Accueil | Société | Politiquement incorrect, un danseur étoile interdit à l’Opéra de Paris

Politiquement incorrect, un danseur étoile interdit à l’Opéra de Paris

Politiquement incorrect, un danseur étoile interdit à l’Opéra de Paris

par | 4 février 2019 | Société

Par Paul Rignac, essayiste et écrivain ♦ Le danseur russe prodige Sergeï Polunin est interdit d’opéra de Paris pour délit d’opinion. Dans la post-démocratie macronienne, le culturellement correct est bien pire que la pudibonderie bourgeoise du XIXe !


Le danseur russe Sergeï Polunin vient de se voir signifier une interdiction de séjour à l’Opéra de National de Paris où il était invité à interpréter le rôle de Siegfried dans Le Lac des Cygnes. Les causes invoquées dans la presse pour cette rupture sont des propos homophobes et des propos grossophobes (sic) tenus par lui sur différents médias et réseaux sociaux. Circonstance aggravante, il serait un admirateur de Vladimir Poutine.

Ce jeune danseur (29 ans) d’origine ukrainienne, récemment naturalisé russe, est présenté par les médias comme un mauvais garçon, le bad boy de la danse classique. Seulement, il y a des limites à l’expression d’une “mauvaise vie”. Le XIXe siècle avait sa pudibonderie bourgeoise, les temps modernes ont inventé, pour la remplacer, le culturellement correct. Il y a de nouveaux tabous dont la transgression entraîne la mort sociale du coupable, même dans un monde artistique qui se veut souvent transgressif. La condamnation est sans appel, d’ailleurs il n’y a pas de tribunal, pas de jury, même pas de débat, juste une sanction arbitraire.

Au-delà de l’apparence provocatrice et parfois contestable que Polunin aime à adopter, il faut tout de même savoir que l’on est en présence d’un des artistes les plus extraordinaires de sa génération. Afin de s’en faire une idée, j’invite le lecteur à se rendre sur Youtube pour regarder une vidéo qui totalise à ce jour vingt-six millions de vues : Polunin dansant “Take me to church”.

Sergei Polunin, "Take Me to Church" by Hozier, Directed by David LaChapelle
Lire cette vidéo sur YouTube.

Sergeï Polunin a quelque chose de plus que les autres. On n’y peut rien, c’est comme ça, il crève l’écran et il brûle les planches. Il fait sienne l’histoire qu’il raconte en dansant, au point de sembler précéder la musique qui l’accompagne, comme s’il la créait en même temps qu’il la danse. Jamais en pause, il est en perpétuel mouvement guidé par une pensée et des sentiments qui n’appartiennent qu’à lui au moment où il danse, tout cela servi par une technique époustouflante dont les sauts prodigieux ne sont qu’une des multiples facettes.

Mais, en France, de nos jours, il y a plus important que d’être artistiquement génial, il faut d’abord être culturellement correct. Alors, sans débat, sans confrontation avec l’intéressé, on le rejette encore plus violemment que lui-même ne critique les homosexuels et les gros. Ses propos sont souvent ineptes, voire blessants, mais si l’on interdisait de scène tous les artistes qui profèrent publiquement des inepties…
En ce qui concerne les homosexuels, Polunin aurait dit, en substance, qu’il y a suffisamment de ballerines dans un ballet classique pour que les hommes s’y comportent en hommes et pas en femmes… Il y a pour le moins un manque d’élégance à stigmatiser ainsi certains de ses collègues, mais est-ce un motif valable d’exclusion ? On peut voir dans la sanction qui lui est infligée un effet direct de la théorie du genre, devenue “loi et prophétie” dans une société soumise à une nouvelle religion dont la tolérance n’est pas la première vertu. Il est donc désormais interdit de dire qu’un homme doit agir en homme. Censurons vite Frédéric Mistral qui fait dire au père de Mireille : “Un père parle en père, un homme agit en homme” !

L’exclusion dont ce danseur est frappé en raison de ses opinions et de ses idées politiques n’est pas seulement incongrue, elle est terriblement angoissante quant à l’état de la liberté d’expression dans notre pays. On est moins exigeant avec certains rappeurs qui tiennent ouvertement des propos racistes et lancent des appels au meurtre. Deux poids, deux mesures pour une indignation sélective et une sanction arbitraire. Heureusement, le talent de Polunine est tel qu’il faudra beaucoup plus coriace que la petite bien-pensance politico-médiatique française pour l’empêcher de s’exprimer mondialement dans un art qu’il maîtrise à la perfection.

Paul Rignac
04/02/2019

Source : Magistro.fr

Crédit photo : Allan warren [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

In memoriam Gilles Soulas, agence tous risques de la droite nationale

Militant politique engagé dès ses 14 ans, combattant de la liberté au Liban aux côtés des Forces...

Éric Zemmour. Premier chapitre : de l’action !

Par Antoine Solmer, médecin spécialiste (retraité), écrivain, essayiste ♦ Le livre d'Éric...

Marion Maréchal en Hongrie : Viktor Orbán à l’avant-poste de la résistance

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Ce jeudi 23 septembre...

Quand les gènes gênent. Pour en finir avec la fable multi-ethnique de la France

Par la Cocarde Étudiante ♦ « Le problème n’est pas que la France soit multiethnique, elle...

Sous-marins australiens : une rupture liée à la Nouvelle-Calédonie ?

Par Pierre Boisguilbert ♦ Dans ce dossier de rupture de contrat des sous- marins...

Habermas et l’hypothèque idéologique allemande

Par Gérard Dussouy, professeur émérite des universités, essayiste ♦ Polémia suit...

Mots gaulois et mots arabes, halte aux mensonges !

Par Jacob Maxime, diplômé de science politique, coauteur avec Fiorina Lignier du livre Tir à vue...

Drame chez LR ! La « droite » ne peut officiellement soutenir son candidat naturel, Macron

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ La droite LR a un candidat naturel pour...

Zemmour sur la peine de mort : une rupture nécessaire avec l’idéologie dominante

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ « Le débat sur la peine de...

Immigration : comment en finir avec les frontières passoires ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...