Accueil | Géopolitique | Mali : l’enlisement et le piège

Mali : l’enlisement et le piège

Mali : l’enlisement et le piège

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ La lutte contre le fondamentalisme musulman en Afrique noire se heurte à la corruption et l’inefficacité des régimes qui soutiennent si mal les efforts militaires de la France. Le dernier coup d’État au Mali démontre, une fois de plus, que les armées africaines, le plus souvent incapables de faire face aux menaces terroristes (exception, un temps, pour le Tchad), ne sont efficaces que pour des putschs ou des révolutions de palais.

Mais ces pronunciamientos peuvent avoir de lourdes conséquences. Le souvenir de 2012 reste dans les esprits. Le putsch qui avait renversé Amadou Toumani Touré avait accéléré l’offensive des terroristes filant vers la capitale. On connaît la suite : en janvier 2013, le président français François Hollande lance l’opération Serval pour protéger Bamako et reconquérir le Nord. Il encourage ensuite la tenue, dès l’été, d’une élection présidentielle. On s’est trop pressé pour apparaitre, comme toujours, comme le pays des avancées démocratiques sans tenir compte des réalités profondes religieuse et tribales du terrain. L’élection triomphale d’Ibrahim Boubacar Keïta, il y a sept ans, avait fait naître l’espoir illusoire d’un redressement de la nation. La situation n’a fait que se dégrader. L’enlisement débouche sur un piège qui se referme sur la France de Macron, héritière de la victoire à la Pyrrhus de Hollande.

Au lendemain du coup d’État qui a renversé le président Keïta, l’état-major français, qui déploie 5100 hommes au Mali pour lutter contre les groupes terroristes au Sahel, assurait que «les opérations ne sont pas interrompues». Les combats se poursuivent, dit-on donc, pour ne pas laisser croire aux djihadistes qu’ils pourraient profiter de l’instabilité régnant à Bamako. C’est pour eux cependant une bonne nouvelle : la légitimité de la présence française, déjà contestée, est encore plus affaiblie.

Engagées depuis sept ans dans la lutte contre le terrorisme islamiste au Sahel, les troupes françaises cherchent à passer le relais aux forces locales, sans trouver les structures de pouvoir politique suffisamment solides pour le faire. L’Elysée rappelle qu’au sommet du G5 Sahel de Nouakchott en juin, Emmanuel Macron était « fortement intervenu » auprès du président malien pour lui demander de régler les problèmes liés à la contestation des élections législatives. Encore une fois, on était dans le virtuel idéologique au mépris de l’Afrique réelle

Le colonel Assimi Goita s’est présenté comme le chef de la junte qui a renversé Keita . Cet officier d’une quarantaine d’années est issu du Prytanée militaire de Kati qui, dans la banlieue de Bamako, forme les meilleurs éléments de l’armée et il est également diplômé de l’Ecole inter-armes de Koulikoro, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale. Il était jusqu’ici le patron des Forces spéciales maliennes basées dans le centre du pays, une région en proie depuis 2015 à des violences djihadistes et intercommunautaires. Il parait assez populaire et rassurant pour les Maliens, malgré l’absence de bons résultats. L’armée est régulièrement humiliée par les attaques sanglantes des terroristes. La plus spectaculaire, contre le camp d’Indelimane, le 1er novembre 2019, a fait une cinquantaine de morts dans ses rangs.

Le soutien des forces étrangères ,que ce soit Barkhane ou la MINUSMA, ne semble rien changer à l’affaire. Surtout que cette armée « noire » est traversé par des tensions ethniques et une coopération contre-nature. Une armée dite « reconstituée », composée à ratio égal des forces armées maliennes, des combattants de l’ex-rébellion et des groupes armés pro-gouvernement. Contrainte de partager le territoire avec les Touareg, l’armée rechigne à le faire. Un rapport de l’ONU rendu public récemment, accuse une partie de l’état-major malien d’avoir retardé la mise en place de ce processus de paix dans le nord du pays. Pour certains, le coup d’Etat est une reprise en main des éléments ethniques sédentaires « africains ».

La chute du « président des Français » est un échec pour le Mali mais aussi pour Paris. On fait pression sur les militaires au nom de l idéologie de la démocratie élective qui, en Afrique, débouche chaque fois sur la confiscation du pouvoir par des clans et la corruption pour leur clientèle. Comment combattre sans le soutien de la population un terrorisme fondé sur le rigorisme religieux ? Le temps joue contre le France et si la question de partir ne se pose pas, on est coincé ; celle de rester devra être examiné à la lumière de la nouvelle situation et non pas au prisme de la propagande démocratique qui ne passe plus depuis longtemps.

Pierre Boisguilbert
22/08/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Le Frexit : une impasse politique et civilisationnelle

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

« Un traître mot » de Thomas Clavel : anticipation glaçante de notre monde

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°315 – Des bobards médiatiques au service de la dictature sanitaire ?

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Le nouveau pacte européen sur les migrations, une menace pour la France et l’Europe

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La présidente de la Commission européenne, Ursula von der...

Jeunesse trépidante et tentation fasciste… L’avant-guerre de Robert Brasillach

Par Camille Galic, journaliste, essayiste ♦ Des sept couleurs composant la palette de...

« Manuel de lutte contre la diabolisation », l’arme affutée de Jean-Yves Le Gallou

Par Rémi Soulié, auteur de Racination ♦ Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation...

Covid-19. 123 morts en 24 heures, la « fake news » de la peur

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

I-Média n°314 – Deux journalistes menacées de mort par des islamistes

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Beaucoup de musulmans étrangers vivant en France votent islamiste

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La France compte la plus importante communauté musulmane...

Face à l’Iran, les pays sunnites se rapprochent d’Israël grâce à Donald Trump

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...