Accueil | Politique | Régionales. Les Républicains explosent en plein vol en PACA

Régionales. Les Républicains explosent en plein vol en PACA

Régionales. Les Républicains explosent en plein vol en PACA

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ Les élections régionales commencent très mal pour Les Républicains qui doivent gérer une crise politique en PACA. Les explications de Pierre Boisguilbert.
Polémia

 

Renaud Muselier menacé par le RN en PACA tente, par une alliance dès le premier tour avec LREM, de sauver son poste à la tête de la région. Pour rappel, le 2 mai, le Premier ministre Jean Castex en personne a annoncé dans les colonnes du Journal du dimanche que la liste LREM, en course dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, se retirait, au profit d’une alliance avec la liste LR portée par Renaud Muselier. Une déclaration qui a fait bondir une grande majorité des Républicains, dont Christian Jacob. Dans un communiqué lapidaire publié sur ses réseaux sociaux, le président du parti de droite a fait savoir qu’il retirait l’investiture LR à Renaud Muselier. Christian Jacob a également pointé les « petites manœuvres électorales » de Jean Castex.

Le début d’un deal en vue de 2022 ?

Les réactions ont été immédiates dans les médias. Ce qui se fait d’habitude entre les deux tours s’est fait cette fois avant le premier. Mais cela va bien au-delà. Muselier sauvé, peut être, par les macronistes, devra bien entendu renvoyer la balle. Il va donc rejoindre le camp Estrosi pour voter Macron dès le premier tour de la présidentielle. L’opération PACA serait ainsi le début d’un deal dont le parrain serait, dit-on dans certaines rédactions, Nicolas Sarkozy. Macron pourrait donc accéder à un deuxième mandat en 2022 pour, en 2027 ,passer la main à un candidat des républicains. On voit que PACA est le nom du premier étage d’une fusée présidentielle.

Le danger de l’explosion en vol est cependant très important. Déjà, Muselier a bien du mal à justifier sa décision au niveau régional. Xavier Bertrand, qui n’est plus LR, annonce sa défaite et la victoire de Thierry Mariani. On aura donc un républicain passé au macronisme face à un Républicain devenu RN. Quand on présente les choses le plus simplement possibles, il reste une évidence : les Républicains risquent de disparaitre. Il y aura bientôt peut-être autour du Niçois Eric Ciotti un parti républicain maintenu, comme il y eut un PSU maintenu. Maintenu mais pas très longtemps. Il faudra voir d’ abord l’impact de l’accord PACA sur les élections départementales et sur les alliances régionales. Ce n’ est certainement qu’ un début.

La fusée explosera-t-elle en vol ?

Dans la région méridionale, cela fait le jeu du Rassemblement National qui apparait comme la seule force face à la Macronie. Mais Muselier a peut-être fait une autre erreur. Voici que le très médiatique maire de Cannes, à qui on prête de fortes ambitions au plus haut niveau, est tenté de sortir du bois. Dans une interview à Nice-matin le 2 mai, David Lisnard, souhaite la formation d’une liste Les Républicains (LR) aux élections régionales pour concurrencer celle de Renaud Muselier. Pour lui, cette liste doit s’inscrire « dans une France d’entrepreneurs et de fonctionnaires de devoir, favorable aux libertés économiques et à l’égalité des chances ». « Je pense que c’est toujours en affirmant des principes et des valeurs qu’on est le plus efficaces, pas en se positionnant par rapport au RN. Et puis l’épouvantail RN, aujourd’hui, ça ne marche plus ! Et il ne faut pas accepter d’être des marionnettes du pouvoir en place », a-t-il poursuivi. Selon lui, le parti regrouperait « des personnes qualifiées, des élus expérimentés tels que Jean Leonetti ou Éric Ciotti mais aussi des jeunes élus talentueux, et des idées qui ne sont pas celles des autres ». Suivez son regard… vers lui-même.

Pour survivre après les débâcles électorales aux européennes et à la présidentielle, Les Républicains conservaient leur groupe parlementaire et leurs élus locaux. Le parti passera-t-il les régionales ? La magouille Muselier en PACA a le mérite de poser la question de l’utilité d’un parti dont les électeurs pensent comme Emanuel ou comme Marine, mais où personne ne pense vraiment à eux et pour eux.

Muselier croit faire barrage au RN pour sauver son poste, il fait en réalité barrage à ses électeurs et risque de les perdre et de faire exploser en plein vol dés le premier étage la fusée à orbiter dans les coins.

Pierre Boisguilbert
03/05/2021

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

17 octobre 1961 : un « massacre » imaginaire, par Bernard Lugan

Par Bernard Lugan, historien spécialiste de l'Afrique, notamment auteur de Algérie, l'histoire à...

Union européenne : taper du poing sur la table, avant de la renverser !

Par Paul Derey ♦ Les critiques de l’Union européenne sont omniprésentes à droite, mais les...

Immigration : comment expulser tous les étrangers en situation irrégulière ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 (3) Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...

L’Union européenne, source de nos problèmes… vraiment ?

Par Paul Derey ♦ L’ancien commissaire européen et deux fois ministre des Affaires...

Fact checkers ou désinformateurs ? Trois questions à Jean-Yves Le Gallou

Entretien paru par l'Observatoire du journalsime ♦ “Fact checkers”, vérificateurs,...

Éric Zemmour a raison, la guerre des prénoms a bien un sens

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous constatons une focalisation sur les propos d’Éric...

« Grandeur et décadence de l’Europe », plaidoyer pour la longue mémoire identitaire

Par Johan Hardoy ♦ Écrivain et historien bien connu de Polémia, Dominique Venner est...

Quand l’idéologie médiatique récupère Bernard Tapie

Par Pierre Boisguilbert ♦ Emporté par un cancer le 3 octobre à l’âge de 78 ans, Bernard...

Zemmour versus Marine Le Pen – La diabolisation : s’y soumettre ou y faire face ?

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ La présidentielle s'annonce...

« La France n’a pas dit son dernier mot » – Éric Zemmour entretient le suspense

Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe...