait 30 % des suffrages au premier tour et elle arrive en tête du Second tour. On peut, plus ou moins, faire les mêmes remarques sur d’autres départements qui représentent la France périphérique, comme les Ardennes, la Meuse ou les Vosges, dans lesquels Marine Le Pen est également arrivée en tête. A l’opposé, la Seine-Saint-Denis, département phare du FN dans les années 1980, a voté à près de 50 % pour Mélenchon au premier tour et à 75 % pour Macron au second tour. C’est la France du Grand Remplacement. Electoralement, ce concept que la campagne de Zemmour nous permet d’utiliser largement, ne correspond pas seulement à un vote ethnique mais aussi à un vote politique pour le remplacisme, puisque à l’opposé, Marine est arrivée largement en tête dans les départements d’Outre-mer comme la Martinique, la Guadeloupe la Réunion, ou la Guyane.

Guillaume de Tanoüarn : Comment se présente la situation politique à la veille des Législatives ?

Jean-Yves Le Gallou : De la façon la plus simple à travers la coagulation de différents blocs. Il y aura d’abord un bloc centriste, avec la République en Marche, le Modem et les résidus post-sarkozistes des  LR. Il y a ensuite un grand bloc de gauche autour de Mélenchon, auquel se rallieront socialistes et écolos. La sagesse voudrait qu’il y ait en face de ces deux blocs, une union des droites autour de candidatures issues du RN, de Reconquête ou de Debout la France, voire des députés LR du sud, non-ralliés à Macron. Un tel bloc pourrait porter à l’Assemblée nationale entre 100 et 150 députés. Mais l’union dépend de la volonté du plus fort de la faire ou non. Marine Le Pen est à la croisée des chemins et tout indique à l’heure où nous parlons qu’elle ne souhaite pas d’union nationale. Le Rassemblement National, dans ce cas, pourra peut-être prétendre à constituer un groupe à l’Assemblée avec une vingtaine de membres. Cela paraît suffire à la présidente qui, bien qu’elle soit elle-même députée, n’a jamais prisé le combat dans les deux chambres. En outre, elle ne veut pas d’un groupe trop abondant, avec les difficultés dans la gestion des hommes que cela implique. Et enfin, last but not least, disons qu’elle a besoin de renflouer les caisses de son Parti avec un maximum d’électeurs se portant sur les listes du RN. Passera-t-elle au-dessus de ces raisons ? Non, entre sauveuse ou boutiquière elle a hélas choisi. Héritière je suis, rentière je demeure, boutiquière un jour, boutiquière toujours.

La campagne Zemmour vue de l’intérieur par Jean-Yves Le Gallou

Guillaume de Tanoüarn : Quel sera le rôle de Reconquête, puisque vous êtes membre de son Comité politique ?

Jean-Yves Le Gallou : La politique ne consiste pas seulement à gagner des mandats, mais à faire avancer des idées et à gagner des combats, en étant présents à la fois sur les réseaux sociaux et sur le terrain, en multipliant les opérations concrètes, contre l’implantation d’éoliennes, de foyers d’immigrés clandestins, etc. Le combat politique, c’est 365 jours par an et non une fois tous les cinq ans. Il faut continuer à déplacer la fenêtre d’Overton, comme l’a fait Eric Zemmour durant toute la campagne présidentielle. Reconquête n’aura que quelques élus aux législatives. Mais dans deux ans, les élections européennes seront plus favorables à Reconquête, comme aux diverses formations émergeantes. Il suffit en effet d’obtenir 5 % des voix pour faire élire des députés selon un scrutin proportionnel. Il n’y a donc pas de votes utile. Quant à la liste, elle sera simple à composer, recoupant l’actuel Bureau exécutif de Reconquête pour la défense justement de la civilisation européenne et chrétienne. Ajoutons que les européennes ont toujours été favorables aux formations nouvelles et que sociologiquement l’électorat de Reconquête est moins abstentionniste que celui du RN.

Guillaume de Tanoüarn : Quel est ce nouveau Bureau exécutif?

Jean-Yves Le Gallou : Il tient en trois pôles : l’animation des fédérations est confiée à Nicolas Bay secondé par Damien Rieu pour la propagande (il ne faut pas avoir peur des mots !). Les relations politiques, les élus et le porte-parolat sont confiés à Guillaume Peltier. Et les études et la formation sont l’affaire de Marion Maréchal. Chacun a ainsi trouvé sa place de manière assez harmonieuse.

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou, par l’abbé Guillaume de Tanoüarn
05/06/2022

Source : Numéro 1010 de Monde et Vie de mai 2020

Jean-Yves Le Gallou
La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

L’expansion chinoise, enjeu géopolitique majeur

Par Johan Hardoy ♦ Docteur en histoire et diplômé de l'Institut d'études politiques de...

Succès du RN : le Système a perdu une bataille, mais pas la guerre

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation...

Percée du RN aux législatives : l’effet Stade de France ?

Par Pierre Boisguilbert ♦ Sur les plateaux personne n’en a parlé. C’est pourtant, avec la...

Blanquer recalé aux législatives : retour sur un bilan catastrophique

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ C'est la dernière de Blanquer ! Il...

La Macronie et NUPES, une même vision du monde ?

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Sous réserve que le capitalisme mondialiste de la...

Macron et Mélenchon : un mariage pour notre enterrement

Par Clément Martin, membre des Identitaires ♦ Beaucoup de commentateurs ont prétendu que la...

Immigration, climat, Euro… Entretien avec Joana Cotar, députée allemande de l’AfD

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur ♦ En Allemagne, l'AfD...

Le bac, un examen qui ne vaut plus rien

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ C'est la saison du bac ! Le bac ! Ce...

Pourquoi la Droite perd toujours – Explication & solutions [Vidéo]

Par Sunrise ♦ Au lendemain de résultats catastrophiques pour la Droite lors du premier tour...

La droite face à l’impératif culturel

Par Thierry De Cruzy, journaliste ♦ Comment la droite peut-elle gagner les élections quand...