Bobards d'Or 2022
Accueil | Politique | Mépris du droit

Mépris du droit

Mépris du droit

par | 24 janvier 2017 | Politique, Société

Michel de Preux, écrivain et essayiste suisse

♦ L’idéologie est un facteur de dissolution de la pensée, et cela se vérifie en particulier dans l’interprétation et l’application du droit. La directrice du FMI vient d’être reconnue coupable de négligence dans sa gestion du dossier Bernard Tapie, mais… sans peine prononcée! Qu’est-ce à dire? Qu’il y aurait eu effectivement délit? Cela ne se peut, car la caractéristique de toutes les infractions contre le patrimoine est d’être nécessairement intentionnelles.

On ne peut, en effet, commettre ni un vol, ni une escroquerie, ni un abus de confiance, ni aucune autre infraction de cette nature par négligence.

Si donc il y a eu, de la part de Madame Lagarde, effectivement négligence, le non-lieu s’imposait et l’acquittement public aussi! En procédant autrement, les juges de Madame Lagarde ont reconnu contre elle, sans aucun droit, une négligence.


Toute la presse aurait dû, si elle était respectueuse du droit à l’information du public, dénoncer l’arbitraire d’une telle sentence, visiblement dictée par des considérations exclusivement politiques et idéologiques. L’acquittement pur et simple était un droit de la personne arbitrairement poursuivie pour un délit qui n’existe pas. Ces juges, en donnant l’impression qu’il y avait tout de même délit, ont fait fléchir le droit. Quelle sécurité aurons-nous encore dans la loi interprétée par de tels magistrats? La question se pose désormais.

Second exemple: une femme ayant vécu quarante-sept ans avec son mari, homme violent nous dit-on, Jacqueline Sauvage, est très naturellement condamnée pour meurtre, les circonstances de celui-ci excluant la légitime défense. Cette personne est néanmoins graciée par François  Hollande. Il n’est pas question ici de contester le droit de grâce présidentielle en France, héritage notoire de l’ancienne monarchie, mais cet héritage ne porte aucune atteinte à l’autorité judiciaire puisque la personne graciée demeure coupable. La grâce n’est pas un acquittement et ne porte nulle atteinte à l’autorité de la chose jugée.

Il n’empêche que, dans ce cas précis, la note idéologique féministe dénature l’exercice du droit de grâce. En effet, imaginons le cas inverse: un homme aurait tué sa femme parce que celle-ci lui aurait rendu la vie impossible durant quarante-sept ans. Qu’aurait-on entendu si cet homme, justement condamné pour meurtre, avait été gracié par un président de droite?

Par l’idéologie, on fait donc passer dans l’opinion tous les fléchissements du droit. Jacqueline Sauvage n’est-elle pas venue dire à la télévision, sur France 2, qu’elle ne se sentait pas coupable?

Un exercice aussi orienté de la grâce présidentielle n’est pas seulement dangereux. Il conduit peu à peu à la destruction d’une société, à la perte totale de confiance dans la protection qu’elle est censée respecter et maintenir de tous par une application non équivoque du droit.

La politisation de la justice par les magistrats eux-mêmes et celle du droit de grâce par le premier d’entre eux en France aura inéluctablement pour conséquence lointaine mais certaine, si elles persistent, à prononcer de fait la mort d’une société. En prendre conscience, c’est déjà combattre efficacement ce poison.

Michel de Preux
Janvier 2017

Source : Le Pamphlet, périodique indépendant, n°461, Janvier 2017

Correspondance Polémia – 24/01/2017

Image : les échappées du droit, Mesdames Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) et Jacqueline Sauvage, graciée par le président Hollande.

© Le Pamphlet 2016
Rédacteur responsable: Mariette Paschoud
Rédaction et administration: case postale 998, 1001 Lausanne (Suisse)
CCP 10-25925-4 / IBAN: CH59 0900 0000 1002 5925 4 (BIC: POFICHBEXXX)
Contact: courrier@pamphlet.ch

Licencié en droit, Michel de Preux se consacre à la philosophie politique, à l’essai historique et généalogique, au récit et à la nouvelle. Il diffuse également depuis 1997 La lettre de Michel de Preux qui traite de problèmes de société. Il collabore au périodique lausannois Le Pamphlet.

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Le « turn-over » des cadres au RN : l’autre échec de Marine Le Pen

Par Camille Perez, juriste ♦ Alors que les sondages semblent favorables à Marine Le Pen,...

L’État de droit ou la tyrannie juridique du politiquement correct, par Bruno Mégret

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦ Depuis quelques années,...

Bobards 2022. Boba’réa : Gilbert Deray, docteur maboule ?

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...

Bobards d’Or 2022. Bobard représentatif

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...

Bobards d’Or 2022. Bobard Mise en Seine

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...

Bobards d’Or 2022. Bobard sale Bouleau

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...

L’immigration extra-européenne est repartie fortement à la hausse en France en 2021

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ La déferlante...

Bobards d’Or 2022. Les « fact-checkeurs » de BFM se font violence

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...

Expulsions de clandestins en baisse : Covid et manque de fermeté politique

Par André Posokhow, consultant spécialiste de l’immigration ♦ À quelques semaines des...

Bobards d’Or 2022. Tribune des généraux : Bobard 3 étoiles

La cérémonie des Bobards d'Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de...