Articles

Macron, ses réformes et sa légitimité : le dilemme des nationaux

Macron, ses réformes et sa légitimité : le dilemme des nationaux

Par André Posokhow, consultant ♦ Depuis son élection, Emmanuel Macron est en butte à des attaques, des invectives et une baisse de popularité plus pour ce qu’il est que pour ce qu’il fait. Élu légalement, sa légitimité apparaît fragile. Avec énergie et dynamisme il a lancé un train de réformes, d’esprit libéral, certes, qui ont le mérite de vouloir rompre avec le socialisme pratiqué dans notre pays depuis 1974. Il y avait nécessité et urgence. Mais cela ne lui ouvrira-t-il pas la voie vers une politique de dissolution de la France dans le grand magma mondialiste et européiste et de soumission servile à l’Allemagne ?


Depuis son élection en mai dernier et son entrée en fonction après les élections législatives, le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a fait l’objet de critiques, d’attaques et d’invectives, notamment de la part de notre camp, le plus souvent justifiées et parfois méprisantes.

A) La cible Macron

Les zones d’ombre gommées

Curieusement les vraies zones d’ombre du personnage, évoquées mollement pendant la campagne présidentielle, semblent gommées, presque effacées : le financement de sa campagne, ses déclarations de ressources et de fortune, ses liens avec Mathieu Gallet, un éventuel compte off-shore.

Une personnalité vilipendée

En revanche, à gauche comme à droite sa personnalité est mise en cause : séducteur, arrogant, machiavélien, autocrate, démagogue et, surtout, d’une manière risible jupitérien sans que l’on se rende compte que ce dernier surnom pourrait tourner à son avantage.

Il a été comparé à Kerenski ou à Sarkozy. On annonce son hollandisation.

Son autoritarisme est mis en cause, d’ailleurs à juste titre, dans l’affaire du général de Villiers. D’un autre côté, qu’il ait tort ou raison, il semble suivre sa route et appliquer son plan sans tenir compte de critiques politiciennes, comme dans l’affaire de l’ISF. Sur ce plan sa conduite nous change de celle des ectoplasmes qui l’ont précédé.

Une communication fréquemment tournée en ridicule

Ses discours sont jugés verbeux et creux. Valeurs actuelles a publié une brève anthologie des macronades : les ouvrières bretonnes illettrées, travailler pour se payer un costard, les fainéants et les cyniques auxquels il ne cédera rien, ceux qui foutent le bordel en Corrèze.

On peut ajouter la qualification de la Guyane comme une île et sa datation du vote des femmes au début du XXe siècle.

Les traits fusent de partout

Selon Rioufol, Macron c’est le syndrome de l’autruche, et l’univers du macronisme, déjà manichéen, est une bulle. Pour certains la faculté de Macron à se déguiser en fait le Frégoli de l’Elysée. D’autres se demandent jusqu’où et jusqu’à quand le marketing politique pourrait vendre du vide et si Macron est un président ou un gourou.

La chute de popularité et les doutes

De manière répétitive la chute de Macron dans les sondages est soulignée dans les médias et Gilles-William Goldnadel interpelle le président : « M. Macron, la France ne doute pas d’elle-même, mais de vous. »

Une légitimité incertaine et fragile

De fait, la légitimité de Macron est fragile à deux titres :
– son élection est le fruit du vote d’une minorité d’électeurs inscrits et d’une abstention massive. Il le sait bien ;
– il n’a pas été élu mais désigné par l’oligarchie financière mondiale et française grâce à un coup d’Etat médiatico-judiciaire. Aujourd’hui les coups d’Etat ne se font plus avec des baïonnettes comme sous Napoléon III mais avec des juges et les médias.
En revanche, ce que les analystes semblent ne pas voir c’est qu’il est possible que Macron soit en train d’affermir sa légitimité et de l’imposer à l’opinion française grâce à ses réformes économiques et à son dynamisme.

B) La construction d’une légitimité

Oui, il y a urgence pour la France, et ce depuis des lustres. Dès le début de l’été, Macron et son gouvernement ont lancé d’une manière résolue et apparemment énergique, en s’appuyant sur la procédure des ordonnances, de très nombreuses et importantes réformes et ils en annoncent d’autres dans un avenir proche.

Les actions en cours

La première des réformes aura été celle du Code du travail. Dieu sait que ce Code constitue une calamité pour les entreprises et leurs dirigeants et un obstacle à l’emploi et à la prospérité. Il a été remanié sur des points importants. Certes, l’effort aurait pu être plus accentué, notamment sur la question des seuils sociaux, mais on peut dire qu’il n’y a pas réellement eu d’opposition. Qu’on le veuille ou non, c’est un succès.

La décision de supprimer l’ISF a été enfin prise même si cette suppression n’est que partielle et discutable. Macron aura été le seul à en avoir eu le courage et il le fait en surmontant une réprobation générale.

Sans désemparer, le gouvernement lance des réformes indispensables dans les domaines de la formation professionnelle, partie prenante de la gabegie nationale, et de l’assurance chômage.

Enfin, le nouveau ministre de l’Education nationale semble vouloir prendre le contre-pied, du moins l’affirme-t-il publiquement, non seulement des folies de la binationale marocaine qui l’a précédé mais des politiques funestes suivies depuis des décennies : enseignement de la lecture, retour de l’histoire. Ce vent salubre de transformation de notre système d’éducation était inespéré.

