Accueil | Exclusivité Polémia | Pourquoi les antispécistes veulent abattre les abattoirs

Pourquoi les antispécistes veulent abattre les abattoirs

Pourquoi les antispécistes veulent abattre les abattoirs

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ La diversité de l’information n’existe pas dans les médias installés. La multiplication des chaines n’a fait qu’aggraver, en le multipliant en copié-collé, le discours unique et on n’y échappe pas.


Culpabiliser et terroriser

Ainsi des projecteurs braqués ces derniers jours sur les abattoirs. Ce n’est bien entendu pas innocent. A travers des cas réels, incontestables et qui s’expliquent par la difficulté de ce métier et des conditions de proximité au travail comme en hébergement des salariés, le message essentiel était ailleurs. Avec une hypocrisie partagée, et l’air de poser des questions aussi évidentes qu’objectives, on a semé le doute sur le rapport entre la viande et l’épidémie. Est-ce bien prudent de manger de la viande ? Voilà ce qui était sous entendu.  Voilà ce que l’on voulait insinuer dans l’esprit du téléspectateur. Puisque le virus est passé de l’animal à l’homme sur un marché chinois, semble-t-il, pourquoi le danger ne serait-il pas avec tous les animaux de nos campagnes ?

Le lobbying anti-viande est de plus en plus puissant dans les médias et il  y a une exploitation permanente de l’actualité par des journalistes qui mâchouillent des graines en réclamant la légalisation du cannabis. Tout le monde a le droit d’être végétarien ou végétalien mais cela ne donne pas un diplôme sanitaire ni le droit d’empêcher les autres de manger différemment.  Parce qu’ils refusent la viande, ils veulent culpabiliser ceux qui en consomment, c’est le cas de Nagui, déjà cité ici, ou de Morandini et de tant d’autres. Mais pour les bienfaiteurs de l’humanité, cela ne va jamais assez vite. Les discours moraux ne suffisant pas, faute de culpabiliser suffisamment on sait qu’on peut faire bien mieux en terrorisant. La viande déjà présentée comme cancérogène serait un pont pour les virus vers les humains. Il faut donc tout simplement arrêter d’en manger. Cela va bien au-delà  des mouvements qui veulent à juste titre dénoncer des souffrances inutiles imposées aux animaux, seraient-elles religieuses. Cela est une façon d’imposer l’antispécisme dans les assiettes comme une prudence sanitaire.

L’antispécisme, frontière ultime de l’antiracisme 

Dans sa dernière édition, le dictionnaire Robert a intégré les termes « spécisme » et « antispécisme », reconnaissant ainsi que leur emploi dans la langue se popularise. Le spécisme postule une hiérarchie entre les espèces, ce qui ne donne pas un droit à la maltraitance. L’antispécisme, c’est l’extension du principe d’égalité au monde animal. On l’aura compris, pour l’idéologie de l’anti-discrimination, c’est la frontière ultime de l’antiracisme. 

L’absurdité de l’antispécisme démontrée dès… 1965 !

Nos filières animales déjà touchées par des pressions, menaces et actes parfois de terroristes verts n’ont pas été épargnées par le confinement. Il y a danger pour cette profession enracinée dans les traditions qui font, avec le goût, l’identité française. A l’heure de la relance économique si fragile, jeter le doute sur la consommation de viande est un mauvais coup porté à nos concitoyens ruraux et au consommer français qu’on vante tant. Le retour à la tradition et à la proximité passe par nos bouchers. La souveraineté passe par la liberté de son assiette et le soutien à nos éleveurs. Se fera-t-on bientôt insulter dans les restaurants pour s’être délecté d’un tartare ? Les talibans de la bouffe vont se servir de la pandémie pour montrer du doigt les viandards, sorte de nazis dévorant leurs victimes.

Cet exemple montre bien que, dans les médias rien n’est jamais innocent, que tous les sujets qui peuvent être instrumentalisés idéologiquement sont montés en épingle et traités, partout à la même heure, de la même façon.

Pierre Boisguilbert
20/05/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Blanquer à l’Éducation nationale, la dictature en marche

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ C'était couru d'avance ! Pour qui...

Les médias veulent descendre Éric Zemmour

Par Pierre Boisguilbert ♦ Depuis plusieurs jours, l’offensive politico-médiatique contre...

« Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » : slogan éculé et mensonger

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ « Les immigrés font le boulot...

États-Unis : le vent de la défaite souffle dans le camp démocrate

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Les démocrates sur la sellette attendent...

BHL-Zemmour : devoir de mémoire contre devoir d’histoire

Par Pierre Boisguilbert ♦ Eric Zemmour aime les Français, Bernard-Henri Lévy hait « tout ce...

17 octobre 1961 : un « massacre » imaginaire, par Bernard Lugan

Par Bernard Lugan, historien spécialiste de l'Afrique, notamment auteur de Algérie, l'histoire à...

Union européenne : taper du poing sur la table, avant de la renverser !

Par Paul Derey ♦ Les critiques de l’Union européenne sont omniprésentes à droite, mais les...

Immigration : comment expulser tous les étrangers en situation irrégulière ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 (3) Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...

L’Union européenne, source de nos problèmes… vraiment ?

Par Paul Derey ♦ L’ancien commissaire européen et deux fois ministre des Affaires...

Fact checkers ou désinformateurs ? Trois questions à Jean-Yves Le Gallou

Entretien paru par l'Observatoire du journalsime ♦ “Fact checkers”, vérificateurs,...