La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Société | « Présent » face au monstrueux arbitraire des « aides à la presse »

« Présent » face au monstrueux arbitraire des « aides à la presse »

« Présent » face au monstrueux arbitraire des « aides à la presse »

par | 18 juillet 2022 | Politique, Société

Par Camille Galic, journaliste et essayiste ♦ Le 30 juin, acculé par la crise découlant du manque d’intérêt croissant du public pour la chose écrite et frappant tous les journaux dépourvus de ressources publicitaires, le quotidien Présent a dû cesser sa parution pour reparaître en septembre, sans doute sous la forme hebdomadaire. Un crève-cœur pour cette publications fondée en 1982 et qui, depuis lors, n’avait jamais connu la moindre interruption mais qui a toujours été scandaleusement ostracisée par l’État, si généreux avec l’anarcho-bancaire Libération, La Croix et surtout L’Humanité, comme on le lira ci-dessous dans un article mis en ligne le 12 juillet. En attendant en tout cas la rentrée, rendez-vous en tout cas sur le site present.fr où, depuis le 1er juillet, les collaborateurs du journal commentent chaque jour — et bénévolement — l’actualité.

Présent ostracisé

En 2019, sous le prétexte ô combien fallacieux que son prix au numéro (1,80 €) était trop bas, l’État avait mis Présent en péril en lui supprimant brutalement la subvention, de 140 000 euros dans son cas, réservée aux quotidiens ne bénéficiant pas, ou que très peu, de ressources. Et ce n’est qu’à la suite de multiples et coûteuses démarches, que cette subvention fut rétablie en 2021, mais diminuée de moitié.

De manière tout aussi arbitraire, la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) excluait en mai dernier de ses registres l’hebdomadaire Rivarol, avec pour effets une multiplication par dix du taux de TVA sur chaque exemplaire vendu et un quadruplement des tarifs postaux pour les abonnés (le référé- suspension déposé contre cette décision inique a été rejeté le 5 juillet).

Le quotidien Présent face à la censure de Facebook

En revanche, l’Observatoire du journalisme (OJIM) nous apprend l’obtention par le magazine féminin et surtout ultra-féministe Elle du très envié statut d’IPG, Presse d’information politique et générale, permettant d’avoir accès aux aides du Fonds stratégique pour le développement de la presse (FSDP). « Un véritable scandale pour un journal qui est essentiellement composé de publicités directes et encore plus de publicités indirectes sous forme de reportages inspirés ou de mentions rémunérées de produits », s’indigne à juste titre l’OJIM qui précise que la demande du magazine, aujourd’hui propriété du milliardaire tchèque Daniel Křetínský, « a été acceptée avec l’appui actif (source Lettre A) des représentants du ministère de la Culture, qui composent la moitié de la Commission paritaire ». Cette libéralité réussira-t-elle à sauver Elle en butte à la concurrence des innombrables « influenceuses » sévissant sur Internet ?

Si Křetínský rit, Denis Olivennes, directeur général de Libération, pleure quant à lui misère car ce quotidien pourtant choyé par les banques a encore et urgemment « besoin de 15 millions d’euros pour couvrir ses pertes sur les trois prochaines années ». L’affliction de M. Olivennes devrait être de courte durée : nul doute que, malgré la dégringolade continue des ventes, le Pouvoir et ses amis nababs mettront — une fois de plus — la main à la poche.

« Pluralisme » : 3,5 millions pour L’Huma, une misérable obole pour Présent

Dans son édition du 12 juillet, La Lettre A nous apprend d’ailleurs que s’il est dépensier, le journal naguère parrainé par Jean-Paul Sartre reste bien protégé. Sur les 117 millions d’euros budgétés en 2021 par l’État via le ministère de la Culture et de la Communication, où Roselyne Bachelot vient de céder la place à la Franco-Libanaise Rima Abdul-Malak, pour assurer « le pluralisme, la diffusion et la modernisation de la presse », seuls 97 millions ont été effectivement distribués, l’aide au susdit pluralisme étant la moins bien servie avec 19% des crédits seulement. Conclusion de La Lettre A : « Cette sous-consommation a fait les affaires de La Croix, Libération et l’Humanité » car, dans l’aide aux quotidiens à faibles ressources publicitaires, « la rue de Valois continue à calibrer pour [ces] trois titres », qui se sont donc partagé 9,2 millions d’euros.

Présent privé de subvention… parce qu’il n’est pas assez cher !

Pactole dont le vingtième aurait été suffisant pour sauver Présent …Alors que L’Humanité perçoit une moyenne de 3,5M€ millions d’euros par an et que l’État, bon prince, avait déjà annulé en 2017 sa créance de 4 millions d’euros (dette vis-à-vis de l’Urssaf et autres organismes sociaux) sur le quotidien communiste.

Les lecteurs, les salariés et les bénévoles de Présent étant aussi des contribuables, dont les impôts financent donc les largesses réservées aux happy few de la presse écrite comment ne seraient-ils pas révoltés par le monstrueux arbitraire qui, censé régir les aides à la presse et le pluralisme de celle-ci, a condamné à mort le seul quotidien vraiment national ?

Camille Galic
18/07/2022

Camille Galic
La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Vers un effondrement généralisé en France ? Constats et solutions [Dossier]

Par André-Victor Robert, haut fonctionnaire ♦ Polémia vous propose aujourd'hui un dossier...

La France de Macron, une dictature post-démocratique

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Ukraine : bienvenue dans le monde réel !

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

« Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » : slogan éculé et mensonger

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

« Leitkultur » : y a-t-il une culture typiquement allemande ?

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur ♦ La « Leitkultur » est un...

Des sanctions contre Moscou ou contre nous ?

Par Camille Galic, journaliste et essayiste ♦ Exigées par Volodymyr Zelensky et imposées...

Habermas et l’hypothèque idéologique allemande

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Contentieux des étrangers : une justice administrative proche de l’embolie

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le conseil d’État...

Victoire de Macron : les 10 commandements des médias, par Jean-Yves Le Gallou

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Guerre en Ukraine : le vrai « Great Reset »

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...