Accueil | Politique | Macron : le « Bon » le « Brut » et les « Truands »

Macron : le « Bon » le « Brut » et les « Truands »

Macron : le « Bon » le « Brut » et les « Truands »

par | 6 décembre 2020 | Exclusivité Polémia, Politique, Société

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias ♦ Les émeutes gauchistes du samedi 5 novembre ont occulté la communication vers les jeunes du président le vendredi sur Brut. Pour plaire à son auditoire, le président a validé l’expression « violences policières » et entériné la suspicion de contrôles au faciès. Il a promis une plateforme pour signaler les discriminations, donnant ainsi un moyen de plus pour la dénonciation publique de l’action des forces de l’ordre.

Entretien exclusif : Emmanuel Macron répond à Brut
Lire cette vidéo sur YouTube.

« Journalistes militants »… à l’ultra gauche

L’entretien à Brut montre l’émergence des médias alternatifs sur les réseaux sociaux qui supplantent maintenant les médias traditionnels. Brut est une chaine qui diffuse des vidéos sélectionnées en fonction de l’intérêt d’un public jeune, bobo et antiraciste. Lors de la manifestation de samedi, on a vu des nuées de journalistes et de photographes s’interposer entre les forces de l’ordre et les Black blocks. Les vrais journalistes professionnels se tiennent, pas toujours mais le plus souvent, à l’écart. Ce n’est certes pas le cas de journalistes autoproclamés par des médias militants — on parle maintenant de journalistes militants pour qualifier les gauchistes dotés d’une carte de presse. Cela devrait poser problème à une profession très à gauche, mais débordée sur sa gauche. Il y a des gens qui veulent absolument filmer une bavure pour l’exploiter contre les policiers, ils sont là pour ça, quitte à la provoquer ; ils gênent les forces de l’ordre et aimeraient bien être bousculés pour jouer les martyrs.

Cette médiatisation militante des manifestations pose un grave problème. Les policiers n’osent plus trop bouger et leurs donneurs d’ordre encore moins. Que brûlent voitures et commerces mais que, surtout, aucun manifestant ne soit blessé ! Situation intenable. Les policiers se sentent lâchés et vont sans doute lever le pied. Ils vont arrêter les contrôles d’identité à la demande de leurs syndicats — qualifiés de « factieux », rien que ça,  par Mélenchon dont la dérive politique est de plus en plus inquiétante.

L’intervention du président sur Brut est également la confirmation de sa part d’un manque total de colonne vertébrale. Au Puy-du-Fou, il veut rétablir le roi, dans Valeurs Actuelles, il veut lutter contre l’islamisme et sur Brut, il désarme la police. L’homme qui voulait défendre les statues de notre histoire, sans renoncer à rien, va maintenant faire appel à des historiens issus de l’immigration, pour un catalogue de héros noirs et maghrébins. « Il y aura, a-t-il annoncé, des noms de rue à changer, des statues à refaire. » Il veut 500 noms d’ici au mois de mars. On lui soufflera celui du Bachaga Boualem, fidèle jusqu’au bout à la France.

La convergence des incohérences

Le « en même temps » veut plaire à tout le monde. Il risque de ne plus plaire à personne. Le président de la verticalité retrouvée est maintenant un président couché devant toutes les directives communautaires. Pas en même temps mais les unes après les autres. Tout ressemble de plus en plus à la gestion du Covid. Finalement, Macron réussit la convergence, celle des incohérences. Il ne lui reste plus qu’à manquer la vaccination et à retirer la loi sur le séparatisme qui a changé de nom. Une loi qui sera attaquée, on peut déjà le prévoir, comme l’article 24, et qui sera un nouveau prétexte pour provoquer des manifestations permettant à la violence d’extrême gauche de casser en toute impunité politique et judicaire. Mais deux autres séparatismes montent : celui de la police vis-à-vis d’un État, et celui d’une population vis-à-vis d’un régime incapable d’assumer ses obligations sanitaires et sécuritaires.

Il y a en France un monde de petites brutes bien éloigné du Brut médiatique choisit par le président pour parler à des jeunes…. Mais pas à tous les jeunes.

Pierre Boisguilbert
06/12/2020

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

« Ultradroite », la menace fantôme – Décryptage du livre « La Poudrière »

Par Julien Lachance, membre de l'Équipe Communautaire Paris ♦ L’ultradroite est au cœur de...

Covid-19 : « Les étudiants ont été sacrifiés par le gouvernement ! »

Par Gustave Fardas, étudiant en Droit, membre de la Cocarde étudiante ♦ La gestion...

Laxisme et tentations totalitaires de l’État, qu’est-ce que l’« anarcho-tyrannie » ?

Par Philippe-Joseph Salazar, auteur de Suprémacistes ♦ Comment qualifier le système...

I-Média n°331 – Censure de Donald Trump : le coup d’État de la gauche et des GAFA

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

« Immigration, ces réalités qu’on nous cache » : constat imparable, propositions en demi-teinte

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Pour toute personne...

Covid-19 et vaccins : éléments de compréhension et de réflexion

Par Antoine Solmer, médecin spécialiste (retraité), écrivain, essayiste ♦ Cet article ne...

Jean-Yves Le Gallou sur la censure : « C’est un coup d’État mondial de Facebook et Twitter ! »

Dans un entretien accordé à Boulevard Voltaire, Jean-Yves Le Gallou fustige la censure opérée par...

USA : les GAFA, Donald Trump et les oies du Capitole

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Covid-19. Dictature sanitaire et mesures liberticides

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

Emmanuel Macron veut « reprendre la main » ? Prenons le au mot !

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ En ce début du mois...