Accueil | Société | La remigration dans l’histoire – Thibaud Cassel – VIe Forum de la Dissidence

La remigration dans l’histoire – Thibaud Cassel – VIe Forum de la Dissidence

La remigration dans l’histoire – Thibaud Cassel – VIe Forum de la Dissidence

« Assimilation ? Séparation ? Communautarisation ? Remigration ? » Voilà le thème du VIe Forum de la Dissidence. Cet événement – ayant exceptionnellement eu lieu dans les locaux de TVLibertés, Covid-19 oblige – entendait donc étudier les différentes possibilités de régler la grave question identitaire et démographique à laquelle la France est confrontée depuis des décennies. Au cours de cet événement, Thibaud Cassel a évoqué un sujet de première importance : la remigration. À travers un retour historique sur quelques exemples concrets de remigration, il s’est attaché à montrer la pertinence de cette option.
Polémia

L’intervention en vidéo

🚢 « Les exemples historiques de remigration » par Thibaud Cassel, essayiste, Institut Iliade
Lire cette vidéo sur YouTube.

Le texte de l’intervention

 

Les enseignements de l’histoire

L’histoire nous l’enseigne, toute communauté politique a pour objectif sa perpétuation. L’unité de langue, de religion, de mœurs, de culture caractérise un peuple. Son territoire également. Quand sur un même territoire plusieurs peuples cohabitent, on observe les différents phénomènes qui nous intéressent aujourd’hui. Assimilation, séparation, communautarisation et enfin, le cas le plus extrême : la remigration.

L’histoire, cette institutrice des peuples, nous donne des exemples de remigration pour nourrir notre réflexion.

Au premier rang de ces tragédies historiques, il y a l’expulsion des Morisques d’Espagne.

Les Morisques sont les descendants de conquérants musulmans qui ont fait souche sur le sol ibérique. Au terme de la Reconquista, 300 000 à 400 000 Morisques restent en Espagne. C’est un effort considérable que le renvoi d’un tel nombre de personnes, compte tenu des moyens de transport de l’époque. D’autant que les Morisques représentaient dans la région de Valence jusqu’à 40 % de la population. L’essentiel des expulsions se déroule dans une brève période, de 1609 à 1614 – un quinquennat en quelque sorte –, plus d’un siècle après la fin de la Reconquista.

La remigration est donc l’aboutissement d’un processus. Dix ans après la prise de Grenade, en 1502, un décret du Roi très catholique impose la conversion au catholicisme des Morisques. Cette conversion formelle, c’est l’octroi des papiers officiels, le blanc-seing d’État qui garantit « qu’il n’y a plus que des Espagnols ». Cette analogie historique nous concerne, car la réalité est tout autre. Pendant plus d’un siècle, c’est-à-dire quatre à cinq générations, les deux communautés vont perpétuer des allégeances, des fidélités – des fois – antagonistes. Les uns s’engagent au service du Roi très catholique des deux côtés de l’océan, les autres le maudissent et voient dans les pirates barbaresques et les Ottomans des libérateurs. Il y a enfin des insurrections de Morisques au cours du xvie siècle qui mettent en péril la sécurité intérieure des Espagnes.

La remigration se fait dans la souffrance. Dans la région de Valence où la paysannerie était largement musulmane, son expulsion a été suivie d’un affaissement économique durable. Mais quatre siècles plus tard la province de Valence poursuit un destin espagnol et européen.

Expulsion des Grecs d’Asie mineure

La remigration n’est pas une prérogative européenne. L’expulsion des Grecs d’Asie Mineure, en 1923, nous en donne l’exemple. L’effondrement de l’Empire ottoman à vocation universelle laisse en opposition frontale des nations opposées. Au-delà, des nations chrétiennes regardant vers l’Europe, et des populations musulmanes prosternées vers La Mecque. La puissance de la Turquie tranche le nœud gordien. 1,5 million de Grecs sont chassés de régions qu’ils peuplaient depuis 25 siècles.

L’histoire nous enseigne deux réalités. La remigration est permise quand :

  • la séparation est parfaitement entérinée ;
  • l’équilibre des forces est rompu en faveur d’un des camps.

Les deux exemples que nous avons retenus opposent l’Europe à l’Orient. De ce point de vue, la remigration s’inscrit dans l’hygiène des civilisations, comme une purge curative. La remigration démontre la force et la permanence des civilisations. Elle peut aussi révéler des meurtrissures à l’intérieur d’une même civilisation. C’est le cas de la fièvre nationaliste qui travaille l’Europe au xixe et au xxe siècle. Quand l’Europe n’est plus « cette espèce de grande république » dont parlait Voltaire, des pays unis dans le sein de la chrétienté deviennent des nations rivales convaincues d’avoir le droit ou Dieu pour elle – exclusivement. Ainsi, une des conséquences majeures de la Seconde Guerre mondiale est une remigration, d’ampleur inédite. Dix millions d’Allemands sont expulsés de contrées où ils étaient établis depuis le Moyen Âge. Le bilan du nationalisme allemand, c’est le sabordage de la présence germanique en Europe centrale, comme la France a miné la prééminence européenne de sa culture par l’impérialisme révolutionnaire. À un siècle d’intervalle, les deux principales puissances du continent ont perdu l’Europe pour s’être vouées au mirage d’une nation exclusive.

Il faut assumer une séparation irrémédiable et salutaire, il faut aussi savoir côtoyer et apprivoiser l’altérité. Sans quoi, même l’identité nationale des Slaves du Sud ne put empêcher le terrible démantèlement de la Yougoslavie et les déplacements de populations qui l’ont accompagné. Le plus sûr moyen de nourrir une séparation féconde, c’est de cultiver nos mœurs, notre langue, notre culture. C’est d’œuvrer au rayonnement de notre civilisation, qui tient alors à distance une autre civilisation, une autre manière d’être homme.

Thibaud Cassel
Allocution diffusée le 27 novembre 2020

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Drame chez LR ! La « droite » ne peut officiellement soutenir son candidat naturel, Macron

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ La droite LR a un candidat naturel pour...

Zemmour sur la peine de mort : une rupture nécessaire avec l’idéologie dominante

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ « Le débat sur la peine de...

Immigration : comment en finir avec les frontières passoires ?

Les débats de l’élection présidentielle en 2022 Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des...

Le CSA en plein délire totalitaire contre Éric Zemmour

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

« France », un film de Bruno Dumont qui dénonce les médias du spectacle

Par l’Observatoire du journalisme ♦ France de Meurs, de meurs comme tu meurs, comme mourir,...

Derrière le Covid, le ras-le-bol des Français

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (41e) Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de...

Le délitement du cérémonial

Par Thierry Decruzy, journaliste ♦ « Sans le cérémonial tout meurt » a dit Cocteau et le...

En France, l’asile pour les réfugiés afghans ou pour les islamistes ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ La récente prise de...

Allemagne. Citoyens d’une nation ou du monde ? La bourgeoisie est à gauche

Par le Junge Freiheit ♦ Junge Freiheit (« Jeune liberté » en français) est un hebdomadaire...

Emmanuel Macron à Marseille : le tribut

Par le Conseil national de la résistance européenne, présidé par Renaud Camus ♦ Nous...