Des annonces nombreuses dans des domaines multiples

C’est dans de très nombreux domaines, surtout économiques et financiers, que des changements significatifs sont annoncés. Citons en quatre à titre d’exemples :
– la mutation du CICE en une baisse des charges sociales ;
– la flat tax sur les revenus financiers, ce qui constitue une avancée majeure ;
– la refonte du RSI dont la gestion est une pure abomination ;
– la remise en cause des emplois aidés.
Alors, oui, il est de l’intérêt national que les intentions soient suivies d’effets et que la tyrannie de la bureaucratie européenne n’entrave pas les efforts du gouvernement comme pour les travailleurs détachés. Il faut que celui-ci surmonte les critiques et les oppositions devant lesquelles ses prédécesseurs ont trop souvent cédé. Ces réformes doivent aller au fond des choses et ne doivent pas être des réformettes.

Rien n’est moins sûr. En revanche, si le nouveau président poursuit et mène à bout son entreprise, les Français pourraient être convaincus par son action économique, financière et sociale si elle est bénéfique pour notre pays, en rupture avec celle, lourdement socialisante, de ses prédécesseurs. Il gagnerait alors une légitimité qui lui fait aujourd’hui défaut et qui constituerait le socle de sa véritable grande politique.

C) Le danger d’une grande politique macronnienne

Cette grande politique nous asservira à l’oligarchie mondialiste et sera meurtrière pour le destin national de notre pays

Ce que nous savons de notre nouveau président et les premiers constats auxquels il est loisible de procéder laissent augurer ce que pourrait représenter une grande politique macronnienne.

Une adhésion mortifère aux dogmes mondialistes et remplacistes
  • La libre circulation des biens et des capitaux. Celle-ci permet de mettre le patrimoine industriel à l’encan, gigantesque opération à laquelle l’ancien conseiller de Hollande a largement prêté la main dans le passé : Alstom, SFR. Aucun obstacle n’est élevé pour protéger nos joyaux industriels.
  • L’invasion migratoire, avec ses crimes, se poursuit à raison de 200.000 à 300.000 entrées par an et ce ne sont pas quelques intentions molles visant les clandestins qui ralentiront la mutation démographique qu’est le Grand Remplacement voulu et organisé par l’oligarchie mondialiste.
  • La religion réchauffiste et écologiste engendrera un coût futur colossal pour nos finances publiques. A la suite des 7000 éoliennes plantées en France à ce jour, il est prévu de saccager notre pays avec 10 000 machines de plus.
Un européisme inébranlable en faveur de l’UERSS

Alors que les peuples des nations européennes manifestent de plus en plus leur contestation de la tyrannie de Bruxelles, Macron souhaite imposer le fédéralisme et des finances européennes communes.
La soumission à l’étranger

  • Pour ce qui est de la vassalisation à l’égard des États-Unis, qu’attendre d’un président et d’un premier ministre qui sont des young leaders de fraîche date ? Aucune protestation n’est audible, aucune réaction n’est perceptible à l’égard des extorsions de fonds américaines. Dans le domaine militaire des soldats français sont positionnés en Europe orientale et participent aux gesticulations dangereuses de l’OTAN.
  • Soumission à l’Allemagne. C’est le premier ministre qui va à Berlin quêter l’approbation de ses réformes et de son budget par la chancelière. Laval était-il plus servile ? Zemmour parle de germanisation de la France et Charles Gave lance qu’au point où nous en sommes Macron vendra ou bradera à l’Allemagne l’Armée qui est la dernière organisation de valeur de la France.
Dédain et dénigrement à l’égard de la France

Tout le monde se souvient de ses propos sur l’inexistence de la culture française. C’est récemment qu’il a décrié sans fierté la France et les Français à l’étranger en particulier chez les Allemands.

L’abandon d’une défense nationale

Le discours de la Sorbonne et son dédain à l’égard des militaires, colonne vertébrale humaine de l’esprit patriotique et national, apparaissent singulièrement inquiétants pour l’avenir d’une défense nationale française.

Une menace pour la démocratie

C’est en particulier pour les libertés fondamentales, et spécialement la liberté d’expression notablement bafouée dans notre pays, que Macron et l’oligarchie qui l’entoure, expressément opposés à toute forme de démocratie directe, constituent un péril.

Conclusion

En définitive, Macron représente une menace grave pour le destin de notre pays. Soit il échouera dans ses réformes et la France s’enfoncera encore plus dans un déclin accéléré. Soit il acquerra une véritable légitimité que son élection ne lui a pas conférée et il aura la voie libre pour faire disparaître une France indépendante, unie, grande et libre.

Quant à nous, les nationaux, nous ne pouvons refuser des réformes indispensables que les gouvernements précédents ont été incapables de faire et que le FN refusait de prendre à son compte, mais nous ne pouvons accepter la grande politique de Macron. C’est notre ligne de crête pour les cinq prochaines années.

André Posokhow
Consultant
7/11/2017

Correspondance Polémia – 08/11/2017
Crédit photo : Sylke Ibach via Flickr (cc)