La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Exclusivité Polémia | « Populisme : les demeurés de l’histoire » de Chantal Delsol

« Populisme : les demeurés de l’histoire » de Chantal Delsol

« Populisme : les demeurés de l’histoire » de Chantal Delsol

Pierre Le Vigan, urbaniste, essayiste, auteur de nombreux écrits qui portent sur l’histoire des idées et la philosophie.

♦ Pourquoi un certain type d’attitudes politiques est-il taxé de « populisme » ? Pourquoi ce mot signifie-t-il pour les médias inculture la plus crasse, fermeture d’esprit, réflexes nauséabonds, intolérance et arriération mentale ?

C’est qu’une partie importante du peuple défend l’enracinement et la stabilité, ou encore la prudence en matière sociétale, au rebours des valeurs des élites : le mondialisme et le nomadisme.

 

Le partisan du populisme est ainsi l’idiotès, celui qui ne voit que le particulier, pas plus loin que le bout de son nez, ou de sa patrie, ou de sa culture, et cela au lieu d’être « ouvert » (pardon, open) au changement, à l’ « autre », à « ce qui bouge ». Les partisans du populisme sont ainsi généralement taxés de suppôts de l’extrême-droite (sauf par la très raisonnable Radio Vatican et il faut le saluer), ou, au mieux, d’être de  la « droite extrême », ou « à la droite de la droite ». Les populistes sont ainsi assimilés aux ennemis de la démocratie. Pourtant, le programme des partis dits populistes est généralement on ne peut plus clair par rapport à la démocratie. Ils réclament non pas la suppression de la démocratie et des élections, mais plus de démocratie. Ils revendiquent la proportionnelle – qui n’a pas que des avantages surtout quand elle est intégrale – mais dont on ne peut dire qu’elle soit antidémocratique. Elle est d’ailleurs majoritairement présente dans les pays de l’Union européenne. Ils réclament le référendum d’initiative populaire et le retour à la souveraineté nationale. « Le populisme serait donc le sobriquet par lequel les démocraties perverties dissimulent vertueusement leur mépris pour le pluralisme » note Chantal Delsol. Et dissimulent leur mépris pour le peuple ?

Pierre Le Vigan
26/03/2015

Chantal Delsol, Populisme. Les demeurés de l’histoire, éditions du Rocher, 266 pages.

Voir aussi sur Polémia : « Populisme, mouvements dissidents : le grand basculement qui vient »

Correspondance Polémia – 29/03/2015

Image : 1re de couverture

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

La France s’effondre et les médias regardent ailleurs

Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe...

Tyrannie, déclin, immigration… Vers un nouveau quinquennat Macron infernal

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Grand Remplacement. Les mensonges d’un journaliste de Marianne

Par Nicolas Faure, animateur du média Sunrise ♦ Dans une courte vidéo, Nicolas Faure...

Covid-19 : un exemple de manipulation de l’opinion, par Jean-Yves Le Gallou

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Réchauffement climatique – Enquête sur une manipulation mondiale

Par Johan Hardoy ♦ Alban d'Arguin – qui a notamment publié Éoliennes : un scandale d’État –...

Le délitement du cérémonial

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Ukraine : qui ment, et pourquoi ?

Par Camille Galic, journaliste et essayiste ♦ Qualifiée de « propagandiste de Poutine » par...

« En Allemagne, le Grand Remplacement avance ! » – Entretien avec Thilo Sarrazin

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Face au Grand Remplacement, l’exode blanc ?

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant...

Darmanin ministre de l’Intérieur ? Non, juste une pagnolade…

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ Dans un texte au vitriol...